Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe du Monde 2014
  3. // Liste de Deschamps

Pourquoi Deschamps doit retenir Rémy Cabella dans sa sélection

Alors que Didier Deschamps donne sa liste ce mardi soir, ils sont quelques-uns à se voir pourquoi pas comme l’appelé de la dernière heure. Parce qu’il fallait bien en choisir quatre, on a décidé de défendre les candidatures de Jonathan Schmid, Morgan Schneiderlin, Rémy Cabella et Aymeric Laporte. Quatre garçons qui ont mathématiquement plus de chances de voir le Brésil que Samir Nasri.

Modififié
C’est l’histoire d’un mensonge qui est devenu plus gros qu’un jeune homme. C’est l’itinéraire d’un môme qui se cherche et qui, comme toute personne qui tente de trouver un chemin, se perd. Entre luxure et envie, gourmandise et colère, Rémy Cabella a souvent flirté avec les péchés capitaux mais jamais avec la paresse. L’aventure de Rémy Cabella, c’est celle d’un jeune kéké comme il en existe tant, d’un amoureux de Cristiano Ronaldo comme on n’en compte plus, mais surtout celle d’un type bien plus simple et intelligent que ses boucles d’oreille et ses pantalons bariolés ne le laissent paraître. Si en lui vous ne voyez qu’un simplet qui porte mieux le short Wati-B que n’importe qui, vous ignorez tout de la Butte Paillade. Le week-end dernier, Rémy Cabella lui a dit au revoir en même temps que son pote de toujours, Benjamin Stambouli. Une séparation pleine d’émotion, de sincérité et d’amour, entre un club et un joueur. Avec Montpellier, Rémy a gagné la Gambardella et le championnat de France. Une histoire d’amour mouvementée, pas toujours rose, faite de prêts, de sifflets, de buts fantastiques et de roulettes loupées. Une histoire d’homme, qui forge le caractère d’un gamin qui, à 23 ans, est prêt à passer un cap. Prêt à aller au Mondial.

Son seul défaut : Montpellier


« Bravo Hervé Renard, bravo les Zambiens, bravo les poteaux, bravo le calendrier » . Au moment d’ironiser sur les performances d'Hervé Renard à la tête de Sochaux, Rolland Courbis a oublié de balayer devant sa porte. En vrai, l’entraîneur doubiste aurait très bien pu féliciter l’ancien coach de l’OM pour son maintien en lui disant « Bravo Rémy Cabella » . C’est simple, cette saison, « RC10 » , c’est 14 buts et 5 passes décisives, peut-être la meilleure prestation individuelle de l’année lors de la victoire montpelliéraine 5-1 face à Lyon et autant de pions plantés lors de l’intégralité de sa carrière professionnelle. Quantifiable, la progression fulgurante de Cabella est également visible dans de nombreux secteurs plus « flous » . Initialement membre de la confrérie des « croqueurs » , des taquineurs de ballon, le meneur de jeu a considérablement épuré son jeu. Désormais, ses dribbles sont utiles, ses percées dans le sens du jeu et les passes intelligentes plus nombreuses. Capable de faire la différence en un contre un, de frapper de loin et de mettre le feu à un match, Cabella a pour seul défaut d’évoluer dans un club peu médiatique dont la saison a été médiocre. Mais quand on pense qu’un temps, Thauvin a été au centre des discussions en équipe de France et que Dimitri Payet n’a pas complètement disparu du circuit, l’absence du Montpelliérain semble totalement aberrante. Comme d’autres avant lui, il devra peut-être attendre cet été et un départ vers un club plus huppé pour avoir un avenir en équipe de France. Mais l’important est ailleurs : Cabella s’est certes cherché, mais il s’est surtout trouvé.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions