1. //
  2. //
  3. // Villarreal-FC Barcelone

Pourquoi Denis Suárez est le futur taulier du Barça

Passé par Villarreal, Denis Suárez est revenu cet été au Barça après deux saisons d’apprentissage en Liga. Membre en devenir de l’effectif blaugrana, son statut actuel va évoluer pour passer à celui de leader d’un groupe. Voilà pourquoi.

Modififié
6k 15

Parce qu’on parle plus de Luis que de Denis


Avoir un patronyme commun dans la langue de Cervantès, cela sert à passer inaperçu. Et dans la sphère du football de haut niveau où la pression est omniprésente, cela peut s’avérer très utile. Surtout dans un club comme le FC Barcelone. Aujourd’hui, Luis Suárez attire tous les projecteurs sur sa personne : le prénom et le nom d’un ancien Ballon d’or espagnol, une dentition dans un style carnivore et, surtout, une flopée de buts la saison passée, avec quarante pions dans la seule Liga. Bref, El Pistolero braque les projecteurs sur sa personne et assume son statut de star planétaire avec ses trois canons. Une situation idéale pour l’autre Suárez, Denis, tout juste réintégré au sein du Barça après un passage par la réserve et deux expériences réussies au FC Séville, puis Villarreal. Avec vingt matchs au compteur et trois passes décisives cette saison, le milieu de terrain prend ses marques dans l’ombre de l’aîné uruguayen. Dans un club fait pour les champions et les futurs champions, Denis fait assurément partie de la seconde catégorie.



Parce que Denis est l’héritier de Don Andrés


Milieu de terrain créateur, Denis Suárez est régulièrement comparé au maestro Andrés Iniesta. Une pression médiatique non négligeable, mais à laquelle le Galicien d’origine peut répondre par des chiffres. Denis a soufflé ce vendredi vingt-trois bougies sur son gâteau d’anniversaire. Au même âge, soit en 2007, Iniesta se voit confier le numéro 8 par Frank Rijkaard, à la suite du départ de Ludovic Giuly. Cette année, Denis arbore le numéro 6 au sein du Barça. Les deux derniers possesseurs dudit numéro au Barça sont Dani Alves et Xavi Hernández. Bref, on l’aura compris, le Barça croit très fort au potentiel de Denis Suárez. Autre signe fort : à son âge, Iniesta était déjà double vainqueur de la Liga, puis vainqueur de la Supercoupe d’Espagne et de la Ligue des champions avec le Barça. Si son bilan est flatteur, Denis ne doit pas pour autant rougir du sien : une riche expérience en Angleterre au centre de formation de Manchester City, une C3 décrochée avec le FC Séville, une demi-finale de cette même compétition avec Villarreal et une Supercoupe d’Espagne avec le Barça en 2015. Un joli CV européen et une progression constante, c’est aussi costaud.



Parce qu’il est doué et malin


L'amour de la possession de balle et un décalage trouvé par Iniesta ou Messi, c’est une stratégie de jeu que le Barça cultive. Avec un profil comme celui de Denis, les Culés possèdent leur facteur X pour les années à venir. Ancien entraîneur du joueur au Barça B et aujourd’hui coach de la Real Sociedad, Eusébio Sacristan se confiait à sofoot.com sur les capacités de son ancien protégé : «   Denis, c'est un profil ultra complet. Technique, très bon sur coups de pied arrêtés et doté d'une excellente frappe de balle. Physiquement, il peut aller au duel et son endurance est impressionnante. Si je devais le comparer avec un grand joueur, je dirais Michaël Ballack. C'est ce poste en soutien des attaquants, toujours prêt à amener un plus offensif. Sincèrement, je n'arriverais pas à lui trouver une faiblesse. » Difficile de faire plus élogieux. Aussi, le principal intéressé s’est confié en septembre dernier au journal El Periodico. « J’essaie toujours de m’amuser quand je joue au football. Si tu ne t’amuses pas, le football devient absurde. » En voilà un qui ne devrait pas rallier la Chine de sitôt. Denis la Malice.



Parce que la Rojita deviendra Roja


En équipe nationale, Denis Suárez est bizut et ne fait pour l’instant pas partie des plans de Julen Lopetegui. En effet, le sélectionneur préfère toujours des cadres comme Sergio Busquets, Koke, Silva ou Mata, ainsi que les jeunes pousses Ander Herrera, Thiago et Isco. En clair, peu de place dans cette sélection de luxe. Pourtant, le temps de Denis va bientôt voir le jour. En témoigne son parcours chez les Espoirs, avec des convocations toujours régulières et un titre de champion d’Europe des moins de dix-neuf ans acquis en 2012. Mieux encore : en mai dernier, Vicente del Bosque convoquait le joueur pour lui offrir sa première sélection avec la Roja face à la Bosnie. Quand un entraîneur du calibre de Del Bosque décide de le tester, c’est qu’il y a bien là un très grand joueur à venir. Au Barça d'abord, puis en Espagne.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Note : 1
Je kiffe ce joueur. Mon chouchou au Barça.
Son plus gros problème, c'est qu'il est bien meilleur côté gauche, tant au milieu qu'en attaque, que côté droit. Il fait partie de ces joueurs qui sont bridés s'ils n'ont pas le terrain ouvert devant eux, et qu'ils doivent jouer avec l'ailier ou le latéral de leur côté, sinon ce n'est que des passes latérales.

