Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 16 Résultats Classements Options

Pourquoi Bordeaux veut vraiment taper le PSG

Ce soir, les Girondins reçoivent le Paris Saint-Germain. La rencontre peut sembler anodine, mais conditionnera la fin de saison des Bordelais. Et de leurs supporters.

Modififié
Neuvièmes de Ligue 1, à deux points de Guingamp, cinquième, les Girondins de Bordeaux naviguent à vue en championnat. Une situation qui fait des coupes nationales un objectif prioritaire, pour valider la mission fixée par la direction du club. La même que chaque saison : se qualifier pour une compétition européenne. Et peu importe si cela doit passer par une qualification face au Paris Saint-Germain, qui reste sur une série de 17 buts inscrits sans en encaisser un, lors de ses cinq dernières sorties. La mission paraît impossible, mais les hommes de Jocelyn Gourvennec peuvent cultiver quelques motifs d'espoir. Il y a le calendrier, d'abord. La réception du leader monégasque dimanche prochain pourrait pousser Unai Emery à aligner une équipe largement remaniée, alors que Julian Draxler est très incertain. Ensuite, les Bordelais semblent avoir trouvé une formule qui fonctionne à peu près, en témoigne leur série en cours de cinq matchs sans défaite.

« Cogner Paris pour emmerder la Ligue »


Si une qualification pour la finale est primordiale d'un point de vue sportif, elle l'est également au regard des supporters. Les Ultramarines, qui n'ont jamais porté cette compétition dans leur cœur, ont décidé depuis quelques saisons de « revenir aux affaires » comme l'explique Laurent Perpigna, un de leurs porte-parole. « En n'allant pas au stade, on ne faisait finalement pas entendre nos revendications. Donc depuis le premier tour, on sort d'immenses banderoles. Et on rêve de pouvoir jouer une finale à Lyon, dans le jouet de Jean-Michel Aulas, devant tout le consortium de la Ligue. Ce serait parfait, parce que l'OL représente un tournant dans l'histoire du football business. Ce serait une belle manière d'accomplir notre devoir de supporters militants, en faisant une belle fête là-bas.  » Pour ces « supporters militants » , l'ennemi, c'est la LFP, qu'ils considèrent tout simplement comme « une instance illégitime » . Les ultras bordelais vont même jusqu'à accuser l'association présidée par Nathalie Boy de La Tour d'avoir « arrangé le tirage au sort, pour pré-programmer une finale PSG-Monaco » . Ce qui donne encore plus envie aux Ultramarines de faire une bonne blague à la Ligue, en se rendant dans la capitale des Gaules le 1er avril prochain. « Un de nos combats, au-delà de cogner Paris, est d'emmerder le plus possible la Ligue en allant en finale » , insiste Perpigna.

Faire vibrer le Matmut, enfin


Avec 22 687 spectateurs, la Matmut Arena présente la sixième plus grosse affluence moyenne de Ligue 1, alors qu'elle n'a pas encore accueilli l'Olympique de Marseille, l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain cette saison. Un chiffre tout à fait honorable malgré les idées reçues, alimentées par des plans de caméra braqués sur une tribune d'honneur souvent dépeuplée. Mais le stade, dont l'aspect extérieur fait penser à un hôpital, n'a pas encore connu son grand soir. Et si les joueurs attendent toujours le fameux déclic, c'est également le cas de leur enceinte. Le stade René-Gallice, comme les Ultramarines ont décidé de le baptiser après une consultation populaire, attend son dépucelage. Et en Gironde, il ne serait pas le premier à découvrir le grand frisson à l'occasion d'une rencontre avec une Parisienne de passage.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:00 Drogba repousse sa retraite et marque pour Phoenix 4