Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. F
  3. // Portugal-Islande

Portugal-Islande : le Bacalhautico

C'est le grand dépucelage de l'Islande en phase finale d'un Euro. Les Scandinaves affrontent les Portugais dans une confrontation inédite et a priori déséquilibrée entre deux nations qui possèdent a priori peu d'échanges culturels. Sauf que le Bacalhau, le fameux plat national portugais, doit un peu à la morue d'Islande.

Modififié
Que peuvent bien avoir en commun les Portugais et les Islandais, ces deux pays aux confins de l’Europe occidentale ? A priori pas grand-chose. Devant la gare de Saint-Étienne, à quelques heures du match, une bande d’Islandaises encornées façon viking et pintes à la main, en attendant de se maquiller les lèvres en bleu/blanc/rouge savent : « Bacalhau !!!! » répondent-elle en force et d’une voix. Oui, la morue salée, le plat national portugais que les Islandais ont adopté et exportent désormais vers la péninsule ibérique. « C’est mon premier job. On a une entreprise familiale de transformation de morue qu’on vend aux Portugais et aux Espagnols. L'année dernière, j’étais en vacances au Portugal et j’en ai mangé, du bacalhau, fait en Islande chez nous. » Les Portugais ont été les premiers, au début du XVe siècle à remonter jusqu’à Terre Neuve, dans le sillage des grandes expéditions, pour ramener la morue dans leurs filets. Quelques années plus tard, les Basques espagnols et français découvraient aussi la morue de l’Atlantique. Et puis les flux marins se sont retournés. « À partir du XVIIe siècle, ce sont nous les Islandais qui avons commencé à pêcher pour les Européens du Sud » , clame fièrement Eidur, devant un food truck de la fan zone de St-Étienne en vannant une bande de supporters portugais : « Ronaldo qui ? Ronaldo qui ? »

La pêche représente toujours le principal secteur d’activité du pays, d’autant que le pays tente de se débarrasser petit à petit de l’exploitation du pétrole, jugé peu climato-friendly, et de son secteur bancaire qui a failli causer la perte de l’économie du pays. Traumatisés depuis, les Islandais tentent de faire autrement. « Depuis quelques années, on essaye de se passer des grosses sociétés, que l’exportation de la pêche à la morue profite aux petits pécheurs dans les villages et les communautés locales » , analyse Asta. « C’est ce qui nous a permis de ne pas tomber en cessation de paiement après la crise financière de 2008 » , raconte Jo Bjorn Skúlason, vice-président du club de première division d’Haukar, avant d’exiger un peu de respect de la part de ses adversaires du jour : « Ils devraient nous dire merci, grâce au bacalhau islandais, les joueurs portugais sont forts et en bonne santé. Et c’est tout bénéfice pour nous. En achetant notre morue, les Portugais paient nos bières en France » , analyse l’une des 30 000 supporters à s’être rendus en France pour l’Euro, soit presque 10% de la population totale de l’île.

« Nous, les Portugais, on pourrait faire un Kamasutra de la morue »


Apprendre que le patrimoine culinaire portugais dépend de l’approvisionnement en morue de l’adversaire du jour a l’air de remuer légèrement l’orgueil national de Ramiro, un supporter portugais venu du Luxembourg : « Ah bon ? Oui, on leur vole leurs morues, mais de toute façon, c’est le salage qui compte et c’est nous, les Portugais qui avons le meilleur sel. » Comme la meilleure équipe, puisqu’il a remarqué que, pour la première fois de l’histoire du football du pays, « l’entraîneur a annoncé que le Portugal venait pour gagner, et ça, c’est nouveau » . Un peu plus loin, une bande de supporters venus de la région parisienne avouent ne pas savoir grand-chose des échanges commerciaux et gastronomiques entre les deux pays. « Je sais que les noms de leur joueurs se terminent en "son", que Bjork vient d’Islande et qu’ils ont pas mal de serial killers chez eux. » Alors certes le bacalhau est désormais importé d’Islande, mais ce sont les Portugais qui l’ont élevé au rang d’expression artistique. « On a 365 recettes différentes, on peut faire un calendrier avec un plat différent chaque jour. Avec la morue, on peut faire un kamasutra de bacalhau. » Jon Bjorn acquiesce : « Avant en Islande, on la mangeait bouillie avec des pommes de terre, maintenant on imite les recettes des Portugais et des Espagnols et c’est bien meilleur. » Reste plus, pour la sélection islandaise, qu’à procéder au même mimétisme sur le terrain.

Par Joachim Barbier, à Saint-Étienne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures Kondogbia : « J'ai toujours voulu jouer pour la Centrafrique » 154 il y a 9 heures Bolt s'insurge contre un contrôle antidopage 25
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
À lire ensuite
Les clés de France-Albanie