Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Trophée
  3. // Ballon d'or

Pourquoi Cristiano Ronaldo va gagner le Ballon d'or

Si Cristiano Ronaldo doit remporter le prochain Ballon d'or, ce n'est pas pour des raisons superficielles. Il y a longtemps que Cristiano Ronaldo n'est plus un homme. Ce trophée doit lui revenir, c'est une question de santé mentale.

Modififié
C'est compliqué d'évaluer un homme. Il a beau, deux fois par semaine, s'exposer à l'examen de nos yeux avides, se remuer tant qu'il peut, étendre un peu plus à chaque rencontre l'éventail déjà très ouvert de ses qualités techniques, c'est dur de décider. On voyait bien comment il s'y prenait pour nous faire plaisir et tous les sacrifices qu'on devinait pour atteindre une telle exposition (il règne sur un royaume de 100 millions de fans sur Facebook), on l'encourageait même. Pour en arriver là, bien sûr, il avait payé le prix de la gloire et de l'ascèse que le sport de haut niveau suppose, pourtant quelque chose nous chiffonnait encore. À chaque apparition, c'est encore lui qui nous offrait des récompenses. Comme il n'était pas rockeur et qu'il ne pouvait pas nous faire cadeau d'une mélodie connue en fin de concert, Cristiano nous offrait quelque chose d'autre, des échantillons de génie. À chaque but marqué, comme d'autres dédient leur meilleur tube à un public déjà conquis, CR7 offre toujours les mêmes secondes de célébration à déguster. Tournant le dos vers le public, il contracte les muscles et offre son nom et son numéro à tous les spectateurs, même les plus hostiles. Son talent n'est pas mesurable parce qu'il n'est pas exactement celui d'un footballeur. Son génie n'est pas strictement sportif.

Le football ne suffit pas


Il ne faut pas admirer dans Cristiano la résistance physique d'un grand athlète ou l'intuition invisible d'un stratège napoléonien. S'il avait voulu uniquement être joueur de football, comme Zidane l'a été, comme Iniesta l'est encore, Ronaldo aurait choisi une autre discipline, peut-être le rugby ou le handball. On aurait alors admiré des vertus inattendues pour de tels sports, mais qui auraient des qualités autrement plus footballistiques : dans le rugby, il aurait eu la science de l'exploit individuel, dans le hand, celle de la reprise de volée. On aurait salué cet artiste tout en lui reprochant de nier l'essence propre de son sport, de le pousser un peu trop loin. Mais c'est le propre du génie. Le talent qu'il déploie se manifeste toujours aux limites de sa discipline, comme si son sport était trop petit pour le recevoir tout entier, comme s'il vivait à la marge de tous les autres amateurs et que, le temps d'un match, il offrait en partage à son public ces vertus uniques et prodigieuses pour venir à bout d'adversaires toujours plus exigeants, le talent de Ronaldo est beaucoup plus abstrait qu'une simple collection d'habiletés techniques. Le sport qu'il pratique n'est pas que le football, c'est un mélange de basket, d'athlétisme, de descente et de slalom. S'il fallait absolument le ranger dans une discipline, Ronaldo serait en fait un artiste silencieux qui ne disposerait que de son corps pour nous raconter des histoires. Il jouerait de la gravité et de la pesanteur de ses membres, comme d'autres du piano ou du violoncelle. Un jour, ce serait un crochet, un autre, un coup du foulard ponctué d'un clin d'œil ou d'une reprise de volée spectaculaire. Cristiano ne joue pas, il danse.

Ronaldo en collants


Voilà pourquoi il y a toujours chez Cristiano quelque chose qui se refuse aux imbéciles, à ceux qui professent le bon sens poujadiste du foot qui paie, du collectif sur l'individu, du vrai artiste contre le charlatan, des choses utiles contre l'accessoire. « Quelle est la substance de Cristiano ? » se demanderaient-il. L'air, répondrions-nous. L'air, c'est-à-dire le vide. Et Cristiano se suspendrait dans l'espace, jouerait en proposant des mouvements inattendus, des gestes qu'on n'aurait jamais imaginés (voyez cette reprise de volée en coup du foulard contre Cruz Azul). Le petit-bourgeois ricanerait comme il l'avait fait devant le Sacre du Printemps, devant les ballets de Béjart ou de Marta Graham. Devant le spectacle insupportable de la sensibilité et au nom d'un mystérieux bon sens artistique, le poujadiste ne se serait intéressé qu'aux collants « ridicules » des danseurs, qu'aux mouvements « empruntés » et « anti-naturels » proposés par le chorégraphe, plutôt que de se laisser porter par l'esthétique d'ensemble et remué par les émotions qu'elle provoquait. En réalité, ce qu'ils aiment, les poujadistes, c'est tout ce qui leur ressemble. Ils s'inventent des remises de prix inutiles pour le seul plaisir de ne récompenser que ceux qui ne sont pas différents d'eux, de leurs aspirations ridicules, de leur médiocrité quotidienne « toute la mythologie petite-bourgeoise, écrit Barthes, implique le refus de l'altérité, la négation du différent, le bonheur de l'identité, l'exaltation du semblable. » Ils ont donc une idée très précise de ce qu'est le football. Celle de Cristiano est différente. Alors, bêtement, ils ricanent.

La fin de l'histoire


Car pour eux le vrai foot, celui de toujours, celui qui mérite qu'après Yachine, un autre gardien de but soit « enfin » récompensé (le poujadiste a une vision téléologique du Ballon d'or, car son époque est toujours la dernière, et après lui, bien entendu, arrivera le déluge). Au fond, ils en sont persuadés, si leurs ancêtres n'avaient jamais honoré Zoff, Meier, Kahn, Lama, Schmeichel, Van der Sar, c'est qu'ils étaient un peu idiots. Voilà le drame, pour Ronaldo, de cette grande élection aux enjeux minuscules. C'est l'unique jour dans l'année où ceux qui n'étaient jamais parvenus à l'arrêter sur le terrain, dans les tribunes ou dans les souvenirs, ceux-là même dont il se moquait quand il battait tous leurs records, allaient pouvoir donner libre cours à leur ressentiment et prendre leur revanche dans les urnes. Ils attendaient ce moment depuis de longs mois. Avoir le plaisir de le voir s'agiter devant eux au moment des votes, quémander leurs honneurs, réclamer leur attention, c'était le cadeau de Noël des eunuques. L'élection du Ballon d'or est le seul moment de l'année sportive où le destin du plus fort dépend de la volonté de tous les autres. Qui protègera donc le fort contre ces faibles ? Qui osera reconnaître dans ce joueur l'exceptionnelle régularité dans les performances, l'exemplaire éthique sportive et la volonté inébranlable d'être toujours indispensable ? Le football de Ronaldo est d'une profondeur inaccessible au bien-pensant. En exigeant le Ballon d'or pour cet homme, on ne mettra ni les rieurs ni les bourgeois de notre côté, certes, mais on rendra grâce à la plus belle des qualités, l'intelligence.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure La réaction de Jimmy Durmaz aux attaques racistes 12 Podcast Football Recall Épisode 34 : La Russie accusée de dopage, l'Angleterre déroule et la révolution chez les Bleus
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais