Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15e journée
  3. // Almería/Real Madrid

Pourquoi la série du Real Madrid va s'arrêter ce soir à Almería

19 victoires consécutives, c'est un record pour le football espagnol. Avec un dernier déplacement de l'année à Almería, le Real Madrid ne devrait faire qu'une bouchée du 17e de Liga. Et pourtant, ce soir, la série va s'arrêter. Voilà pourquoi.

  • Parce qu'Almería repart sur un nouveau projet

    Un petit 5-2 encaissé à Eibar, et voilà Almería qui change d'entraîneur. Après une série de huit matchs sans victoire (six défaites et deux nuls), la direction du club andalou a donc décidé de se séparer de Francisco Javier Rodríguez Vílchez. Normal. Premier non-relégable de Liga, Almería est un habitué de la seconde partie de classement. L'an dernier, déjà, le plus jeune coach du championnat espagnol (35 piges au compteur) avait connu une autre série noire de dix matchs sans le moindre succès. Il avait sauvé son scalp par un succès homérique face à Valence. Moins patient cette saison, son président l'a remercié. Toujours sans coach fixe, Almería aborde ce choc des extrêmes dans la plus grande inconnue. Et c'est tant mieux. Comme l'a prédit Carlo Ancelotti, « quand un entraîneur est changé, les joueurs assument plus de responsabilités » . La bande à Thievy Bifouma a donc les crocs. Et devra se prendre en main et faire preuve d'une folie absente chez les adversaires des Madridistas. Allez les locos.

  • Parce qu'Almería a battu le Real en 2008

    Formé au Real Madrid, Álvaro Negredo est le dernier joueur de l'Union à avoir offert une victoire à Almería face aux Merengues. C'était un 2 février 2008 et le gamin de Vallecas avait inscrit le but du 2-0 à la 47e minute. Depuis, un gouffre de huit matchs sans prendre les trois points face au Real Madrid. Pis, le club andalou a encaissé la bagatelle de 17 buts lors de ses trois dernières rencontres face à l'ogre de la capitale. Le 21 mai 2005, le Santiago-Bernabéu avait ainsi vécu la plus belle branlée entre les deux clubs : un 8-1 avec un triplé d'Adebayor, des doublés de Cristiano Ronaldo et Benzema et un dernier pion de Joselu. Loi des séries oblige, elle est proche de la fin – prends ça Philippe Doucet. Forcément, ce jeudi 12 décembre sonnera le glas de la domination des Galactiques 2.0. Peter Lim, en bon visionnaire du marché des transferts, serait même prêt à refiler Alvaro et sa dégaine de fan de Makina à Almería pour la rencontre.

  • Parce que le Real Madrid ne peut compter sur l'homme le plus sexy de 2014

    Cristiano Ronaldo et ses pots de Vivelle Dop ne soutiennent pas la comparaison. James Rodríguez, homme le plus sexy de la planète en 2014 selon le magasine People, ne sera pas de la partie ce vendredi. Et ça inquiète la gent féminine du côté d'Almería. Après avoir demandé un report de la partie, elle a reçu un « non » ferme de la part des joueurs locaux. Du coup, point jaloux, les Andalous SEF (sans entraîneur fixe) vont se démener et tenter de planter banderille sur banderille. Avec un joli 11-0 dans la musette et autant de buteurs différents, les Andalous se targueront ainsi d'avoir pu montrer leurs biscotos après chaque célébration. Plus sérieusement, James, c'est, depuis le début de saison, une présence lors de chaque rencontre du Real Madrid. Indispensable, que ce soit dans l'animation offensive ou à la récupération, le Colombien manquera cruellement aux Madridistas. Ce n'est donc pas pour rien qu'ils perdront au stade des Jeux méditerranéens. Moche.

  • Parce qu'Ancelotti n'a aucune « fierté à battre des records »

    « La fierté est d'entraîner cet effectif, pas de battre des records. Ce record est important parce qu'il nous montre que nous sommes bien. Mais il ne nous a donné aucun titre, juste beaucoup de confiance. » Carlo Ancelotti était donc d'humeur défaitiste en conférence de presse ce jeudi. Un chagrin qui va coûter sa 20e victoire de suite au Real Madrid. Car la fierté, c'est le b.a.-ba du madridismo. En faisant fi de ce sentiment d'appartenance à la Casa Blanca, l'entraîneur italien a connu un voyage houleux aux côtés de Florentino Pérez. Dans l'avion, une rixe aurait ainsi opposée les deux hommes. Mieux, histoire de ne pas faire de jaloux, le big boss du BTP espagnol serait en pourparlers avec Javier Tebas, président de la Ligue et pas vraiment son ami intime, pour faire de Francisco l'entraîneur du Real pour cette rencontre. Du coup, le sieur Tebas aurait dealé la reformation des Ultras Sur, ennemis affichés de Pérez. Une ambiance délétère qui aura la peau du 20e succès consécutif des Merengues. Nawak.


  • Parce qu'Iker Casillas va se trouer

    Cela commence à faire long. Depuis le 9 octobre dernier et un Slovaquie-Espagne, aucune trace d'une boulette d'Iker Casillas sur un pré. Quelques approximations par-ci, quelques coups de bol par-là (cf, son match face à Málaga), mais rien de bien grave. Peanuts. Des prestations presque solides qui font dire à certains observateurs que sa place parmi les candidats au titre de meilleurs portiers de l'année n'est pas une hérésie. Dommage, l'antre d'Almería est synonyme de boulette des gardiens madrilènes. Ainsi, pas plus tard que la saison dernière, le patriarche Dani Aranzubia, remplaçant du blessé Thibaut Courtois, s'y est troué. En beauté. Une expulsion en fin de match, un Gabi dans les buts et une défaite 2-0 plus tard, l'Atlético perdait sa première place de Liga. Pour la réception de ce Real, Almería aurait placé des peaux de pêche dans le vestiaire visiteur. Une bonne cagade de San Iker et la série prend fin. Et comme à ses débuts, le voisin colchonero rôde.

    Par Robin Delorme, à Madrid
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


  • il y a 36 minutes Usain Bolt pourrait jouer en Australie 4
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
    Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 69