1. //
  2. // Supporteurs
  3. // Sporting Bastia

Pourquoi Bastia est spécial et veut le rester

À l’opposé du PSG qui s'est trouvé une équipe, mais a perdu ses supporters, le Sporting de Bastia bénéficie, pour son retour en Ligue 1, d’un soutien populaire comparable à celui qui accompagnait l’épopée de 1978 en Coupe de l’UEFA. Depuis le début de la saison, Furiani est en feu. Une ambiance à l’ancienne qui rappelle le temps où l’intimidation de l’adversaire visiteur n’était pas un sujet de condamnation. Malgré les incidents qui ont suivi la rencontre face au PSG dimanche, les supporters et les dirigeants n’ont pas l’intention de se laisser dompter. « Ici, on est chez nous. »

Modififié
951 107
Les supporters du PSG qui effectuent cette saison les déplacements de l’une des futures « équipes du top 4 européen » , c’est un peu comme le hasard du dimanche soir qui place invariablement une bombasse au décolleté plongeant derrière Hervé Mathoux dans le Canal Football Club. Dans la vraie vie, il n’y aucune chance que de tels phénomènes se produisent à cet endroit, à ce moment, dans de telles circonstances. Samedi dernier, ils étaient douze dans le parcage visiteur du stade Armand Cesari. Une bande de lynx apeurée, perdue en terre hostile, n’affichant aucun signe de reconnaissance, aucune réaction sur les quatre buts de son équipe, qui a laissé l’impression de surtout chercher à ne pas se faire remarquer face à 17 000 Bastiais au taquet. Vu les forces en présence, on les comprend.



Car comme le répètent les joueurs qui découvrent le club après avoir signé leur contrat, l’entraîneur Frédéric Hantz depuis son arrivée ou les dirigeants du Sporting depuis la montée en Ligue 1, « ici, c’est spécial » . Une ambiance de feu qui renvoie à un football désormais disparu, à mi-chemin entre une version miniature de la Bombonera et les heures chaudes du Vélodrome, du temps où l’OM tentait de survivre aux conséquences de l’affaire VA en deuxième division. Pour résumer : beaucoup de cœur et de fierté insulaire, un brin d’intimidation, des doigts d’honneur au passage du bus parisien et son lot de vannes pour l’adversaire. Samedi, les supporters avaient déployé une banderole : « Zlatan le Gaulois » . Traduction : « Espèce de Français » .



« Nous, quand on vient au stade, c'est pour supporter le Sporting, pas pour regarder les stars du PSG » , rappelle Anthony Agostini, membre d’un collectif de supporter du club : « Le jour où les visiteurs considèrent que venir à Bastia est un match comme les autres, je préfère perdre. Il n’y aurait rien de pire. » Le folklore de Furiani tient autant de l’identité locale que de la sensation d’avoir frôlé la mort : « Parce qu’on a failli disparaître il y a trois saisons, on n'a jamais été aussi nombreux et on veut continuer à cultiver cette magie » , résume toujours Anthony. Depuis l’épopée de 1978, où l’équipe des Papi, Rep, Krimau & co avait atteint la finale de la Coupe de l’UEFA, le club représente toute la Corse : « Il n’y a que 300 000 habitants sur toute l’île, avec nos 10 000 abonnés, on est pratiquement sur un ratio de 1 abonné pour 30 habitants. C’est énorme. Tout le monde est concerné par nos résultats, et le club appartient à tout le monde. Quand tu viens jouer ici, ce n’est pas un métier, c’est un devoir » , éclaire Jean-Louis Carlotti, membre de la SASP, neufs repreneurs locaux à l’origine du sauvetage du club, en octobre 2009, alors que Bastia cumulait les déficits et les tannées sur le terrain.



Une bande de potes qui ressemblent aux autres patrons du foot français, des patrons de PME, sauf sur l’essentiel : la vision du football. Pour Carlotti, « Furiani, c’est pas beau, c’est petit, mais ça dégage quelque chose, presque religieux. Ici, on a la foi. On est un contre-exemple à l’évolution du football et on n’a pas l’intention de changer. » Là où ailleurs le clivage entre dirigeants et supporters des virages prend des allures de lutte des classes, les différentes familles du Sporting assument leur côté rebelle et contestataire : « Les dirigeants sont comme nous, ils viennent de derrière les grillages. Ce ne sont pas des actionnaires en costume-cravate » , estime Julien Graziani, membre de Bastia 1905, groupe de supporters qui ne se revendique pas de la culture ultra. Du coup, le groupe a cette année décidé, selon les termes de Julien, « de se remettre en cause » : « Vu le traitement infligé au club, le plus pénalisé de France, on n’utilise plus de fumigènes dans l’enceinte. » Samedi, les supporters se sont consolés avec des bombes agricoles qu’ils ont fait péter derrière les tribunes. Les délégués de la LFP, présents à Furiani, n’ont pas du tout apprécié. Pareil avec l’animation du début de match : un lancé de rouleaux de papier aux couleurs du club. De loin, la meilleure idée sortie du cerveau d’un dirigeant depuis longtemps. Les vieux crabes de la LFP y ont pourtant vu un non-respect du bon déroulement d’un match. Furax, ils ont réclamé des explications : « C’est quoi ce bordel sur la pelouse ? » Le Sporting s’en fout. Ils ne vont rien changer.




