1. //
  2. // 11e journée
  3. // Fiorentina/Napoli

Pourquoi la Fiorentina plafonne-t-elle ?

Cet après-midi, la Fiorentina reçoit le Napoli. Un match déjà charnière pour les Florentins, qui vivent un début de saison très compliqué en Serie A.

2 8
Les deux clubs génois sont les belles surprises de ce début de saison en Serie A. Mais à force de célébrer leur présence en haut de l'affiche, on en oublie presque qu'ils ont par conséquent éjecté des habitués du top 5. La victime principale est la Fiorentina qui connaît un début de saison assez paradoxal, facile en Ligue Europa où elle a déjà composté son billet pour les 16es de finale, mais plus que moyenne en Serie A avec cette anonyme dixième place. À nuancer, cependant, car la formation viola a pratiquement rencontré tous les cadors, soit les clubs romains et milanais ainsi que les deux surprises de Gênes, mais aussi l'Udinese et le Torino. Ne manquent que le Napoli cet-après-midi et la Juve. Ce qui justifie en partie les treize petits points engrangés jusqu'à maintenant. En partie, car après deux saisons conclues à la 4e place, les Toscans ont désormais assez de coffre pour rivaliser avec n'importe quelle équipe du haut de tableau. Alors, ça coince. Pire, ça plafonne. Le projet de faire la part belle au beau jeu est toujours d'actualité, mais on se demande si la Fiorentina n'a pas atteint ses limites.

Attaque Cotorep et coups de moins bien


Bon, la Fiorentina a quand même un bel alibi, celui des blessures de ses attaquants stars, arrivées coup sur coup en janvier et juillet 2013. Gómez et Rossi, qui, sur le papier, forment l'un des meilleurs duos d'Europe, n'ont pu être alignés ensemble qu'en trois occasions, lors des trois premières journées de la saison passée. Suffisant pour planter ensemble cinq buts, trois pour l'Italien, deux pour l'Allemand, puis ce dernier est sorti blessé à la 51e minute de la rencontre face à Cagliari et a enchaîné les rechutes. Rossi et ses genoux en verre l'ont vite rejoint. Fin du rêve violet. Pour le moment, c'est Mario Gómez qui tape le meilleur score, 32 journées de championnat loupées sur blessure (sur 48) contre 27 pour son confrère. Mais Pepito va vite le dépasser puisqu'on ne le reverra pas avant 2015. Pour ne pas arranger les choses, un de leur potentiel remplaçant, l'excellent Bernardeschi (20 ans), vient d'en prendre lui aussi pour 6 mois d'indisponibilité. Il ne reste donc plus que Khouma Babacar. À ce rythme, cela va se finir avec du El Hamdaoui-Iakovenko devant, ce qui n'était pas prévu au départ.

Cela dit, l'absence concomitante des deux cadors avait plutôt était bien gérée l'an passé, au vu de la quatrième place obtenue. Mais cette saison se sont ajoutées les défections individuelles de plusieurs cadres. Pas de grande Fiorentina sans un grand Borja Valero. L'Espagnol avait peut-être été le meilleur joueur de Serie A sur l'année civile 2013 avant de sérieusement baisser de pied. Embêtant, puisqu'il est le repère de ses coéquipiers sur le terrain dans ce fameux milieu de terrain technique. Dans le même cas, on pourrait également citer capitaine Pasqual qui perd sa place d'arrière-gauche au profit d'un Marcos Alonso quelconque. Enfin les mercati passent, mais toujours pas de traces du défenseur central de renom qui stabiliserait et équilibrerait une bonne fois pour toute l'équipe. L'Argentin Gonzalo Rodríguez est un bon soldat qui a sûrement été en surrégime lors sa première année, avant de rentrer dans le rang.

« La vie est trop belle »


Et si on avait fait de Montella un génie tactique avant l'heure ? Un peu provoc' comme question, certes, mais ses changements de formation continus rappellent le bordel concocté par Prandelli pendant la dernière Coupe du monde. Il est vrai que les vicissitudes médicales de son effectif obligent le coach napolitain à remodeler souvent sa formation, mais de là à voir des passages récurrents du 3-5-2 au 4-3-3 ou au 4-3-1-2… La Fio a une identité de jeu, tripoteuse de ballons, jeu choral et compagnie, mais manque de repères tactiques bien précis. Un joueur comme Cuadrado, que l'on encense à juste titre, est ballotté un peu partout sur le terrain, alors que la logique voudrait que l'équipe soit construite autour de lui. Surtout en l'absence prolongée de Gómez et Rossi. Seulement voilà, le collectif prendra toujours le pas sur les individualités, à tort peut-être.

Et puis la Fiorentina, c'est un peu la bonne poire. Tout le monde l'apprécie, ça joue bien, la ville est splendide, pas de vagues dans le paisible fleuve Arno. Les supporters font rarement parler d'eux. Alors certes, cela donne une excellente image du club dont les médias raffolent depuis le début de l'ère Montella, mais ça manque de pression, de tension, d'obligation de résultats. La vie est belle, peut-être trop. À force qu'on lui cire les pompes, la Fiorentina s'est-elle trop embourgeoisée ? Déjà qu'elle ne compte pas en ses rangs des forts en gueule capables de transmettre leur grinta à toute une équipe. Les limites caractérielles sont évidentes, c'est donc à l'entraîneur et aux dirigeants de créer ce climat légèrement asphyxiant qui permet de tenir tout le monde constamment sur le qui-vive. Car les blessures et le calendrier ont rendu les choses compliquées en ce début de saison. Mais cette équipe-là a surtout besoin d'un second souffle, au risque de s'embourber dans le ventre mou.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
vinnyroma Niveau : CFA2
dommage j'aimais bien la Fiorentina avant époque Prandelli mais maintenant c'est typiquement l'équipe bidon de la serie A actuelle constituée à 80% d'étrangers, pas d'âme, pas d'identité

en plus Rossi et Bernardeschi sont blessés
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Bien d'accord avec l'auteur, cette Fio a besoin d'un grand défenseur et d'un peu plus de chance (toute l'attaque à l'infirmerie c'est frustrant!).

C'est vraiment dommage, car cette équipe a fière à l'allure lorsqu'elle est au complet.
Message posté par vinnyroma
dommage j'aimais bien la Fiorentina avant époque Prandelli mais maintenant c'est typiquement l'équipe bidon de la serie A actuelle constituée à 80% d'étrangers, pas d'âme, pas d'identité

en plus Rossi et Bernardeschi sont blessés



Donc le fait d'avoir beaucoup d'étrangers dans l'effectif empêche une "âme" et une "identité" d'émerger ?

L'Inter de 2005-2010 me semblait avoir une identité affirmée et une âme, pourtant ses cadres étaient argentins, suédois, camerounais, néerlandais, brésiliens...

Tu véhicules un peu le cliché de l'Italien xénophobe, sans le vouloir j'espère pour toi.

Concernant la Fio, je pense pas du tout qu'elle soit bidon, faudrait la voir sans blessure (Rossi, Gomez) pour vraiment apprécier l'effectif bien fourni !
vinnyroma Niveau : CFA2
Message posté par Fanch2922



Donc le fait d'avoir beaucoup d'étrangers dans l'effectif empêche une "âme" et une "identité" d'émerger ?

L'Inter de 2005-2010 me semblait avoir une identité affirmée et une âme, pourtant ses cadres étaient argentins, suédois, camerounais, néerlandais, brésiliens...

Tu véhicules un peu le cliché de l'Italien xénophobe, sans le vouloir j'espère pour toi.

Concernant la Fio, je pense pas du tout qu'elle soit bidon, faudrait la voir sans blessure (Rossi, Gomez) pour vraiment apprécier l'effectif bien fourni !


c'est quoi le cliché de l'italien xénophobe ? je ne le connais pas ce cliché, qui dit ça à part un français xénophobe ? ah oui comme le cliché du français qui dit que les africains sont physiques et pas intelligents.

donc pour te répondre plus précisément, j'ai été contre l'arrêt Bosman, pour moi les équipes de club doivent conserver une identité nationale et favoriser la progression des joueurs nationaux et donc limiter le nombre de joueurs nationaux. Je n'ai rien contre les étrangers mais je suis pour les italiens et les jeunes italiens.
Je ne pense pas que les pays qui contrôlent les frontières (donc tous) donc qui refusent l'arrivée de trop d'étrangers soient xénophobes.

