Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue 1, mon amour
  2. // Épisode 7

Pourquoi Jordan Ayew est meilleur qu'Alexis Sánchez

L'un porte des shorts toujours trop petits, l'autre se croit en NBA. Beaucoup d'autres choses séparent Jordan Ayew d'Alexis Sánchez, l'enfance notamment. Et paradoxalement, l'attaquant de Lorient a beaucoup plus de mérite.

Modififié
Jordan Ayew n'est pas seulement le fils d'Abedi Pelé. Il est aussi le petit frère d'André Ayew (et le demi-frère d'Abdul Rahim, si on veut être complet). Autant dire un mec destiné à se trouver au centre d'un stade plein une fois le week-end venu. Son enfance, Jordan l'a passée au Ghana, dans le domaine familial. Non, il ne manquait de rien. Dans le grand jardin de la propriété, il pouvait d'ailleurs commencer à se familiariser avec le cuir, à grands coups de tacles sans pitié sur le grand frère. Adolescent, Jordan n'a pas eu trop le temps de se poser des questions : son parrain était président d'un club de foot où son père avait gagné deux, trois trophées. Il y a donc signé pro sans trop de soucis. Derrière, première entrée en Ligue 1, premier but, et la saison suivante, une victoire face à Nice avec quatre pions plantés par la fratrie Ayew. Ce qui fait dire à Patrick Bosso, comique marseillais sans stress grâce à Point S, que « le recrutement est fait : il faut mettre la mère en couveuse et patienter jusqu'au prochain mercato » .

Pas né sous la même étoile


En revanche, faire d'un nouveau-né un footballeur pro, ça n'a rien d'une évidence pour la maman d'Alexis Sánchez. Le Chilien vient d'une région très pauvre, dans le désert, et il a vite dû faire sans son père, mineur. N'ayant pas assez d'argent pour aller à l'école, « Alex'kid » cherche à se faire de l'argent dans la rue. Peu importe comment. S'essayer aux sauts périlleux ou s'improviser boxeur face à d'autres mômes dans le quartier, tous les moyens sont bons. Le foot, il ne l'apprend pas sur une pelouse taillée au millimètre, mais sur la route, et sans chaussures, au moins au début. C'est le maire de son village qui lui en offre une paire pour le voir briller dans son équipe, et lorsque l'actuel attaquant d'Arsenal a compris qu'il pouvait s'en sortir par le foot, il a vite exploité le filon. Repéré par les antennes chiliennes de l'Udinese, il se perfectionne en AmSud avant de débarquer dans le Calcio en 2008. En trois saisons, il met sa rage au service du collectif et devient le joueur le plus convoité d'Europe. Il choisit d'aller dans la plus grande équipe du moment, le FC Barcelone de Guardiola, qui en est à sa deuxième Ligue des champions en trois ans. Après trois saisons en Catalogne, il signe cet été à Arsenal, séduit par le projet de jeu de Wenger, et aussi par le salaire, évidemment. Une destination où il parfait surtout son cursus sacrément riche en matière de collectif.

La vraie richesse, c'est le collectif


L'Udinese, Barcelone, Arsenal et une sélection chilienne profondément marquée par le passage de Bielsa : Sánchez ne connaît que des formations où l'on pratique un jeu léché, fait de passes et d'actions où tout le monde touche la balle. Un truc que Jordan Ayew n'a jamais connu, que ce soit à l'OM ou dans une sélection ghanéenne où il a le tort de jouer au même poste qu'Asamoah Gyan, un des gros ego du vestiaire. En fait, c'est peut-être parce que l'attaquant de Lorient était le fils et le frère de, que tout a été plus compliqué pour lui. Ses coéquipiers ont toujours vu un joueur chouchouté, même en Bretagne où il a été transféré grâce à la belle entente entre Labrune et Féry. Alors à quoi bon lui faire des passes ? À Marseille, Jordan a aussi connu des joueurs qui suspectaient son frère de faire du lobbying pour lui obtenir du temps de jeu... Autant dire que tous ses buts, Jordan est allé les chercher tout seul. Il a bien plus de mérite dans le foot que ce pauvre Alexis Sánchez que tout le monde a envie d'aimer juste parce qu'il a connu la misère.

Et dans le merveilleux monde de la Ligue 1, il y a aussi :
Pourquoi Jérémy Morel est meilleur que Jérémy Mathieu
Pourquoi N'Golo Kanté est meilleur qu'Andrès Iniesta

Pourquoi Raphaël Guerreiro est meilleur que Gareth Bale
Pourquoi Claudio Beauvue est meilleur qu'Harry Kane
Pourquoi Julien Féret est meilleur qu'Oscar
Pourquoi Wissam Ben Yedder est meilleur que le Kun Agüero

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25