Par Joachim Barbier, avec Vincent Berthe, à Bastia
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ça mériterait un papier plus long dans un prochain So Foot
Des papiers cul sur la pelouse? Mais c'est horrible!
Je trouve l'article bien gentil et plus que conciliant. On parle quand même d'un club dont les supporters appellent au meurtre pendant 90 minutes et dont les joueurs commettent attentat sur attentat (18 cartons jaunes et un rouge pour Bastia et 16 jaunes et 2 rouges pour Ajaccio après 6 journée de Ligue 1), mais bon ça fait parti du folklore hein...
riquelmat Niveau : DHR
Vu comment c'était le bordel au Parc à "l'ancienne" niveau fumis et tout dans le stade le plus sécurisé et dans la ville la plus fliquée de France, j'imagine même pas ce que ça donnerait dans un stade ou les forces de l'ordre brillent par leur discretion (exemple mecs qui craquaient des fumis en toute liberté à visage découvert)...
Qaund à la LFP ils tuent encore davantage le football des 80's 90's que l'on aimait tant...
SerpentDeMer Niveau : District
le club se prend branlee sur branlee, cest beau d'avoir un bon public et de se prendre des 0-4 a domicile lol...cretins de corses
Biensûr qu'ils peuvent garder leur identité et la ferveur de leurs supporters mais pas besoin de balancer sur le bus parisien ( d'autant plus qu'il s'agissait d'un bus d'une entreprise corse il me semble )... sinon c'est un article version "bienvenue chez les chtis" tout mimi tout plein...
un match à part ? Et pourquoi ? non mec, c'est un match comme les autres, la preuve : 0-4... Perso, j'ai pas vu des parisiens très stressés sur la pelouse, mais bien au contraire très sûr de leur force... Mais bon, c'est pas grave, on s'enfout.
Bon sympa l'article, mais pour etre aller dans ce stade, ca casse vraiment pas trois pattes a un canard.

on est plus proche du papy du village qui tape sur les joueurs avec son parapluie a la mi-temps que des stades survoltes remplis d'ultras.

apres, bastia cest comme paris, qd ya rien sur le terrain, faut bien vendre sur les tribunes !!! SACRES JOURNALISTES TIENS !!
Voir l'interieur Sport de Canal sur le SC Bastia, c'est magique.
Non mais justement l'article explique bien qu'on n'a pas affaire à un délire d'ultras qui sert à rien, mais à quelque chose qui touche une part bien plus large de la population. Un vrai soutien populaire, ça ne se compte pas en nombre d'ultras.

Si j'ose un parallèle foireux, je préfère un homme politique qui fédère 5M de français à celui qui brille par l'hyperactivité de ses 500 militants fanatiques.
c'est vrai que bon je crois que le club est sur des ses forces en présence et que la dynamique est bonne dans le sens ou bon ba les joueurs mouillent le maillot mais bon dans l'ensemble on sait qu'on va devoir lutter dans le sens ou bon ba les budgets ne sont pas les mêmes et que la LFP nous bloques de manières totalement famélique !
C'est marrant, ce qu'on appelle violence et qu'on condamne fermement partout en France, quand ça se passe en corse on appelle ça folklore et on trouve ça limite sympa.

Tout le monde sait que si Bastia est remonté aussi vite de 2 divisions c'est aussi grâce à l'ambiance violente et intimidante dans leur stade, qui leur a permis d'être invincible à domicile pendant 2 ans. Ambiance mise en place par les supporters mais aussi et plus grave, par les dirigeants et les joueurs. Les incidents scandaleux contre Lens n'étant que la partie visible de l'iceberg de ce qui se passait à chaque match à Furiani.
vinceletah Niveau : CFA
Note : 5
Ouai comme d'hab SoFoot enjolive et cire les pompes des corses! Attaque de bus avant le match, attaque de bus apres le match, tentatives d'agression en pleine nuit la veille du match a l'hotel des parisiens! Derriere les mecs font peter les bombes agricoles dans le stade tranquillou.. Lol ils vont rien changer parce que c'est des gros mafieux! Et que tu peux discuter avec eux qu'avec un petard sur la table! Je comprends pas votre admiration, a vous les journaleux de SoFoot! Tocards!
The more you hate us, the more we love it...

