Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Fiorentina/Juventus

Pourquoi la Juventus va perdre son premier match ce soir

En mars dernier, on vous avait annoncé la première défaite de la Juventus sur la pelouse de la Fiorentina. Bon, la Vieille Dame s’était en fait imposée 5-0. OK, on s’était peut-être un peu planté. Mais cette fois-ci, c’est sûr. L’invincibilité de la Juve va s’arrêter ce soir. Bah quoi ?

Modififié
Tout le monde peut se tromper, hein... Le 17 mars dernier, pour ceux qui ont la mémoire courte, nous avions ici-même annoncé la première défaite de la saison de la Juventus, justement sur la pelouse de la Fiorentina. Et les arguments étaient bons. À peu de chose près (cinq buts, en fait), le pronostic aurait été le bon. Au final, le succès turinois a été le détonateur de la fin de saison bianconera, qui a emmené le club d’Antonio Conte vers le Scudetto. Or, cette saison, on persiste et on signe. Pour la cinquième journée de Serie A, la Juventus va s’incliner, ce soir, sur la pelouse de la Fiorentina. C’est écrit. Là aussi, les raisons sont aussi multiples qu’implacables. Déjà, le champion d’Italie se déplace au stadio Artemio Franchi avec les jambes lourdes.

Mercredi, la Juve a dû cravacher pour aller chercher le nul sur la pelouse de Chelsea, pendant que les joueurs florentins se la coulaient douce devant leur poste de télévision. Samedi soir, les Turinois sont à nouveau missionnés pour abattre le mur érigé par la défense du Chievo, et surtout par son gardien, Stefano Sorrentino, héroïque pendant 64 minutes. La fatigue s’accumule, et certains joueurs, à l’image de Marchisio, sont apparus marqués à la fin de la rencontre. La Fiorentina, pour sa part, a recruté 250 joueurs cet été et peut donc se permettre d’aligner des joueurs frais. Surtout, la formation viola a sur son banc un homme qui, au cours de sa carrière, a inscrit cinq buts contre la Vieille Dame, dont un célèbre pion au stadio Delle Alpi, en mai 2001, qui avait quasiment offert le Scudetto à la Roma. Un homme qui sait donc comment faire.

L’imbroglio Berbatov

Cela fait 14 ans que la Fiorentina n’a plus battu la Juventus à Florence. Le dernier succès remonte au 13 décembre 1998. Une victoire 1-0, un but de la tête de Gabriele Batistuta, qui avait fêté ça avec sa traditionnelle mitraillette sous la Curva Fiesole. Or, s’il y a bien un joueur qui sera ce soir au centre de toutes les attentions, c’est Stevan Jovetić. Cet été, la star de la Fiorentina a bien failli être transféré du côté de Turin. La Juve en avait fait l'objectif de son mercato, et aurait pu mettre une somme folle sur la table. Mais les dirigeants florentins n’avaient pas franchement envie qu’un nouveau cas Roberto Baggio se reproduise. Du coup, ils ont décliné l’offre, et ont même fait encore pire. Le contrat de Jovetić devrait être réétudié au milieu du mois de novembre. Une clause va en effet être insérée : celle-ci stipulera que le joueur pourra signer où il souhaite l’été prochain… sauf à la Juve. Il semble donc évident que la rock star va planter son petit but ce soir. Et peut-être même qu’il ira le célébrer sous la Curva Fiesole en faisant la mitraillette, tiens.

Autre boomerang qui devrait inévitablement revenir dans les dents du leader invaincu de cette Serie A : l’affaire Berbatov. Une histoire invraisemblable qui s’est produite lors des derniers jours du mercato. L’attaquant de Manchester United était censé s’engager avec la Fiorentina. L’accord avait été trouvé et le club florentin avait même payé les billets d’avion pour que le Bulgare se rende à Florence. Oui, sauf que lors de son escale à Munich, Berbatov a été alpagué par les dirigeants de la Juve, qui ont souhaité s’insérer dans la transaction pour faire signer le buteur. Cette intervention a rendu dingue les Florentins, qui se sont insurgés contre la façon de faire des Turinois. Résultat : Berbatov n’a signé ni à la Fiorentina ni à la Juventus, mais bien à Fulham. Mais depuis, un froid demeure entre les deux clubs. Un froid qui pourrait être sacrément réchauffé par l’ambiance bouillante de l’Artemio Franchi, qui attend avec beaucoup d’impatience la venue de l’ennemi piémontais.

Quaglia, Carrera et les manitas


Montella, Jovetić, Berbatov. Les trois hommes ne sont pas les seuls à symboliser la future défaite de la Juventus, après 43 matchs sans la moindre défaite (l’invincibilité dure depuis le 15 mai 2011). Car la Fiorentina compte dans ses rangs deux autres joueurs qui ont une folle envie de faire du tort à la Juve. Alberto Aquilani et Luca Toni. Le premier a disputé la saison 2010-11 en prêt avec le maillot rayé noir et blanc. Sa saison a été plutôt bonne, malgré la septième place au classement du club. Mais à la fin de la saison, les dirigeants bianconeri décident de ne pas lever l’option d’achat et de récupérer, à la place, Andrea Pirlo. Aquilani rentre donc tout penaud à Liverpool, avant de s’engager avec le Milan AC. Quant à Toni, son aventure à Turin a été encore moins glorieuse. Le joueur débarque en janvier 2011 pour pallier la longue blessure de Fabio Quagliarella. Il n’inscrira que deux buts en championnat, et sera mis hors du groupe dès l’été suivant et l’arrivée sur le banc d’Antonio Conte, obligé ensuite de quitter le club. Il ne serait donc pas étonnant que ces deux-là donnent tout, ce soir, pour faire regretter aux dirigeants bianconeri de ne pas avoir misé sur eux.

Enfin, la Fiorentina n’a aucune intention de s’arrêter en si bon chemin. Cette saison, elle a déjà disputé trois matchs à domicile (deux en Serie A, un en Coupe d’Italie). Bilan : trois victoires, six buts marqués, un seul encaissé. Cela ferait tache, pour les tifosi, de concéder la première défaite face à la Juventus. Surtout que les statistiques peuvent faire mal à la Juve. L’actuel homme fort des Turinois, c’est Fabio Quagliarella. Or, l’ancien du Napoli n’a marqué que deux fois contre la Fiorentina dans sa carrière, dont une fois lors d'une défaite 5-1 avec la Samp. Une bête noire, en gros. Et Massimo Carrera ? Le coach non plus n’a jamais vraiment été à l’aise face aux Florentins. Lorsqu’il portait le maillot de l’Atalanta, en 1997-98, il avait encaissé un sévère… 5-0 sur la pelouse de l’Artemio Franchi (décidément, ce score). Avec la Juve, aussi, il s’était incliné, lors des saisons 1991-92 et 1992-93. Alors, oui. On pourrait aussi dire que tout ça n’a aucun sens, et que cette Juve, qui semble beaucoup trop forte dans cette Serie A, va venir tranquillement prendre ses trois points, avec un succès 3-1 autoritaire. D’accord. Mais on préfère se mouiller. Et parier que la Fiorentina va enfin rompre ce putain de signe indien, qui tient désormais depuis 1998. Une époque où Conte n’était pas suspendu. Mais où la Juve avait déjà le Scudetto sur le torse.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
À lire ensuite
Terry, le lion se retire