Pourquoi l'Allemand ne coûte pas une blinde ?

Alors que les transferts de Luis Suárez et James Rodríguez remettent en perspective la notion de fair-play financier, Toni Kroos, potentiellement le meilleur joueur de la Coupe du monde, n'a coûté qu'un petit 30 millions. Soit le prix d'un simple Adam Lallana. Une tendance récurrente pour les joueurs germaniques.

Modififié
24 36

Le Bayern est acheteur

Sur le marché domestique déjà, l'Allemand ne vaut pas une cacahuète. Sur les vingt joueurs les plus chers à avoir signé en Bundesliga, seulement sept sont des locaux : Götze, Gómez, Neuer, Reus, Klose, Çalhanoğlu et Jansen. Il est intéressant de noter qu'à part Reus (d'un Borussia à l'autre) et Çalhanoğlu (d'Hambourg à Leverkusen), les cinq autres ont atterri au Bayern. Tout simplement parce que c'est la politique maison de piller les voisins pour se renforcer et les affaiblir au passage. Le Werder est dauphin en 2005-2006, troisième l'année suivante et Miro Klose claque 28 buts au passage ? On achète. Stuttgart finit troisième en 2008-2009 et Mario Gómez meilleur buteur ? On le prend. Dortmund est champion en 2011-2012 et second ensuite ? Ils feront moins les malins sans leur chouchou de numéro 10. Mais en dehors de ces garçons qui ont coûté de l'argent, beaucoup même pour les Mario (37 millions pour le blond, sept de moins pour le brun), le Bayern prend aussi ce qui est fort avant cela ne brille. Sebastian Rode, prometteur milieu défensif, a ainsi rejoint le club cet été en provenance de Francfort. Pour rien. L'année dernière, de la même manière et pour le même prix, c'était Jan Kirchhoff, depuis prêté à Schalke. Plus cher, mais plus jeune, le Bayern était aussi allé chercher à 16 ans Kroos au Hansa contre 2 millions. Du coup, les meilleurs Allemands, et par conséquent les plus chers, se retrouvent bien souvent chez le Rekordmeister avant que les clubs étrangers ne s'y intéressent.

Le Bayern n'est pas vendeur

Et là, plus question d'en bouger. Un club vingt-quatre fois champions, ayant atteint trois fois la finale de la Ligue des champions en cinq ans pour un triplé, ne vend tout simplement pas ses joueurs. Il n'y a pas de complexe d'infériorité chez la Stern des Südens, même si on a souvent tendance à penser le contraire. Est-ce que le Barça se sépare d'Iniesta, le Real de Ramos ou United de Rooney ? Les grands clubs gardent leurs grands joueurs, surtout s'ils sont du cru. Avant le départ de Kroos, seulement trois joueurs avaient été vendus pour plus de 10 millions : Owen Hargreaves, Luiz Gustavo et Mario Gómez. Le premier était anglais et Manchester trop insistant, le deuxième brésilien et dispensable depuis les arrivées de Javi Martínez puis Thiago. Et le dernier, bien qu'allemand, ne pouvait pas se contenter d'être la doublure d'un Mario croate, encore moins celle d'un autre compatriote, plus jeune et plus cher. Le départ de Toni Kroos est une première, dans le sens où il n'a pas vraiment été prévu par le Bayern. Mais c'est oublier que Guardiola a emmené Thiago dans ses bagages l'année dernière, et que si Kroos a énormément joué cette saison, c'est aussi parce que l'Espagnol a longtemps été blessé, tout comme Schweinsteiger.

Les clubs de Bundesliga sont bien gérés

À un an de la fin de son contrat, l'offre du Real apparaissait ainsi comme une porte de sortie acceptable pour tout le monde ; le Bayern ne voulant tout simplement pas s'aligner sur les demandes salariales de Kroos, aux alentours des 10 millions par an, comme Lahm ou Schweinsteiger. Cela aurait pu mettre en péril l'équilibre financier du club, surtout avec l'arrivée de Robert Lewandowski, dont les émoluments sont au niveau du talent. Parce qu'outre-Rhin, on ne rigole pas trop avec les chiffres. C'est dans la culture, et dans les faits, avec une gestion que Michel Platini valide à 100%, basée sur des investisseurs de longue durée et des fans toujours présents. Surtout, on sait ce qu'il en coûte de faire n'importe quoi sur le marché des transferts. Dortmund, vainqueur de la Ligue des champions en 1997, a tenté de maintenir son lustre à grands coups de millions en Rosický, Evanilson ou Amoroso, et n'a dû sa survie qu'à la solidarité de ses supporters. Les flops, on laisse ça aux autres.

L'Allemand n'est pas frisson

Que les clubs de Bundesliga n'achètent pas, d'accord, mais pourquoi ne vendent-ils pas ? D'abord, pourquoi vouloir quitter son pays ? Si on regarde le top 50 des transferts, niveau Européens, il n'y a bien que les Espagnols pour s'exporter, essentiellement depuis les triomphes conjugués de la Roja et du Barça. Comme si Seat valait plus qu'Audi. Italiens et Anglais restent aussi chez eux. Ensuite, personne ne regarde ce championnat, malgré les buts et les tribunes toujours pleines. Pas assez glamour. Ce n'est pas un hasard s'il faut une Coupe du monde pour qu'on réalise le niveau des joueurs. Si Özil et Khedira n'avaient pas brillé en 2010, le Real ne serait certainement pas allé les chercher à Brême et à Stuttgart. C'est presque à se demander comment Chelsea a vu André Schürrle (ou Marko Marin). Enfin, difficile de ressortir une personnalité du collectif. Thomas Müller, malgré son immense talent, ne fera jamais vendre des maillots. Parce qu'il marque du tibia, pas après avoir éliminé trois joueurs ou sur une reprise de volée. Pour beaucoup, l'Allemand, sans émotion, n'en provoque pas. Seul Özil (et un peu Götze) échappe à ce constat, et c'est logiquement lui le plus cher à 50 millions, évidemment entre un club espagnol et un anglais.

Et pendant longtemps, il a été nul

À la fin des années 80 et ce, jusqu'à la décennie suivante, la Nationalmannschaft était remplie de joueurs talentueux. La Serie A, alors meilleur championnat du monde, ne s'y était pas trompée en y piochant allègrement : Völler, Brehme, Matthaus, Klinsmann, Bierhoff… Mais par la suite, jusqu'à l'avènement de la génération actuelle, alors que les montants des transferts prenaient le chemin du ciel, c'était un peu le néant. Qui aurait mis 50 patates sur Oliver Neuville ou Kevin Kurányi ? Personne. À raison.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous faites fausse route, Kroos à couté 30m car il n'avait qu'un an de contrat sinon c'était aussi pour 50/60m pour sûr.
Ozil 50m, Gotze 34m, Gomez 26m, neuer 25m, Schurrle 20m... Vous avez tord là :D
Si pour toi, Reus n'est pas frisson, tu peux changer de métier, Alf.
D'ailleurs, c'est ce que tu devrais faire, chaque article t'enfonce encore plus dans le ridicule.
peut-être le plus frisson au monde!
Jay Malloney Niveau : District
Message posté par N3L
Vous faites fausse route, Kroos à couté 30m car il n'avait qu'un an de contrat sinon c'était aussi pour 50/60m pour sûr.
Ozil 50m, Gotze 34m, Gomez 26m, neuer 25m, Schurrle 20m... Vous avez tord là :D


dans le classement des transferts les plus couteux, doit pas y'avoir d'allemand dans les 10-15 premières places malgres leurs excellentes performances depuis des années, et ce pour toutes les raisons exprimées dans l'article ..
ohundnisursofoot Niveau : CFA2
Je trouve cet article bien fait, et plutôt juste. 30M pour Kroos, de la part du Réal Madrid, c'est quasiment une obole. Quand on voit ce qui se fait aujourd'hui en matière de transferts, les joueurs allemands ne sont pas dans les plus chers.
Kroos vient du Hansa Rostock, pas Hertha!
Je comprends pas en quoi les 2 premiers paragraphes répondent à la question
J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
Si Kroos est vendu à 30 M€, c'est évidement parce qu'il ne reste qu'un an de contrat. S'il lui en restait 2 ou plus, il n'aurait tout simplement pas été vendu. Même à 60M€
Cristiano Messi Niveau : Loisir
OK,toutes ces cylindrées allemandes coûtent peut-être moins chers à la base mais elles consomment un max,elles sont toutes à 10 millions/an minimum , ça compense.
Message posté par Steth0
Je comprends pas en quoi les 2 premiers paragraphes répondent à la question


Le Bayern achète les meilleurs joueurs allemands, ceux qui pourraient coûter une blinde, très jeunes, au moment où ils n'a pas besoin de mettre 40 millions sur la table. Puis il ne les revend pas, ce qui fait qu'aucun joueur allemand qui pourrait coûter une très grosse somme n'est vendu au moment de sa carrière où des clubs pourraient investir sur lui comme le Real l'a fait sur James. Du coup, l'allemand ne coûte pas une blinde parce que ceux qui pourraient coûter une blinde ne sont simplement (presque) jamais à vendre. Voilà en quoi les deux premiers paragraphes répondent à la question.
"Toni Kroos, potentiellement le meilleur joueur de la Coupe du Monde"

Chez So Foot le meilleur joueur de la coupe du monde change chaque jour.
Message posté par J_Vous_Lavezzi
Si Kroos est vendu à 30 M€, c'est évidement parce qu'il ne reste qu'un an de contrat. S'il lui en restait 2 ou plus, il n'aurait tout simplement pas été vendu. Même à 60M€



Les mecs persuadés d'avoir la science infuse comme toi ça me fait gerber. Ca me fout littéralement en l'air ce genre de commentaire, mais putain qu'est-ce que t'en sais? Comment tu peux affirmer avec autant d'aplomb que même avec une offre de 60 Millions d'euros un Kroos avec deux ans de contrat serait resté au club? Et en plus t'es condescendant avec tes "évidement", "tout simplement"... Genre toi tu sais, les autres sont des débiles. Bon week end sinon.
cuchulainn69 Niveau : District
Message posté par madPenguin
"Toni Kroos, potentiellement le meilleur joueur de la Coupe du Monde"

Chez So Foot le meilleur joueur de la coupe du monde change chaque jour.


Mais le fait de placer "potentiellement" les couvres dans le cas où ils se planteraient.
Ca devient donc facile de changer de joueur comme de slip.
Rakamlerouge Niveau : National
La réponse est dans le dernier paragraphe: parce que pendant longtemps, le joueur allemand a été nul à en chialer. Ramelow, Bredaric et Olaf Marschall auraient fait tâche au Camp Nou.

Le joueur allemand redevient un produit d'exportation, comme dans les 80's/début 90's, ou même des Kohler, Reuter, Hässler, Riedle ou Berthold (en plus des plus connus cités dans l'article) jouaient en Serie A. Parce que le niveau a bien changé.

Il me semble que sur l'effectif de départ au mondial 2010, à part Jérôme Boateng qui cirait le banc à City, tous les joueurs évoluaient en Bundesliga. C'est la CDM qui a enclenché le processus, avec les départs d'Özil et de Khedira à Madrid.

Sur le Bayern, ok le "pillage" (ciblé) est une habitutde mais l'ossature actuelle Lahm Schweini Müller, ca vient du club. Et ces gars ne bougent pas parce ils s'identifient à leur équipe. Ils sont 3 à nous faire une Totti-Giggs au Bayern. C'est rare à l'heure actuelle, à part à Barcelone.
Estebanana Niveau : CFA
Je ne pense qu'on puisse comparer Reus avec Neymar ou Suarez en terme d'exploitation marketing.
Qu'un club essaie de prendre Reus et on verra si l'allemand ne coûte pas cher.
"Seul Özil (et un peu Götze)"

Et Reus, c'est du pipi de chat?
Je monte mon équipe, tu me proposes de choisir entre ces 3 joueurs, le choix est clair et net pour moi.
Götze a été très bon au BVB, mais je trouve Reus plus indispensable, ou plus difficilement remplaçable du moins.
Message posté par Estebanana
Je ne pense qu'on puisse comparer Reus avec Neymar ou Suarez en terme d'exploitation marketing.


Sûrement parce qu'il ne joue "qu'au BVB".
Personnellement, j'ai beau aimé le foot, je suis peu le championnat Allemand, excepté de temps en temps Dortmund, parce que je ne supporte aucune équipe allemande spécialement, et que j'ai autre chose à faire que passer tout mon WE devant du foot, comme beaucoup de personnes. On privilégie donc les plus grosses affiches de BPL, ou les équipes que l'on aime ou que l'on aime détester (dans l'espoir de les voir perdre, et parce que ça joue au foot aussi, ex: Real).

Tu le met dans un club du bug 4 anglais, ou en Espagne, il n'aura pas grand chose à envier niveau marketing le Marco.
Shevchenko Niveau : CFA2
Et pourtant Reus n'est pas champion du monde. Sad world !
"Et pendant longtemps il a été nul"
J'ai du mal avec ce passage, on oublie une finale de coupe du monde en 2002, avec des joueurs comme Ballack, Scheider,ou Kahn...
Et ce même Oliver Neuville que vous citez, un type titulaire en finale de coupe du monde 2002, 3 éme de la coupe du monde 2006 et finaliste de l'euro 2008...
On a vu pire comme peintre.
L'allemand a été tres nul en effet : finaliste 2002, 3eme en 2006
Je pense notamment a Frings un putain* de milieu (son but contre le costa rica en 2006 un chef d'oeuvre.
L'auteur connait-il vraiment le foot allemand ? .....
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
24 36