Merci à So Foot de faire la part des choses et de mettre en avant ce qui est beau dans le football Corse et la passion d'un peuple qui sait très bien que tout n'est pas rose chez lui mais qui continuera à pousser, pousser, exister, exister, encore et encore, n'en déplaise à la majorité !
roolian, on vous reproche pas d'exister, on vous reproche juste de casser les rouleaux à tout le monde avec votre volonté identitaire. Vous profitez bien de tous les acquis sociaux voulus en France ? Ben alors chut... Personne ne nie l'identité corse, vous faites les victimes mais profitez autant du système que n'importe qui en France.
La différence c'est que là, maintenant c'est la L1. Et les joueurs s'en moquent de ce qui se passent autour. C'est sûr que la poirée sur vie, ça flippe là-bas, mais là, le PSG? s'en cague de votre pression populaire... Moi, j'ai pas vu 11 parisiens qui flippaient malgré les attentats sur le terrain. vous vous êtes fait marché dessus comme c'est le cas depuis 5 matchs et c'est tout... LA dynamioque positive n'existe plus là, quand tu prends 15 buts en 5 matchs, j'ai envie que t'as une dynamique de loosers. On fait la même à paris, on se retrouve avec des matchs à huis clos. A croire que les bastiais n'ont pas compris les précédents avertissements...
@ buddy love : renseigne toi.. Il n'y a pas eu de caillassage du bus, 3 sandwiches et 2 canettes (vide)... BIen loins de ce que nous a rellayé les médias nationnaux. Certes c'est pas glorieux mais bon quand même on est loin de casser 3 pattes...
Malheureusement ce n'est qu'une vulgaire généralisation et par ce que Bastia a des antécédents, le moindres débordement est de suite amplifié. A chaque match de L1 sur l'ensemble du territoire il y a malheureusement des débordements et des tensions...
@ crétin de serpent de mer** : Le sporting est le seul club en L1 où un engouement populaire génère une telle ambiance, on se croit en Angleterre, même après une gifle les supporters étaient et seront là.. Tu ne dois pas le comprendre, tu dois être de ceux qui supporte l'équipe que quand elle gagne...
D'après ce que j'ai vu, la ferveur populaire était très loin d'être là y'a trois ans... Et pas besoin de me renseigner pour voir les bouteilles de bières en verres lancées sur les fenêtres...

Faut pas minimiser parce que si le bus des bastiais subissait la même chose en allant au parc, tous les corses seraient extremement remontés...

PS : la ferveur était plus que morte y'a 3 ans... Ils se sont arrangés pour faire revenir les gens au stade comme on le voit bien dans le reportage de C+... d'ailleurs il parait aussi que la ferveur est également revenue dans les travées du stade ou les couloirs d'après ce que disent lensois et autres...
@ Pimousse : Bastia en L2 et National --> meilleur équipe à l'extérieur... Intimidation?! Pfff tu me fais doucement rire...
Quand à "l'attentat" face à Lens... Renseigne toi un dirigeant du Sporting s'est fait violenter physiquement (fractures multiple) par un joueur du RCL...

L'intimidation, la Mafia... Je vois surtout que ça généralise et qu'à cause d'une très grande minorité d'abrutis... On stigmatise toute une île. Et après vous viendrez passer vos vacances làbas en +!
Faboush

On ne stigmatise pas toute une ile mais plutôt le club de bastia et certains de ses supporters... tu peux pas nier parce qu'il n'y a pas que lens qui s'est plaint de certains comportements

PS : ma femme est corse ( et j'ai toujours peur le soir qu'elle me plante un opinel entre les omoplates lol )
Purement scandaleux et démago ce article: comment faire l'apologie du régionalisme à deux balles, de la haine, de la bêtise, tous justifiés au nom de la passion (commencent à nous gonfler les sudistes avec leur monopole du coeur) et la fidélité au club. L'ambiance à Furiani est toujours délétère et violente, le club collectionne les incidents mais tout est mis sur le compte du folklore local. Les bombes agricoles, vous approuvez aussi? Faut arrêter à un moment. Quant à la fameuse phrase "le retour du Sporting est une bonne nouvelle pour la Ligue 1", je m'abstiendrai de tout commentaire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
951 107