Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale aller
  3. // Independiente del Valle-Atlético Nacional

Pourquoi la Libertadores est devenue aussi violente ?

Compétition mythique et vitrine du football sud-américain, la Copa Libertadores est souvent le théâtre de matchs très tendus, au détriment du beau football. Explications.

Modififié
Orlando Berrío se souviendra longtemps de cette soirée. Le 20 mai dernier, en quarts de finale de la Copa Libertadores, l’attaquant colombien de l’Atlético Nacional élimine Rosario Central grâce à un but dans les derniers instants du match. Oublié les célébrations classiques, Berrío décide de fêter son but en gueulant juste devant Sosa, le gardien de Central.



Pas vraiment du goût de Musto, qui envoie alors un coup de pied et une patate. Chacun prend son carton rouge, et les dernières minutes seront extrêmement tendues. Giovanni Lo Celso abandonne les gestes techniques pour se mettre à la balayette et Eduardo Coudet, entraîneur sanguin de Rosario, va régler ses comptes avec les joueurs colombiens au coup de sifflet final.


Résultat, de l’une des plus belles séries des dernières années en Copa Libertadores, on retient cet immense bordel. Entre tensions dans les tribunes et sur le terrain, l’équivalent de la Ligue des champions en Amérique du Sud est souvent le théâtre de tels événements. Explications.

La clémente CONMEBOL


Les événements de ce genre sont récurrents en Libertadores. L’an passé, le match retour des huitièmes de finale entre Boca Juniors et River Plate a atteint un autre niveau dans le sabotage, la violence, et a mis en lumière la difficulté des instances du football sud-américain à gérer les scandales. Alors que Boca aurait du jouer huit matchs à huis clos, la CONMEBOL a réduit la sanction à deux rencontres sans public. Impunité ? Volonté de ne pas se mettre de dirigeants à dos ? En tout cas, la main légère de la CONMEBOL a réveillé tous les démons du football latino-américain. Par exemple, la question des supporters - les déplacements sont toujours interdits – n’a toujours pas été réglée en Argentine. Si le football sud-américain vit en constante crise, c’est aussi dû à une instance très fragile.


Autre incident majeur cette année, la rencontre entre Huracán et l’Atlético Nacional. Après la rencontre, les joueurs du club argentin sont venus protester vers l’arbitre pour des décisions douteuses. Une bagarre générale a ensuite éclaté. La suite de l’affaire est ubuesque. Preuve documentaire à l’appui, un journaliste argentin prouve que José Argote, arbitre de la rencontre, est né en Colombie. Problème, le règlement de la CONMEBOL précise que la « Commission des arbitres doit désigner une équipe d’arbitre d’un pays neutre » . Même s’il sera plus tard prouvé qu’Argote a aussi la nationalité vénézuélienne, cette affaire a été complètement étouffée par l’instance du football sud-américain. Si les tensions ont toujours été présentes dans les tribunes, le terrain est aussi une victime collatérale.

« Gagner coûte que coûte »


Tous les observateurs l’accordent : le football sud-américain souffre. Diego Lattore, ancien joueur de Boca Juniors devenu commentateur l’explique parfaitement dans les colonnes de La Nación : « Aujourd'hui, on applaudit plus celui qui court que celui qui joue. » Sebastián Battaglia, vainqueur de quatre Copa Libertadores et joueur le plus titré de l’histoire de Boca donne son point de vue sur le jeu pratiqué en Copa Libertadores : « Le football efficace règne, au détriment du beau football. Dans cette compétition, il faut savoir être intelligent, s’adapter à l’adversaire. Gagner la Libertadores, ça donne énormément de prestige, ça permet d’aller au Mondial des clubs. C’est compréhensible que le football esthétique soit mis de coté pour quelque chose de pragmatique. » Quant à la violence sur et en dehors du terrain, l’ancien milieu de terrain argentin dépeint un football où le résultat domine : « Je pense que la pression énorme que subisse les joueurs est en partie responsable de ces dérapages. Aujourd'hui, on apprend aux joueurs à gagner coûte que coûte, peu importe la manière. »


« Tu as beau recruter des bons joueurs, avoir un stade complètement fou, une histoire importante, rien n’est assuré » Sebastian Battaglia
Heureusement, il y a encore la place pour de beaux vainqueurs (River Plate l’an dernier par exemple), ou quelques surprises telles que la présence en finale d’Independiente del Valle, club équatorien qui n’a jamais gagné un titre. Sebastián Battaglia confirme : « Gagner une Libertadores, c’est extrêmement difficile aujourd'hui. Regardez Boca, qui était favori contre Independiente del Valle. Tu as beau recruter des bons joueurs, avoir un stade complètement fou, une histoire importante, rien n’est assuré. Il faut un réel projet, pas seulement de la chance. Le prestige est toujours le même aujourd'hui. C’est une des compétitions les plus compliquées au monde. » Si la Copa Libertadores offre souvent de tristes images, elle couronnera cette année une équipe qui a prôné le beau football où une autre qui multiplie les exploits lors de cette campagne. Un peu d’espoir, donc.

Par Ruben Curiel Propos de Sebastián Battaglia recueillis par RC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Copa Libertadores
Finale aller
Independiente del Valle-Atlético Nacional





Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9
Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes