Pourquoi l'OM joue sa saison à Toulouse

A Marseille, la Coupe de la Ligue n'a jamais été un franc succès. Si pour enfin gagner un trophée, il faut se farcir les interviews de Daniel Lauclair avant de voir partir les joueurs avec une mini-coupe perso, autant mettre en avant le gain de la Coupe Intertoto de 2005, obtenue face à la Lazio Rome et au Deportivo La Corogne. Quand même autre chose que Vannes en finale. Pourtant, cette saison, la Coupe de la Ligue est l'objectif numéro 1 du club. Explications.

Modififié
0 0
- Pour se donner du temps


« L'objectif est clair dès le départ : c'est d'être en Ligue des Champions chaque année » . Après la déconvenue de Montpellier, Didier Deschamps n'avait guère le choix : soit il se couvrait de ridicule en parlant encore de titre, soit il faisait preuve d'un peu de mauvaise foi. Il a évidemment choisi la seconde option. En championnat, la troisième place paraît être la seule que l'OM puisse vraiment viser aujourd'hui. Et si Montpellier ou Lille peuvent certes chuter, il ne faut pas occulter le fait que Lyon ne va pas rester apathique jusqu'en mai. Alors pour faire passer la pilule auprès des supporters, autant faire une saison pleine -où l'on joue sur tous les tableaux- mais somme toute moyenne. Comme en 2005-06 avec Jean Fernandez : 5ème en championnat, finaliste de la Coupe de France, 8ème de finale d'UEFA. La saison avait été jugée satisfaisante, l'équipe étant en reconstruction. Ça tombe bien, le même argument est avancé cette année par le “pool” dirigeant.


- Pour conforter Deschamps


Dimanche matin, Deschamps a fait une petite mise au point avec ses joueurs. Un genre de confrontation à cœurs ouverts. Le lendemain, le détail de cette discussion en interne est retranscrit dans L'Equipe. Si la pratique est désormais courante (hier, c'était le recadrage de Kombouaré qui figurait dans le quotidien), elle a néanmoins choqué l'entraîneur phocéen. Qui a pu se rendre compte que certains joueurs, voire dirigeants, ne marchaient pas dans le même sens que lui. Par ailleurs, il aurait été difficile pour ce dernier de venir faire le malin dans le bureau de Pape Diouf avec un trophée du calibre de la Coupe de la Ligue. Par contre, dans celui de Dassier, la Dèche aura l'étiquette du sauveur. L'homme qui ramène un trophée sur la Canebière 17 ans après une Ligue des Champions qu'il a lui-même soulevée. De quoi avoir les coudées franches pour la saison prochaine. Autrement dit, avoir les pleins pouvoirs pour faire venir les joueurs qu'il désire et dégager les brebis galeuses.


- Pour créer une unité entre les joueurs


Cette saison, Didier Deschamps a instauré une nouvelle méthode à l'OM. La composition d'équipe n'est ainsi communiquée aux joueurs que deux heures avant le match. Une pratique discutable, surtout quand, comme le constate Abriel, « on ne joue pas ensemble et [qu']on a des comportements individuels » . Le onze type n'est toujours pas défini. L'opportunité de gagner un trophée tôt dans la saison pourrait à ce titre permettre à certains d'assoir leur légitimité et à d'autres de carrément se libérer. Une hiérarchie saine pourrait de fait s'établir dans le groupe, en se référant à un ou plusieurs matchs référence.


- Pour l'exemple donné par Bordeaux


Bordeaux a parfaitement su gérer la Coupe de la Ligue. En 2007, les Girondins affrontaient Lyon en finale. A la faveur d'une victoire sur un coup de tête d'Henrique en fin de match, les Marine et Blanc ont pris un avantage psychologique sur leurs adversaires du soir, leur disputant le titre la saison suivante avant de leur succéder au palmarès de la Ligue 1. L'an dernier, après un début d'année un peu poussif, c'est une victoire en demi-finale au Parc qui allait relancer la saison des Girondins. Souleymane Diawara avait d'ailleurs inscrit un lob d'avant-centre et n'était plus redescendu de son nuage. Après avoir raflé la coupe en finale contre Vannes, les Aquitains terminent leur championnat sur 12 victoires d'affilée. Abriel, toujours lui, l'a bien compris : « Quand on gagne, ça passe » . Et devinez qui les Olympiens risquent-ils de retrouver en finale ?


- Pour Robert Louis-Dreyfus et la fameuse malédiction du trophée


Objectivement, se qualifier trois fois consécutivement pour la Ligue des Champions apparait comme une performance autrement plus glorieuse qu'une coupe qui se gagne en quatre misérables matchs. Oui, mais voilà, le mot trophée obsède, même les puristes. Avec cette coupe, l'OM s'achèterait une paix des braves avec les supporters, les médias, fermant la parenthèse de la malheureuse période de présidence de Robert Louis-Dreyfus. Comme un symbole, ce trophée lui serait dédié et tout le monde ferait preuve de retenue. Il serait alors temps de se mettre au boulot pour la saison suivante. Histoire pour le club de réussir enfin son pari, celui de dominer le championnat de France. Après tout, Lyon avait commencé son règne par le gain de cette fameuse coupe en 2001... Réponse ce soir à Toulouse.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0