En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Gr.B
  4. // FC Sion/Girondins de Bordeaux

Pourquoi des gens vont payer 73 euros pour assister à Sion-Bordeaux ?

En ce moment, voir jouer les Girondins coûte aux supporters bordelais. Au propre, comme au figuré. Car en plus d'assister à des purges indignes de l'équipe alignée par Willy Sagnol, ce jeudi, il va falloir se plier à la grille tarifaire mise en place par le FC Sion. 73 balles, rien que ça.

Modififié
Ils sont une quinzaine à être partis de Paris à 8h, ce matin, direction Sion. Eux, ce sont les Marine et Blanc d'Île-de-France, une des sections de supporters bordelais présents dans la capitale. Et s'ils font route vers la Suisse en voitures, faute d'effectif suffisant pour affréter un bus, c'est parce que le prix du billet pour assister au match de Ligue Europa opposant le FC Sion à leurs protégés ce soir a de quoi refroidir les plus fervents : 73 euros, en parcage, derrière le but. Une somme supérieure au prix du déplacement. « C'est du jamais vu, même en Coupe d'Europe, envoie Corentin, le président de l'association francilienne. J'espère que pour ce prix-là, ils offrent le champagne. L'asso prend en charge une quinzaine d'euros sur chaque place réservée par nos adhérents. Sinon, on n'aurait eu personne. À Liverpool, notre prochaine destination européenne, la place sera à 36 euros. On a prévu d'arriver tôt à Sion, parce que d'après ce qu'on a vu sur internet, le coin a l'air chouette. Mais vu ce que ça nous coûte, on ne ramènera pas de souvenirs. »

Des sièges derrière les goals


Mais alors, qu'est-ce qui justifie de tels tarifs pour pénétrer dans le vieux stade de Tourbillon, alors qu'en championnat, la même place coûte entre 15 et 23 euros, selon que vous soyez étudiant, actif ou un peu vieux. La mise aux normes UEFA de ce stade d'un autre âge, bien sûr. Quatre ans après la dernière participation du club valaisan à la Coupe d'Europe, les exigences de l'UEFA ont évoluées. Ce coup-ci, il a fallu refaire la tribune de presse et améliorer l'accès au terrain des journalistes, aménager des salons et un restaurant pour les officiels et VIP's, et surtout, installer des sièges dans les tribunes Nord et Sud, situées derrière les goals, réduisant la capacité de l'enceinte de 14 000 à 10 000 spectateurs lors des joutes européennes. Des aménagements facturés 2,5 millions de francs suisses (2,3 millions d'euros). Si le canton du Valais et la municipalité de Sion ont mis la main au portefeuille, c'est le club qui a réglé l'essentiel de la facture, en investissant 1,4 million d'euros. Une somme que l'institution présidée par Christian Constantin est bien décidée à voir revenir dans ses caisses, au moins en partie. Un projet qui passe, entre autres, par une augmentation vertigineuse du ticket d'entrée à Tourbillon, pour voir jouer le Rubin Kazan, Bordeaux et Liverpool. Et plus, si affinités.

Hors de question d'aller à Genève


Cette politique tarifaire a évidemment très mal été accueillie par les supporters du FC Sion, comme l'explique Thierry, fervent quinquagénaire : « Il n'y a pas de collectif organisé pour protester, étant donné que c'est un peu le bordel entre les différents groupes de supporters, qui ont du mal à s'entendre. Mais les gens boycottent les matchs d'eux-mêmes. » Au matin de la rencontre face aux Girondins, 1000 places n'ont pas encore trouvé preneur, ce qui représente tout de même 10% de la capacité du stade. Et encore, le club a dû monter en urgence une opération avec l'Association valaisanne de football, afin de proposer des billets à tarif réduit. Pour faire passer la pilule auprès des ultras, le club explique que sans ces aménagements, l'équipe entraînée par Didier Tholot aurait été contrainte d'aller jouer ses matchs à Genève, dans l'antre du Servette. « Avec les frais de déplacement, cela serait revenu plus ou moins au même, niveau prix » , reconnaît Chris, ancien président des Ultras Sion, pour qui il est inimaginable de voir son équipe évoluer ailleurs que dans son stade. « Si on pouvait rester à Tourbillon à vie, ce serait super. Il a une histoire, une âme, pas comme tous ces nouveaux stades qui se ressemblent tous. Mais ce sont des tarifs totalement disproportionnés, qui ont été très mal accueillis. Les sièges ont été posés définitivement dans les tribunes Nord et Sud, mais ils sont rabattables. En championnat, les dossiers sont rabattus, alors qu'en Coupe d'Europe, ils sont déverrouillés. Mais les gens restent debout, cela ne change rien. » Ce jeudi soir, dans le parcage visiteurs, Corentin et ses potes aussi seront debout sur leurs sièges pour chanter Bordeaux. Allégé de 73 euros, c'est une station qui reste supportable.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3