Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Eredivisie
  2. // J28
  3. // Ajax-Feyenoord

Pourquoi il ne faut pas rater Ajax-Feyenoord

Liverpool-Everton ? Schalke-Dortmund ? Benfica-Porto, Monaco-PSG, Naples-Juventus ? Non merci. Le vrai frisson de ce week-end, c'est le Klassieker de 14h30 entre Ajax Amsterdam et Feyenoord Rotterdam. Plus que jamais. On vous explique pourquoi.

Modififié

Parce que le Feyenoord peut devenir (presque) champion


La dernière fois que le Feyenoord est devenu champion des Pays-Bas (1999), la nouvelle pépite ajacide Matthijs de Ligt n'était pas encore née, les gens voyaient le bug de l'an 2000 comme une véritable menace mondiale et Lionel Jospin comme un futur président de la République française. Mais cette saison, les Trots van Zuid n'ont jamais été aussi proches de remporter l'Eredivisie, et la seule formation capable de rivaliser cahin-caha demeure l'Ajax, à six points derrière au classement. Dès lors, si le Feyenoord gagne face à son poursuivant direct, il creuserait l'écart alors qu'il ne resterait que six matchs à disputer. Prévoir donc un match à couteaux tirés, et ce, selon les standards déjà établis du Klassieker.


Parce que l'Ajax peut se faire passer devant par le PSV


Autre raison de s'attendre à une rencontre ardemment disputée ? Outre le fait de dire définitivement adieu au titre de champion, une défaite pour l'Ajax pourrait signifier une chute au classement. Le PSV ayant disposé du Sparta Rotterdam 2-0 hier, le club d'Eindhoven ravirait en effet la place de second aux Ajacides. Auquel cas, bye bye les préliminaires en Ligue des champions pour le club amstellodamois ! Chose qui ne s'est plus produite depuis la saison 2009-2010...

Parce que ce sont les deux plus belles équipes


À l'exception de Tonny Vilhena, suspendu pour un coup de coude sur Mathias Pogba côté Feyenoord, et de Kasper Dolberg, convalescent côté Ajax, les effectifs seront au complet. Au-delà du pur classement comptable, les deux formations bataves pratiquent deux footballs bien différents, mais aussi attractifs l'un que l'autre : Van Bronckhorst et son jeu direct et rapide passant par les ailes ; Peter Bosz, sa possession et son trio de milieux tamiseurs Ziyech-Schöne-Klaassen. On risque de ne pas s'emmerder à l'Amsterdam ArenA cet après-midi.

Vidéo

Parce que le précédent Klassieker a été chiant comme la pluie


Malgré les forces en présence, les deux équipes s'étaient neutralisées en octobre dernier (1-1). Or, pour trouver trace de deux nuls consécutifs entre les deux équipes, il faut remonter à 2004. Sur 181 Klassieker officiels disputés, seuls six d'entre eux ont donné lieu à deux matchs nuls consécutifs.

Parce que c'est l'occasion de réviser son mercato estival 2017


Regarder les deux meilleures équipes d'Eredivisie s'affronter en avril, c'est déjà se familiariser avec de nombreux joueurs que l'on sait en partance quasi certaine pour les grands championnats européens. La plus grosse attente ? Rick Karsdorp. Longtemps suivi par Manchester United, le blondinet est désormais scruté par le FC Barcelone. Feyenoord toujours, Kongolo et Berghuis se retrouveraient en Premier League la saison prochaine – logique pour Berghuis qui reviendrait en prêt à Watford, mais pourrait espérer plus –, tandis que Vilhena avait intéressé un temps l'Olympique de Marseille. Côté Ajax, on parle de Klaassen à Everton et de Dolberg à Liverpool.


Parce que c'est sans doute le dernier Klassieker de Dirk Kuyt


Une fois n'est pas coutume, Dirk Kuyt n'a pas souhaité garder le ballon dans l'aire de jeu et a botté en touche lorsqu'on lui a demandé s'il s'agissait de son dernier Klassieker. « Je n'y pense pas, a répondu le capitaine rotterdamois au micro de FOX Sports. Je vis dans le présent et je veux à tout prix gagner le championnat avec Feyenoord. » Certes. Mais on a vu l'ancien de Liverpool et Fenerbahçe lâcher de plus en plus souvent son brassard à Karim El Ahmadi à l'heure de jeu, voire littéralement commencer la rencontre sur le banc, alors qu'il était titulaire indiscutable en début de saison. Histoire de préparer l'avenir doucement, mais sûrement parce qu'à trente-six ans, c'est bientôt l'heure de la quille pour le Sinok néerlandais. Et un titre en Eredivisie serait probablement la meilleure façon de tirer sa révérence.

Par Matthieu Rostac, à Amsterdam
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 116
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Les clés de la finale