A gauche, il peut dribbler, perforer, combiner plus facilement avec un appel du latéral ou tenter des 1-2, il a un très bon sens du timing de la passe je trouve.

Mais avec Iniesta + Neymar, ça devient difficile de gratter du temps de jeu là bas. Surtout avec le 2nd qui accepte difficilement le banc, même s'il sait qu'un turn-over est obligatoire pour aller le plus loin possible.
Arda et Denis paie le manque de flexibilité d'Enrique et le (trop?) fort caractère des joueurs de devant. Y'aurait clairement moyen de parfois jouer avec Neymar et Luis devant, et le côté gauche occupé par l'un des 2 autres, par ex. Ou de mettre Luis sur le banc, Neymar en pointe, laissant le côté gauche dispo (cela étant, pour Paco, ce ne serait pas forcément flatteur...).

Bref, je pense qu'il y aura un nouveau coach l'an prochain, et qu'il aura l'intelligence de varier les systèmes de jeu. Tout les grosses équipes arrivent à contrarier fortement ce Barça. Peut être pas sur 90 min, mais parfois, une période c'est suffisant, cf Bilbao.
on parle de plus en plus de valverde, tu confirmes ?
C'est un nom qui revient régulièrement, mais je crois qu'avant de choisir Enrique, le Barça l'avait approché, et il avait refusé. Bon il venait de débarquer à Bilbao aussi il me semble.
Un autre nom qui apparaît (ou ré-apparaît) c'est Pochettino. Je sais pas trop quoi en penser. Ca m'étonnerait que les dirigeants se soucient du fait qu'il ait été joueur + ancien coach de l'Espanyol, mais pour les socios, c'est autre chose. Et puis il fait du bon boulot à Tottenham, je pense qu'il a encore envie de poursuivre là bas.
Les 2 autres noms cités sont Sampaoli, et une solution interne, Unzué, l'adjoint d'Enrique.

Moi, j'espère juste un coach qui a plus de capacités tactiques. J'ai bien aimé ce qu'Enrique a apporté au Barça, mais on voit ses limites, et en terme de relations humaines, il a l'air difficile et borné.
3 réponses à ce commentaire.
Note : 2
Rakitic non retenu par Enrique (sous couvert de "décision technique"). Le mec est en train de plomber le joueur.
Comme quand il balance que Vidal progresse, mais qu'il le convoque toujours part.
N'importe quoi ce type.
C'est récurrent ça ? Rakitic n'est plus titulaire au Barça ?
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
rakitic est moins bon que la saison dernière,mais l'écarter pour mettre Gomes,je ne comprends pas.j'espère que c'est pour le bouger un peu et le remotiver.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
La non convocation de Rakitic, je comprends vraiment pas ! C'est vrai que le Croate est moins performant que la saison dernière mais il reste encore un ou deux crans au-dessus d'André Gomes qui, lui, n'a rien prouvé du tout avec le Barça...
Je pense pas qu'il fasse s'inquiéter pour Ivan. Certes il a une baisse de régime, mais je vois cette non-convocation comme une petite perm' pour souffler.
4 réponses à ce commentaire.
je suis d'accord avec toi concernant Denis. Très très bon joueur, avec une grosse marge de progression. Vraiment, l'an dernier avec Villarreal il jouait un cran plus haut et avait tendance à chercher l'exploit individuel en permanence, là il m'a bluffé en étant beaucoup plus discipliné. Mais il apporte infiniment plus offensivement qu'André Gomes!
Après concernant la différence entre jouer à gauche ou à droite c'est aussi parce que le joueur qui joue milieu relayeur droit actuellement a forcément un rôle plus défensif, car Messi déserte souvent le couloir et il faut aider Sergi Roberto qui n'est pas un spécialiste du poste.
AtlanteanKodex Niveau : District
Si seulement il avait à sa disposition un spécialiste du poste d'arrière droit... Oh wait...
y'a une constante au barça, qui est le temps d'adaptation des nouveaux joueurs au préceptes barcelonais et à (je pense) la culture local.
j'espère que les recrues de cette année seront meilleures l'an prochain parce que la plus value sur cette saison est loin d'être évidente.
Tu n'as pas tort. Il ne peut pas se livrer totalement, certes, mais son jeu est limité à ce poste, du moins en tant que milieu. En tant qu'ailier droit, position qu'il occupait parfois à Séville, il s'en sortait pas trop mal, ayant une bonne habilité en 1 vs 1.
3 réponses à ce commentaire.
Et le petit Adama il devient quoi ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6k 15