1. //
  2. // Match amical
  3. // Portugal-Belgique

Portugal-Belgique, le match d'après

Une semaine jour pour jours après les attentats de Bruxelles, le Portugal reçoit la sélection belge à Leiria. Si les supporters des Diables rouges sont pour beaucoup frustrés de voir ce match se jouer ailleurs que chez eux, les Portugais promettent un accueil chaleureux et un hommage aux victimes.

164 3
C'était trop. Trop dangereux, trop irresponsable compte tenu du niveau d'alerte - alors de niveau 4 en Belgique et depuis repassé un cran en-dessous - pour que l'Union belge, ainsi que les autres autorités, laissent ce match de gala entre les Diables rouges et la bande à Cristiano Ronaldo se dérouler au stade Roi Baudouin. Une semaine après les attentats de l'aéroport international de Zaventem et de la station de métro Maelbeek, il était difficilement concevable de mobiliser un millier de policiers, alors que plusieurs suspects liés aux attaques de Bruxelles et Paris courent toujours. Même pour accueillir le meilleur joueur européen. Même pour jouer à domicile ce match si important dans l'optique de la préparation de l'Euro 2016. Aussi frustrant que cela puisse être pour les supporters des Diables, l'Union belge a bien fait d'accepter la proposition de la Fédération Portugaise de Football (FPF) d'annuler le match dans un premier temps, puis de le faire jouer dans le fort joli (et peu utilisé) stade de Leiria. Car le seul moyen de sauver le côté sportif était bien de déplacer l'événement au Portugal.

« Moi, je voulais jouer en Belgique »


La décision ne fait évidemment pas l'unanimité chez les supporters belges, qui avaient déjà loupé un match contre l'Espagne au lendemain des attentats de Paris, le 13 novembre 2015. Certains pensent que le Belgique-Portugal aurait dû se jouer au stade du Heysel (l'ancien nom du Stade Roi Baudouin), pour montrer aux terroristes que le peuple ne s'était pas laissé intimider et qu'il était hors de question de leur laisser penser que cela puisse être le cas. D'autres, sont plus compréhensifs, plus résignés. Si la marche contre la peur, qui devait se tenir dimanche, a été reportée pour des raisons de sécurité, si la date de réouverture de l'aéroport de Zaventem reste inconnue pour les mêmes raisons, les autorités n'avaient aucune raison de réserver un traitement de « faveur » à un match de football. C'est ainsi que raisonne la deuxième catégorie de supporters. S'il n'est pas spectateur, Marc Wilmots fait plutôt partie du premier groupe. « Moi je voulais jouer ici (en Belgique). Pour leur montrer que si les événements terribles ont secoué le pays, la vie y a vite repris comme avant pour la majorité des gens » , a déclaré le sélectionneur belge sur RTL info.


Évidemment, tous sont frustrés. Pour des raisons de sécurité (encore) et parce que l'organisation de la vente de billets a été rendue quasiment impossible par sa proximité avec ladite rencontre, aucun d'entre eux sera présent à Leiria pour apporter un soutien sportif et émotionnel à une équipe qui en a un grand besoin. Contre l'Angleterre, la France avait, malgré toute la bonne volonté du monde, la tête ailleurs, et ce malgré l'attitude fraternelle irréprochable des Anglais. Le long recueillement des hommes de Marc Wilmots à Zaventem, avant de partir pour l'ouest de la Péninsule Ibérique, laisse penser que ces derniers sont tout autant affectés.

Un stade plein pour un grand hommage aux victimes


De leur côté, les Portugais accueillent avec plaisir un match d'une telle envergure. D'une, parce qu'il constituera une opportunité de laver l'affront bulgare devant le même public et de deux, parce le Portugal a envie de rendre hommage à l'ami européen belge, après les événements du 22 mars. Preuve en est que les quelques 20 000 places, mises en vente par la Fédération Portugaise de Football dès mercredi (entre 5 et 10 euros), ont très rapidement trouvé acheteur. Mieux, la FPF a décidé de rendre disponibles 1000 places supplémentaires, dimanche dernier. Si l'aspect sportif aide, le contexte dans lequel se jouera la rencontre y est pour beaucoup.


Les supporters ne sont pas les seuls à vouloir soutenir la Belgique puisque la FPF a de son côté promis un hommage aux victimes des attentats de Bruxelles, en fournissant entre autres, un petit drapeau belge à chaque spectateur afin que le stade de Leiria soit aux couleurs de la Belgique pendant plusieurs minutes avant la rencontre. La sphère politique lusitanienne prend également cette réception très au sérieux, car le nouveau président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, le Premier ministre Antonio Costa, ainsi que le président de l'assemblée et le leader de la communauté musulmane portugaise, devraient faire acte de présence à l'occasion du match amical de mardi soir. Tous unis pour la même cause.

Par William Pereira

Dans cet article

Claude le Gentil Niveau : CFA
Les mecs, ce soir, je devais être dans le stade, à vous regarder jouer la bande à Cricri.

Pour le coup, je profiterai surtout du match pour regarder les nombreux jeunots alignés, en oubliant le reste.

Faites nous une belle prestation !

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Xavi, seigneur du Qatar
164 3