Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Pourquoi Flamengo est-il représenté par un vautour ?


À l'occasion de la journée internationale de la sensibilisation aux vautours, un regard du côté de Rio de Janeiro avec l'urubu du Flamengo. Histoire d'un symbole entre racisme et fierté.

Modififié
« Au Brésil, si tu n'as pas de religion, tu es catholique ; si tu n'as pas de club, tu es pour Flamengo. » Le dicton populaire brésilien situe la place du Clube de Regatas do Flamengo : à part. Club le plus supporté du pays, au grand dam des partisans des Corinthians (selon une étude de 2012 de l'agence Euromericas Sport Marketing, Flamengo serait le premier club brésilien avec 39,1 millions de supporters dans le monde, Corinthians le 2e avec 28 millions), Flamengo est une institution à Rio de Janeiro. Deux fois par semaine, les maillots rouge et noir sont de sortie dans le Sud de la cité carioca. Et, parfois, on peut apercevoir un vautour planant dans son ciel.

La pelle supérieure à la pipe


Point de rapace, pourtant, lors de la création de la section football du club nautique de Flamengo, en 1903. Ni en 1912 quand, pour le premier match de l'équipe finalement rendue officielle, Alberto Borgarth marque 2 buts dans la victoire 15-2 face à l'América. Borgarth, ancien joueur du frère Karamazov Fluminense, par ailleurs rameur pour Flamengo. Au début du XXe siècle, l'aviron prévaut encore dans la baie de Rio, et les joutes à coups de pelles sont nombreuses entre les clubs de régate de Vasco, Botafogo ou Flamengo. Alors, quand dans les années 40 le dessinateur argentin Lorenzo Mollas décide d'une mascotte pour le club rubro-negro, il choisit Popeye le marin.

Si la référence est facile, célébrant la force et la persévérance du « club le plus aimé du Brésil » , les supporters ne s'identifieront jamais pleinement au personnage d'Elzie Crisler Segar. Sans s'abaisser au niveau d'un Germain le Lynx, l'homme à la pipe ne fait pas lever les foules, faute de lien historique. Car pour créer un symbole mythique, il faut une histoire. Ce sont les adversaires du Flamengo qui vont donner à ses partisans la matière pour écrire cette histoire. « La vérité monte d'un coup d'aile jusqu'au symbole » , dit Zola. Et visiblement, la torcida de Flamengo a lu Germinal.

Le vautour de la jeunesse


Dans les années 60, il est de bon ton chez les supporters des autres clubs de Rio de traiter ceux du Flamengo de « vautours » . En effet, le Mengão est un club historiquement populaire, et ses suiveurs sont issus de la classe pauvre afro-brésilienne. Une exception dans un sport alors aristocratique, où les torcidas étaient notamment composées de filles de bonnes familles venues avec un mouchoir à tordre, torcer, pour passer leurs nerfs. Alors les insultes volent vers les Flamenguistas, traités de rapaces tant pour leur pauvreté que leur violence – sur ce dernier point, le groupe Poder Jovem ne fait rien pour réécrire la légende : il est depuis toujours considéré comme l'un des plus dangereux du Brésil. Mais Poder Jovem, qui tire son nom du Black Power américain, est aussi fermement impliqué dans la lutte anti-raciste, et le surnom de « vautour » a une connotation raciale affirmée.


Alors, plutôt que de lutter contre les préjugés, le jeune pouvoir va les retourner pour les utiliser. Le 31 mai 1969 contre Botafogo, un vautour est lâché, un drapeau de Flamengo dans les griffes. Il vient des jeunes et le stade de célébrer le rapace en l'acclamant. Derrière, Flamengo l'emporte 2-1 et brise une série de 9 matchs sans victoire sur son rival. Le symbole de l'urubu est né. Pour le faire vivre, le caricaturiste rouge et noir Henfil va humaniser le vautour d'Amérique dans les journaux et magazines. Pendant 10 ans, il prêtera les traits du rapace à Flamengo, pendant que le distingué Fluminense, par exemple, récupère un homme coiffé d'un haut-de-forme. 10 ans qui vont mener au sacre continental de l'équipe menée par Zico et à l'implantation définitive du vautour dans le cœur des rubro-negros. Désormais, s'il y a « Zico sur terre et Dieu au ciel » , il y est accompagné d'un rapace malicieux.



Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur