Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Borussia Dortmund-Bayern Munich

Pourquoi il ne faut pas manquer Dortmund-Bayern ?

Érigé en pseudo-Clásico de la Bundesliga depuis plusieurs années, le match entre le BvB et le Bayern oppose les deux plus grosses écuries du championnat d'Allemagne, dont la rivalité historique reste discutable. Ce samedi à 18h30, ce sera l'occasion d'assister à une joute dont l'intérêt est avant tout sportif.

Modififié
  • Parce qu'attention à l'animal blessé !

    Les trois derniers matchs de championnat de Dortmund, ce sont deux défaites et un nul, neuf buts encaissés et huit points d'avance sur le deuxième qui se transforment en trois points de retard. Des chiffres qui font davantage penser au FC Cologne qu'à une équipe qui roulait sur la Bundesliga depuis le début de la saison. Ajoutez à cela une campagne européenne décevante, il n'est pas difficile d'imaginer que le moral ne soit pas au beau fixe dans les vestiaires. Mais réconforté par sa victoire en Pokal 0-5 contre le FC Magdebourg (D3), Dortmund a prouvé qu'il peut encore avoir le sens du but. Un sursaut d'orgueil qu'il faudra confirmer face au Rekordmeister afin de prouver que les jours noirs appartiennent au passé.


  • Parce que Peter Bosz peut prouver qu'il est l'homme de la situation

    Après le nul concédé face à Nicosie, Marcel Schmeltzer osait enfin lâcher le mot interdit : crise. Oui, le Borussia Dortmund va mal. Mais pas question pour autant de remettre en question le travail de Peter Bosz. Ses joueurs comme les dirigeants affirment sincèrement leur solidarité avec le technicien néerlandais, qui affirmait en conférence de presse avoir connu pareille situation lors de ses passages à l'Ajax Amsterdam et à Vitesse Arnhem. À chaque fois, c'est son système de jeu qui était remis en cause. Ici, un 4-3-3 offensif qui n'a pas bougé d'un pouce depuis le début de la saison. Mais c'est aussi une défense perméable, minée par les cartons rouges et les changements tactiques. Un talon d'Achille que ne connaît pas le Bayern, dont la ligne défensive Kimmich-Boateng-Hummels-Alaba est symbolique de la solidité bavaroise. La crise serait-elle donc avant tout mentale ? Meneur d'homme-né, Peter Bosz a trouvé un nouveau défi pour remettre son équipe sur les rails. Saura-t-il se montrer à la hauteur ?



  • Parce que c'est le duel des meilleurs buteurs d'Allemagne

    207 minutes que Pierre-Emerick Aubameyang attend de creuser l'écart avec son rival des surfaces Robert Lewandowski. Gabonais et Polonais sont pour l'instant seuls en tête du classement des buteurs avec dix réalisations chacun. Mais si Lewandowski s'est encore illustré fin octobre face à Leipzig, Aubameyang est à l'image de la situation de son club : un départ canon (huit buts en six matchs) et depuis, c'est l'essoufflement. Dans l'enfer du Westfalenstadion, les deux hommes auront à cœur de prendre le large sur leurs concurrents, à commencer par eux-mêmes. Le match dans le match.


  • Parce que plus le suspense dure, plus le plaisir est grand

    Peut-on dire que le Bayern a déjà tué le championnat ? Non, parce que trois points d'avance ne signifient rien à vingt-cinq journées du terme. En plus, la concurrence est encore rude. Jupp Heynckes le disait – certes, de façon un peu convenue – que le titre se jouera entre son club, Dortmund et Leipzig, qui compte seulement un point de retard sur le BvB et recevra dans le même temps le surprenant promu de Hanovre, quatrième avec 18 points. Derrière, on se tient en cinq unités jusqu'à la douzième place. Peut-être insuffisant pour le titre, mais assurément passionnant pour la course à l'Europe. Et puis du côté du Bayern – problème de riches oblige –, on a l'objectif d'effacer le camouflet de l'année passée, en remportant plus de trophées que le simple Meisterschale. Rien n'est joué et c'est tant mieux.



    Par Julien Duez
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:17 Drogba quitte le Phoenix Rising FC 8 Hier à 12:30 Mbappé humilie Dembélé à l'entraînement 53