En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // OM-PSG

Pour Eyraud, l'OM gagne le match de la passion

Modififié
« Quand on a que l'amour, pour unique raison, pour unique chanson et unique secours » , chantait Brel.

Et à Marseille c'est un peu ça, si on se fie à un autre Jacques, Henri de son deuxième prénom et président de l'OM, qui s'est exprimé dans La Provence avant la réception du Paris Saint-Germain dimanche soir. Pour Eyraud, la différence entre les deux clubs est avant tout sur le terrain des valeurs. « La rébellion, l'insoumission, le goût du combat, c'est l'identité marseillaise. Ce qui est plus fort à l'OM qu'ailleurs et est probablement lié à l'ADN de la ville » , énumère-t-il avant de compter les points entre la cité phocéenne et la capitale. « Il y a une passion que l'on ne retrouve nulle part ailleurs. Certainement pas à Paris, même si j'ai beaucoup de respect pour le PSG et pour le PSG version qatarie. »


Convaincu que « si le football français avait besoin d'un PSG fort, maintenant, il a besoin d'un OM fort » , le dirigeant marseillais a également confirmé que le déménagement du centre d'entraînement est dans les cartons. « Si vous comparez la Commanderie aux centres d'entraînement du top 10 européen, voire même quelques clubs français, on commence à être un peu à l'étroit. »

Pousse les murs, Jacques-Henri. You can be Eyraud, just for one day ! MR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 5 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 6 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9