Dans le foot italien, les clubs peuvent faire venir n'importe quel étranger, bon ou médiocre. Je trouve qu'il y a trop d'étrangers médiocres en serie A et pas assez d'italiens dans les clubs oui.

Je n'étais déjà pas fan de l'inter pour ces raisons mais au moins c'étaient des joueurs d'exception comme le PSG actuel. Et encore l'inter était constitué de pas mal d'argentins avec du sang italien.

Quand l'Italie dominait le foot européen dans les années 80 et 90, c'était avec 8 ou 9 italiens sur le terrain.
Message posté par vinnyroma


c'est quoi le cliché de l'italien xénophobe ? je ne le connais pas ce cliché, qui dit ça à part un français xénophobe ? ah oui comme le cliché du français qui dit que les africains sont physiques et pas intelligents.

donc pour te répondre plus précisément, j'ai été contre l'arrêt Bosman, pour moi les équipes de club doivent conserver une identité nationale et favoriser la progression des joueurs nationaux et donc limiter le nombre de joueurs nationaux. Je n'ai rien contre les étrangers mais je suis pour les italiens et les jeunes italiens.
Je ne pense pas que les pays qui contrôlent les frontières (donc tous) donc qui refusent l'arrivée de trop d'étrangers soient xénophobes.

Dans le foot italien, les clubs peuvent faire venir n'importe quel étranger, bon ou médiocre. Je trouve qu'il y a trop d'étrangers médiocres en serie A et pas assez d'italiens dans les clubs oui.

Je n'étais déjà pas fan de l'inter pour ces raisons mais au moins c'étaient des joueurs d'exception comme le PSG actuel. Et encore l'inter était constitué de pas mal d'argentins avec du sang italien.

Quand l'Italie dominait le foot européen dans les années 80 et 90, c'était avec 8 ou 9 italiens sur le terrain.



Un peu réducteur comme raisonnement, et quand tu avances avec raison que les top clubs italiens avaient 8 ou 9 nationaux quand ils marchaient sur l'Europe c'est un peu vite oublier que les "étrangers" qu'ils avaient étaient pas forcément des faire-valoir pour les italiens (van Basten, Riijkard et Gullit pour le Milan, Platini et Boniek pour la Juve...). Je dis pas qu'ils étaient meilleurs que les italiens présents, mais critiquer l'arrêt Bosman en affirmant que ça fait perdre en identité (de club, de jeu...) c'est enfoncer des portes ouvertes.

La série A est quand même un des championnats les moins permissifs pour les étrangers, puisque hors UE les clubs ne peuvent signer qu'un étranger par an. Donc se réjouir que les argentins de l'Inter ont du "sang italien" c'est aussi limite que leur démarche pour se trouver une arrière grand-mère italienne pour se faire un passeport.

La serie A est devenu un championnat de seconde zone comme la L1 et se tourne donc vers les étrangers qui sont abordables pour se monter une bonne équipe (coucou Udine). Les bons italiens qui peut se les payer ? Même au Milan on peut pas dire qu'ils ont le niveau, donc tu en trouves qu'à la Juve et à la Roma. Se réjouir que l'ossature de la Squadra vient du même club c'est bien, mais c'est oublier un peu vite que la Juve fait comme le Bayern. A la différence prêt qu'en Buli tu trouves plus facilement de talents pour l'équipe nationale dans les autres clubs (Kramer à Gladbach...) qu'en serie A.
vinnyroma Niveau : CFA2
quand l'Italie dominait l'Europe, il y avait donc 8 ou 9 italiens dans les équipes et avec effectivement d'excellents étrangers qui apportaient une plus value mais donc à une époque les italiens étaient suffisamment bons pour jouer dans les grands clubs peut être parce qu'ils avaient l'espace et la place pour s'exprimer.

Aujourd'hui il y a de moins en moins d'italiens et on les trouve de moins en moins bons peut être parce qu'ils ne peuvent pas s'exprimer.

L'Italie est avec l'Angleterre celui qui parmi les grands championnats compte le plus d'étrangers mais au moins dans les grands clubs il y a de bons étrangers alors que l'Italie est perdante sur toute la ligne : niveau des étrangers faibles en moyenne, un championnat en déclin et cela nuit à son équipe nationale (il suffit de voir les attaquants italiens actuels).

et quand on a pas assez d'argent : il y a un truc c'est la formation et miser sur les joueurs du crus c'est encore moins cher que de recruter des étrangers.

on peut citer l'exemple Verratti qui s'épanouit au PSG, je n'ose imaginer sa carrière en Italie actuellement dans la bouillie des clubs italiens.

si je dirigeait la ligue italienne : ce serait 6 joueurs italiens sélectionnables obligatoires sur le terrain. Ce qui laisse la place quand même à 5 étrangers.
Message posté par vinnyroma
quand l'Italie dominait l'Europe, il y avait donc 8 ou 9 italiens dans les équipes et avec effectivement d'excellents étrangers qui apportaient une plus value mais donc à une époque les italiens étaient suffisamment bons pour jouer dans les grands clubs peut être parce qu'ils avaient l'espace et la place pour s'exprimer.

Aujourd'hui il y a de moins en moins d'italiens et on les trouve de moins en moins bons peut être parce qu'ils ne peuvent pas s'exprimer.

L'Italie est avec l'Angleterre celui qui parmi les grands championnats compte le plus d'étrangers mais au moins dans les grands clubs il y a de bons étrangers alors que l'Italie est perdante sur toute la ligne : niveau des étrangers faibles en moyenne, un championnat en déclin et cela nuit à son équipe nationale (il suffit de voir les attaquants italiens actuels).

et quand on a pas assez d'argent : il y a un truc c'est la formation et miser sur les joueurs du crus c'est encore moins cher que de recruter des étrangers.

on peut citer l'exemple Verratti qui s'épanouit au PSG, je n'ose imaginer sa carrière en Italie actuellement dans la bouillie des clubs italiens.

si je dirigeait la ligue italienne : ce serait 6 joueurs italiens sélectionnables obligatoires sur le terrain. Ce qui laisse la place quand même à 5 étrangers.



Je suis globalement d'accord avec toi sur le constat, mais pas sur les quotas de joueurs italiens obligatoires sur le terrain.
Le principe d'une équipe c'est de gagner et donc d'aligner les meilleurs joueurs possibles.
Pour que ces joueurs soient italiens il faut valoriser la formation et non obliger l'alignement ou non de joueurs en fonction de leur nationalité !
Après je suis d'accord que les jeunes joueurs italiens ne sont pas forcément mis en avant et ça c'est carrément dommage. Je pense là à Alessio Romagnoli qui est prêté par la Roma à la Samp.
C'est un bon jeune défenseur, je ne comprends pas pourquoi (outre le gain d'expérience) Garcia ne l'a pas gardé il aurait pu être utile à la défense romaine dès cette saison (Holebas merci...) et aurait eu plus l'occasion de se montrer qu'à la Samp, en LDC par exemple !

Pour revenir à ton idée, arriver à faire jouer un mec juste pour son passeport, plutôt qu'un autre qui est meilleur serait quand même dommage ! Par contre valoriser les joueurs formés au club, oui, et quelle que soit leur nationalité.
vinnyroma Niveau : CFA2
Message posté par Fanch2922



Je suis globalement d'accord avec toi sur le constat, mais pas sur les quotas de joueurs italiens obligatoires sur le terrain.
Le principe d'une équipe c'est de gagner et donc d'aligner les meilleurs joueurs possibles.
Pour que ces joueurs soient italiens il faut valoriser la formation et non obliger l'alignement ou non de joueurs en fonction de leur nationalité !
Après je suis d'accord que les jeunes joueurs italiens ne sont pas forcément mis en avant et ça c'est carrément dommage. Je pense là à Alessio Romagnoli qui est prêté par la Roma à la Samp.
C'est un bon jeune défenseur, je ne comprends pas pourquoi (outre le gain d'expérience) Garcia ne l'a pas gardé il aurait pu être utile à la défense romaine dès cette saison (Holebas merci...) et aurait eu plus l'occasion de se montrer qu'à la Samp, en LDC par exemple !

Pour revenir à ton idée, arriver à faire jouer un mec juste pour son passeport, plutôt qu'un autre qui est meilleur serait quand même dommage ! Par contre valoriser les joueurs formés au club, oui, et quelle que soit leur nationalité.


on a bien limité le nombre d'étrangers jusqu'à l'arrêt bosman et on limite encore les extra communautaires donc oui le passeport compte et peut compter.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2 8