Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi-finale
  3. // Juventus/Real Madrid

Pourquoi la Juve va battre le Real Madrid

Le Real de Cristiano Ronaldo se déplace aujourd'hui dans une ville où il n'a pas gagné depuis vingt-neuf ans. Réputée imprenable, la forteresse de la Juventus pourra compter sur ses 40 000 tifosi prêts à faire vivre l'enfer aux Merengues. Voilà pourquoi, ce soir, la Vieille Dame va faire tomber le tenant du titre madrilène.

Modififié
  • Parce que Karim Benzema sera devant sa télé


    On a beaucoup parlé de la blessure à la cuisse droite de Paul Pogba, un peu moins de celle au genou de Karim Benzema. Toujours convalescent, l'international français ne fera même pas le déplacement dans le Piémont pour soutenir ses coéquipiers. Et quand on sait que Benzema, c'est six buts et deux passes décisives en huit matchs de Ligue des champions cette saison, son absence sur le front de l'attaque merengue a de quoi inquiéter la Maison Blanche. Sans parler de ses quinze réalisations et dix assists en Liga qui en font le meilleur buteur du Real derrière l'intouchable CR7. Alors oui, Chicharito, c'est petit, mignon, et ça court vite. Mais ça ne vaut certainement pas un Rim-K des grands soirs.

  • Parce que Tévez est en pleine bourre


    Si, ce soir, la Benz restera sagement au garage, l'Apache, lui, sera bel et bien là pour bouffer du Madrilène. Irrésistible cette saison, le meilleur buteur de Serie A (20 buts en 34 journées) n'est pas loin d'être dans la forme de sa vie. Longtemps malheureux sur la scène européenne, Tévez a vaincu la malédiction cette année en inscrivant pas moins de six buts en Ligue des champions (coucou Benzema !). Aligné aux côtés d'Álvaro Morata dans le 4-3-1-2 d'Allegri, l'Argentin aura à cœur de se racheter après la double confrontation de l'an dernier où il était resté muet sur l'ensemble des deux matchs. Bourreau du Borussia en huitièmes de finale (trois buts, une passe dé), Carlitos sera le danger numéro un des Madrilènes. Pepe, Varane et Sergio Ramos sont prévenus, un Apache en colère, c'est vraiment pas beau à voir.

  • Parce que Pavel Nedvěd


    8e minute de jeu, Morata se blesse. Il est remplacé par Llorente. Grosse tuile : à l'heure de jeu, alors que le score est toujours de 0-0, l'attaquant espagnol se blesse à son tour. Allegri est dépité et regarde autour de lui. Qui d'autre ? Matri ? Non, trop dur. Une petite main vient alors se poser sur son épaule. Max se tourne. Ses yeux se mettent à pétiller. Pavel Nedvěd est descendu des tribunes et a troqué son costard contre un short et un maillot. Le Tchèque sort de sa retraite et met entre parenthèses, le temps d'une soirée, son rôle de dirigeant. Andrea Pirlo lui fait un clin d'œil à son entrée sur la pelouse. Les deux hommes se comprennent, d'un regard. 180 secondes plus tard, le beau Andrea dessine une ouverture délicieuse de 40 mètres. Pavel court, fixe le ballon et déclenche une reprise de volée magistrale qui vient se loger dans le petit filet opposé. Douze ans après, au même stade de la compétition, Casillas est à nouveau fusillé par la crinière blonde. La Juventus s'impose 1-0. Et Pavel renfile son costard, comme si de rien n'était.

  • Parce que face à son ancienne équipe, Morata doit marquer


    S'il y en a un qui voudra briller ce mardi soir, c'est évidemment Álvaro Morata. Vendu l'été dernier par le Real Madrid qui ne lui offrait que de maigres portions de matchs, l'espoir espagnol a peu à peu trouvé ses marques dans l'effectif bianconero au point d'avoir volé la vedette à Fernando Llorente. Désormais titulaire à la Juve, Álvaro voudra montrer à ses anciens dirigeants qu'ils ont eu tort de le laisser filer il y a dix mois. « J'espère qu'ils gagneront tout en Espagne, mais si nous les rencontrons en Ligue des champions, j'espère que nous passerons » , déclarait-il à une radio espagnole il y a un peu plus de deux mois. Le jour de gloire est arrivé pour Morata. Ce match sera son chef-d'œuvre.

  • Parce que la défense turinoise est «  la meilleure du monde »


    C'est un fait, Cristiano Ronaldo est un monstre que pratiquement rien n'arrête. Cette saison, en Liga, seules deux équipes (la Real Sociedad et l'Espagnol Barcelone) ont réussi à ne pas prendre de but du Portugais gominé. Mais à Turin, pas sûr que CR7 ne parvienne à percer la muraille juventina. En dix matchs de Ligue des champions cette saison, la Vieille Dame n'a encaissé que cinq buts (0,5 par match) contre 19 en Serie A (0,55 par match). De l'aveu même de Leonardo Bonucci, l'arrière-garde turinoise est actuellement ce qui se fait de mieux en terme d'imperméabilité. « Je ne voudrais pas me la raconter, mais Buffon, Barzagli, Chiellini et moi composons bien la meilleure défense du monde. Les chiffres parlent pour nous. » Mauvaise nouvelle pour Cristiano, les quatre fantastiques seront bel et bien présents.

  • Parce que les vieux ont toujours raison


    Le Real a ses jeunes pleins de fougue, la Vieille Dame a ses vieux sages. Buffon (37 ans), Pirlo (35 ans), Barzagli (34 ans vendredi), Évra (34 ans le 15 mai), Tévez, Lichtsteiner (31 ans), Chiellini (30 ans), tous, ou presque, devraient être alignés ce soir face à l'ogre madrilène. Souvent taxée d'équipe vieillissante, la Juve a toutefois montré, notamment face à Monaco, que les matchs de haut niveau se gagnent souvent à l'expérience. D'autant que, comme tout le monde le sait, c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. Face à la maestria de Pirlo, la sagesse de Buffon et le palmarès de Pat' Évra, les jeunes Merengues ne pourront éviter la débâcle. La Juve, c'est parfois moche, mais ça gagne presque toujours. À l'italienne, comme le dit Évra, mais ça gagne.

  • Parce qu'on est chauvin et que Coman, c'est mieux que Chicharito


    Mieux vaut 10 minutes face au Real que 90 à Cesena, pas vrai ? Même si le jeune Kingsley Coman ne joue toujours pas beaucoup sous ses nouvelles couleurs, l'ex-Parisien a souvent fait des entrées remarquées, comme le 15 janvier dernier où il mit un but dantesque au Hellas Vérone. Ce soir, il va entrer à la 82e minute à la place de Vidal, provoquer Varane à l'entrée de la surface, frapper en sortie de crochet et tromper Casillas d'un poteau rentrant. En battant le Real 1-0, la Juve aura fait une partie du chemin, et Coman, devenu entre-temps héros national, se verra inaugurer une étoile à son nom au pied du Juventus Stadium. Chicharito, lui, sortira à la 63e minute dans l'indifférence générale avant de retourner pleurer sur son banc. De tristesse, cette fois.

  • Parce que la Juve, déjà championne, va jouer sans pression et gagner 3-0


    Patrice Évra l'a dit et répété : face à Monaco, certains joueurs turinois ont souffert du statut de favori. Face au tenant du titre, tout le monde voit la Juventus se faire doucher, y compris à domicile. Or, depuis samedi soir et le Scudetto décroché à Gênes, plus rien ne compte pour les Bianconeri hormis cette demi-finale. Même si les Italiens viennent à s'incliner, leur saison restera belle, quoi qu'il arrive. Tout le contraire du Real Madrid, en somme. Seconds à deux points du Barça de Luis Enrique, les Merengues pourraient tout perdre en voulant tout gagner. Bouffés par l'enjeu et ce statut de favori qui les dessert, les partenaires de Cristiano chutent lourdement à Turin devant le réalisme d'une Vieille Dame libérée. Storia di un grande amore résonne triomphalement dans le stade, la Juve l'emporte 3-0 comme à Dortmund et entrevoit la porte de la finale. Facile.

    Par Morgan Henry, avec Éric Maggiori
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
    Partenaires
    Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur