Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Championship
  2. // Finale
  3. // Huddersfield-Reading

Pourquoi il faut regarder Huddersfield-Reading

Avant le début des play-offs, peu aurait misé sur une telle affiche à Wembley ce lundi. Cramé physiquement, Huddersfield Town devait se faire sortir par Sheffield Wednesday en demi-finale, et Fulham semblait plus armé que Reading pour toucher à la finale d’accession. Niet. Alors, voilà pourquoi il faut prendre quelques heures de son après-midi pour regarder cette bagarre entre les Terriers et les Royals.

Modififié

Pour voir Jaap Stam retrouver la Premier League


La scène est connue. Jaap Stam est sur le parking d’une station service de Manchester, Sir Alex Ferguson lui fait face : « Jaap, pourrais-tu rapidement partir à la Lazio s’il te plaît ? » Oui, une page de trois saisons magnifiques dans l’un des plus grands clubs du monde peut être déchirée aussi facilement que face à des pompes à essence. Voilà comment le colosse néerlandais a été invité à quitter Manchester United, rejoint en 1998 sous l’étiquette de joueur batave le plus cher de l’histoire en provenance du PSV, lors de l’été 2001. Voilà donc aussi comment il a quitté la Premier League après trois années marquées par trois couronnes de champion d’Angleterre, le triplé historique de 1999... et donc cette brouille avec Fergie qui pensait que Stam n’avait plus le niveau après s’être blessé au tendon d’Achille. Plus tard, Ferguson parlera de cette décision comme de « l’une des plus grands erreurs » de sa carrière, et ce, même si Manchester United avait surtout besoin à l’époque de remplir ses caisses.

Seize piges ont coulé et voilà Stam de retour, posé sur le balcon surplombant la Premier League. Le successeur de Gary Pallister à United, après plusieurs années d’hésitation, est finalement devenu entraîneur et a donc gratté son premier vrai poste de numéro un l’été dernier en étant nommé sur le banc de Reading, qui restait alors sur deux exercices compliqués (19e en 2014-2015, 17e en 2015-2016). Stam, en conférence de presse cette saison : « C’est toujours complexe pour un club de prendre le risque d’embaucher un entraîneur étranger, sans expérience, qui a simplement besoin qu’on lui donne une chance de faire ses preuves. J’en avais besoin, moi aussi, tout en sachant que je prenais un risque de ruiner ma réputation et mon nom si je me plantais. » Bingo, le grand Jaap a débarqué chez les Royals avec son assistant, Andries Ulderink, avec qui il bossait jusqu’ici dans les catégories de jeunes de l’Ajax, et ses idées.


Dans sa tête, Reading devait devenir une terre de jeu, de possession, où l’on fait confiance à la jeunesse et où l'on pouvait proposer autre chose. Bousculer, comme souvent avec Stam. Le succès est là, Reading a bouclé la saison troisième de Championship – avant de dégager Fulham en demi-finale – grâce à son style, son mix entre l’expérience de Yann Kermorgant et d’Ali al-Habsi et les jeunes promesses du club. Le tout, dix mois à peine après les nombreuses critiques qui s’étaient abattues sur la nomination de Stam. Lui s’en branle pas mal : « Je me fiche de comment les gens parlent de nous – on sait ce qu’on peut faire. (...) En tant qu’entraîneur, je ne peux pas me contenter d’une dixième place chaque année, je veux les sommets. » Solide et sexy alors que Reading vient d'être racheté par des investisseurs chinois.



Parce que Huddersfield Town est la vraie sensation de la saison


David Wagner est sur le bord de la pelouse de Hillsborough. Derrière lui, le gardien Danny Ward explose, lui qui une semaine plus tôt était suspendu et qui est devenu en quelques minutes le héros d’une nuit historique pour Huddersfield Town. « La majorité des consultants nous prédisait une bataille pour le maintien, maintenant, nous sommes à un pas de la Premier League - ça prouve bien l’ampleur de ce qu’on a réalisé avec notre petit budget. Je suis si fier de mes joueurs. Maintenant, on va s’arracher pour ajouter un dernier chapitre à ce conte de fées » , lâche Wagner face à la presse. Comme Stam, l’entraîneur allemand d’Hudderfield n’était pas grand-chose il y a deux ans dans le cercle des managers. Son histoire à lui est celle d’un homme patient, 45 piges, la dégaine d’un informaticien, capable de lâcher un discours complètement bourré au mariage de son meilleur pote – Jürgen Klopp –, mais aussi d’emmener son groupe en stage de préparation en Suède en mission survie. En juillet dernier, la bande des Terriers se retrouve alors à Ed, au bord d’un lac, sans internet, sans électricité, sans lit, pendant quatre jours et trois nuits. L’objectif de Wagner est de souder son groupe et, pour ça, il lâche ces consignes : «   Si vous avez faim, vous prenez votre canne à pêche et vous allez chercher du poisson. Si vous avez soif, vous allez au lac et vous y plongez une bouteille. Si vous avez froid, faites un feu.  »


Oui, David Wagner est un ovni dans le paysage du foot. Et son équipe est aujourd’hui magnifique, agressive, endurante, adepte du pressing permanent, proche de la philosophie Klopp, forcément, Wagner ayant longtemps été l’entraîneur de la réserve du Borussia Dortmund. Son pari a fonctionné et cette saison, Huddersfield Town a longtemps proposé le meilleur football de Championship avant de décliner physiquement en fin de championnat. Tout ça avec un recrutement malin (Kachunga, Schindler, Aaron Mooy, Kasey Palmer, Izzy Brown...) et une recherche constante du jeu. Cette place à Wembley est historique après quatre saisons à bastonner pour ne pas descendre en League One et quarante-cinq ans d’attente avant de retrouver l’élite du foot anglais. L’histoire n’est encore qu’à quelques foulées.


Pour le prince de Vannes


Sous ses trente-cinq piges, Yann Kermorgant est bien toujours là. Mieux, cette saison 2016-2017 est certainement la meilleure de sa carrière avec dix-neuf pions claqués en près de 45 apparitions avec Reading. Le bonhomme connaît désormais le Championship par cœur, y disputait cette année sa septième saison, mais a aussi une revanche à prendre après son faible temps de jeu avec Bournemouth en Premier League l’an passé (123 minutes) malgré son apport immense dans la promotion du club dans l’élite. À son âge, il parle aujourd’hui de la Premier League comme d’un « bonus » , mais aimerait bien y remettre son nez, histoire de corriger l’anomalie. Jaap Stam lui en donne la possibilité, l’histoire serait belle, alors que Kermorgant a déjà annoncé qu’il prendrait sa retraite l’été prochain.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
À lire ensuite
Revivez le Totti Day