1. //
  2. // Supporters
  3. // Morts en cascade

Pourquoi ce bordel avec les supporters argentins ?

À la fin de son match, Franco Nieto s'est fait tabasser à mort par des supporters adverses. Le mois dernier, sept supporters argentins ont perdu la vie, en une seule semaine. Violence, barrabravas, rivalités, aguante, corruption, mafias, territoire, gouvernement, dirigeants, tel serait le lancement d'un Bernard de La Villardière. Tentative d'éclaircissement d'un phénomène complexe, généralisé et englué.

Modififié
207 4
6 novembre, affrontements entre supporters d'Almirante Brown, équipe de troisième division de la banlieue sud-ouest de Buenos Aires, avant un match contre Estudiantes de Caseros : un mort. 8 novembre, match de première division à Córdoba entre Belgrano et Defensa y Justicia : un supporter tombe de la tribune et décède. 10 novembre, les supporters de San Telmo - nous sommes cette fois en quatrième division, au sud de la capitale - se retrouvent dans un bar du quartier pour voir le match de leur équipe. À la sortie, ils croisent des supporters de Dock Sud, le rival historique : affrontements, tirs, deux morts. 11 novembre, match entre Temperley et Crucero del Norte (deuxième division, banlieue sud de Buenos Aires) : un supporter tombe à son tour de la tribune et décède. 12 novembre, des supporters d'Ituzaingó - cinquième et dernière division, banlieue ouest de Buenos Aires - s'affrontent avant un match contre Arenas : deux morts. Le bilan fait froid dans le dos et avait évidemment attiré l'attention des médias internationaux : en une semaine, sept supporters avaient perdu la vie dans le football argentin. Et désormais, un joueur, à La Rioja. « On pourrait ajouter les deux morts du Clásico de Rosario en octobre dernier, les tirs entre les deux factions de la Doce, la barrabrava de Boca Juniors, avant un match contre Tigre, ou encore la présence d'un civil armé sur la pelouse de Lanus, lors du match contre Arsenal » , précise Diego Murzi, sociologue argentin et membre de l'association « Salvemos al futbol » , qui informe et lutte contre cette violence répétée depuis 2008.

« La mort est un horizon possible »


Depuis le retour de la démocratie, en 1983, l'association enregistre 6 à 8 morts par an, avec un pic en 2013, où 13 supporters sont morts. D'où cela provient-il ? « La violence dans le foot argentin a deux origines : la culture footballistique locale et les caisses noires de notre football, répond Diego Murzi. La culture locale, c'est celle de la rivalité exacerbée, du concept de l'Aguante : être "plus supporter" que l'autre, plus fort, plus fidèle, plus résistant, plus courageux. » Dans les tribunes, les chants font constamment référence à cette notion de l'Aguante. Un exemple au hasard, un chant de Boca contre River (surnommé Gallina, Poule en VF) : « Cuando vas a la cancha / Vas con el patrullero / Vos no tenes aguante » (Quand tu vas au stade, tu y vas avec la police, tu n'as pas d'aguante). « Il faut comprendre qu'en Argentine, le recours à la violence est légitime. Pas seulement chez les barras, mais aussi entre joueurs, dirigeants, etc. » Dans la société aussi, même si elles ne sont pas toujours superposables, le football ayant sa propre violence. Dans la rue, un incident entre deux voitures se règlent plus généralement à base d'insultes et de coups de poing qu'avec un stylo et un constat. « Les rivalités entre clubs ennemis engendrent des combats pour l'honneur, pour la défense des couleurs, dans lesquels la mort est un horizon possible, à la différence de l'Europe, où il s'agit généralement de "simples" coups » , éclaire Murzi. Il existe à ce propos une différence culturelle entre barrabravas anciens et barrabravas nouveaux en Argentine : le recours aux armes à feu. « Avant, tout se réglait avec une bonne bagarre. Aujourd'hui, l'usage des armes à feu est systématique, comme dans le cas récent des affrontements entre supporters de San Telmo et de Dock Sud » , déplore le sociologue.

Contrôle de la barra, contrôle du territoire


Deuxième origine de la violence : les « caisses noires » . « Il s'agit là des enjeux économiques, de l'argent illégal qui circule en masse entre les différents acteurs du monde du football. Le foot est un gros business : joueurs et entraîneurs gagnent des sommes démesurées, les dirigeants, les agents, les entreprises liées au foot s'enrichissent. Donc les barrabravas, qui se sentent eux aussi acteurs centraux du football, par leur présence continue, par l'ambiance qu'ils mettent dans les stades, réclament également leur part » , détaille Diego Murzi. Dans les grands clubs argentins, le contrôle de la barrabrava garantit des entrées d'argent considérables : revente de billets, stationnements, vente de sandwichs et de boissons, vente de produits dérivés, etc. Ce sont des centaines de milliers de pesos qui sont en jeu à chaque rencontre. D'où les luttes internes pour être à la tête de la barra, et donc du business. C'est, par exemple, l'enjeu principal de la guerre que se livrent Rafa Di Zeo et Mauro Martin, deux anciens leaders de la Doce, passés par la case prison. Mais l'argent n'est pas la seule explication. Murzi encore : « Si on prend le cas des supporters assassinés lors des affrontements internes à Ituzaingó, en cinquième division, ou celui d'Almirante Brown, l'argument économique n'est plus valable, parce qu'il n'y a pas grand-chose en jeu. Mais alors, pourquoi s'entretuent-ils ? L'hypothèse principale est celle de la réputation et du contrôle du territoire. En Argentine, l'accès au territoire est très important, car il donne accès à d'autres types de pouvoir, comme par exemple les faveurs des politiques, la reconnaissance dans le quartier, le contrôle des trafics de drogue. »

Derrière les barras, d'autres acteurs


Il est impossible de parler de la violence dans le football argentin sans évoquer le rôle des dirigeants de clubs, de l'État et des médias. Anthropologue, José Garriga Zucal a beaucoup analysé et décrit le phénomène. « Il faut faire attention à ne pas limiter cette violence aux barrabravas. Et ne pas tomber dans le préjugé selon laquelle les violents sont les pauvres. Certes, le chef de la barra est devenu une figure. Dans la "popular" (le kop), il captive les gamins, qui lui demandent des autographes. Mais les médias se trompent en se contentant de parler d'eux et des morts quand il y en a, seulement quand il y en a. Et les dirigeants, qui les utilisent et les financent ? Et la Fédération ? Et le gouvernement ? L'État ne propose que des solutions immédiates, sans jamais traiter le fond du problème, car il en est l'une des causes. Les supporters adverses ont été interdits il y a deux ans, soi-disant pour limiter les affrontements. Mais depuis, il y a encore plus de morts, et des incohérences, comme l'autorisation de ces mêmes supporters adverses en coupe. Selon moi, cette mesure ne fait que contribuer à nous différencier encore un peu plus de l'Autre, car elle prétend qu'un supporter de River et un supporter de Boca ne peuvent pas regarder un match ensemble. » Et Diego Murzi de compléter : « La presse utilise toujours le même vocabulaire pour qualifier les barras. Elle parle de "sauvages", "d'animaux", de "mafieux" et "d'êtres irrationnels". Mais au contraire, tout est calculé. Ils ne tuent pas par simple plaisir, ou du moins pas dans la majorité des cas. Il y a des ordres et des enjeux. Mais à la limite, la presse vit de ce sensationnalisme. Le pire, c'est l'État. Après la série de morts, Jorge Capitanich, chef du cabinet des ministres, a parlé de "délinquants" et qualifie cela "d'intolérable", comme s'il n'avait rien à voir avec ça. Pareil avec les dirigeants de club. Tout ce beau monde profite des barras, les emploie, les utilise comme force de combat, puis se lave les mains. »


Par Léo Ruiz, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

A l'image du pays. Ils leur manquent une case à ces argentins...
Mais le rôle ambivalent des médias est clair: Olé qui titre Basta de violencia après chaque nouveau fait sur les barras mais ensuite parle régulièrement des leaders jusqu'à en faire des "people". Pareil pour les pouvoirs publics qui condamnent mais la Kirchner paye l'avion des barras pour aller au mondial (cette blague d'ONG Hinchadas Unidas Argentinas)...
Question d'uruguayen, on peut boire du maté dans les stades là-bas?
Message posté par pulpito
A l'image du pays. Ils leur manquent une case à ces argentins...
Mais le rôle ambivalent des médias est clair: Olé qui titre Basta de violencia après chaque nouveau fait sur les barras mais ensuite parle régulièrement des leaders jusqu'à en faire des "people". Pareil pour les pouvoirs publics qui condamnent mais la Kirchner paye l'avion des barras pour aller au mondial (cette blague d'ONG Hinchadas Unidas Argentinas)...
Question d'uruguayen, on peut boire du maté dans les stades là-bas?


Pour la question sur le maté, AUCUN doute. Je suis à Buenos Aires et des tas de mes collègues en boivent à l'abus. Mais pas jusqu'en rue, c'est la différence avec l'Uruguay.

Pour l'article... c'est attristant. Et me donne pas trop envie d'aller voir des matchs alors que je suis Hincha d'Argentinos Juniors!
Ronaldo McDonald's Niveau : CFA2
C'est le centre du problème. Derrière toutes les organisations violentes présentes dans les stades, il y a un enjeu politique, financier, ou même de pouvoir à différente échelle.

Donc un moment, c'est quand même tout notre sport qu'il va falloir repenser ! On fait des competes internationales à coup de milliards, la CDM, l'Euro, la LDC c'est magnifique, et les stades anglais sont pacifiés, et patati.

C'est juste déplacer le problème, les morts et les abus sont toujours là, mais dans une sphère médiatique beaucoup moins intéressante.

J'ai quand même l'impression que depuis 15 ans, il est de moins en moins question de jeu que d'enjeux ?
Dance Crasher Niveau : CFA
Euh, ma question est un peu ironique, mais pas tant que ça en y réfléchissant bien (d'ailleurs "des tas de mes collègues en boivent jusqu'à l'abus" y renvoie un peu) : j'ai goûté et bu pas mal de ce breuvage lors d'un voyage dans un de ses pays d'origine, et j'ai trouvé que c'était un fabuleux excitant. De là ma question : est-ce que vous sous entendez un certain lien entre la grande consommation de maté et la violence?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'OL remonte sur le podium
207 4