Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Reprise de la Serie A 2016-17

Pourquoi Lapadula est le frisson de cette saison ?

Depuis quelques mercatos, ce n’est pas la joie à l'AC Milan. Les joueurs se suivent, se ressemblent, mais aucun n’a vraiment emballé le cœur des tifosi. Gianluca Lapadula, le « Vardy italien » , pourrait bien remédier à ça.

Modififié
Le ballon est piqué dans la surface de réparation sans réelle conviction. Il monte en cloche et personne ne semble vraiment y croire. Sauf Gianluca Lapadula qui est revenu de hors-jeu, se caler entre les deux défenseurs de Cesena, surpris et en retard, pour exploiter cette miette de pain. Il se retourne, enclenche sa bicyclette et fouette la balle à hauteur parfaite, du coup de pied.

Vidéo

Pourquoi Sassuolo a tout compris

D’ailleurs, la réaction du gardien adverse et de ses deux gardes du corps, à côté de la plaque, ne fait que confirmer cette thèse : tout était parfaitement maîtrisé, et le but était la seule issue possible. On joue la 36e journée de Serie B, Pescara est cinquième, encore en course pour la montée, mais rien ne justifie vraiment le sprint de cent mètres du buteur de Pescara, coursé par ses propres coéquipiers, pour fêter ce but avec ses tifosi, torse nu. Rien. Simplement la passion.

Romantique loser


C’est d’ailleurs le liant de toute son irrationnelle carrière. Né à Turin, d’un papa italien et d’une maman péruvienne, le bonhomme se fait rejeter à quatorze ans par le centre de formation de la Juve, parce qu’il n’est pas assez bon en cours. Alors, il décide de se construire tout seul, comme un grand, et de faire ses classes dans les divisions inférieures. Trévise, Pro Vercelli, Ivrea et puis Parme qui entame à ce moment-là sa stratégie d’achats et de prêts en masse. Gianluca fait partie du projet et va connaître sept clubs en six ans, dont Frosinone et Cesena, sans pour autant se faire remarquer. Pour lui, comme il le confie à la Repubblica, ce n’était simplement pas le bon moment : « Je ne suis pas un joueur talentueux, juste un joueur très déterminé. Si j’explose si tard, c’est aussi de ma faute. À Cesena, je n’ai pas su revenir de blessure. Comme à Frosinone, où, la saison était presque terminée. »

Il va également découvrir un nouveau championnat avec le ND Gorica en Slovénie. Et c’est là où, pour la première fois, il va commencer à enfiler les pions. Onze buts en 28 matchs, alors qu’il joue sur l’aile. Ce qui attirera notamment l’attention de Teramo en Serie B. Encore prêté par Parme, Gianluca commence donc, enfin, à vingt-quatre ans, à attirer les projecteurs. Pour sa finesse devant les cages, mais aussi pour sa demande en mariage avant le coup d'envoi d'un match : « Je suis un romantique, c’est comme ça, et pas seulement dans le football » , concède-t-il encore à la Reppublica.

Vidéo

La flamme est toujours là donc, même si rien ne se passe jamais comme prévu pour lui. Alors qu’il participe grandement à la montée de Teramo en Serie A (21 buts cette saison-là en tant qu'avant-centre, sans aucun doute son vrai poste), le club se voit finalement refuser la montée pour un scandale de match truqué. Pire, son club propriétaire, Parme, est en train de couler et il se retrouve sans employeur du jour au lendemain.

Danseuse kamikaze


Un mal pour un bien, finalement, puisque c’est ce qui décide Massimo Oddo, le coach de Pescara, à passer à l’action avec lui. L’ancien latéral droit rossonero sort le grand jeu et lui propose un projet articulé autour de lui, de sa moustache, sa coupe de hipster et de ses tatouages. Chose que Gianluca accepte, forcément. Le résultat ? 27 buts, dont une bicyclette d’anthologie et un enchaînement crochet-frappe zidanesque en finale retour des play-offs de Serie B contre Trapani qui offre la montée à Pescara.

Vidéo

Et même s’il a ramassé des ballons pour le numéro 10 français dont il s'inspire encore aujourd'hui, son cœur a toujours battu pour le même joueur, issu de son premier club et premier amour : « Mon modèle, sur et en dehors du terrain, ça a toujours été Alex Del Piero. Un champion à tous points de vue. » Quoi qu’il en soit, cette saison 2015/16 marque un tournant dans la carrière de « Sir William » , son surnom en hommage au héros écossais de Braveheart : « Parce que ma qualité, c’est de me battre sur tous les ballons, de marquer des buts et de ne pas vouloir en prendre. Je donne tout et je peux mourir sur chaque ballon. » Simple, efficace. Malgré les appels de Leicester, Naples, Gênes, le Shakhtar, la Lazio et la Juve, Gianluca Lapadula décide de signer à l'AC Milan. Certainement attiré par le défi, mais surprenant au vu de la concurrence. À moins que ce ne soit pour rallumer une passion trop longtemps étouffée.



Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 49
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 28 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 33 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 88
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 57 mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 68 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT)
mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue mercredi 23 mai Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 35 mercredi 23 mai Un but inscrit en seulement quatre secondes en Écosse 10 mercredi 23 mai L'équipe type des absents du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT)