1. //
  2. // Superliga
  3. // 17e journée

Porto sombre, Benfica s'envole

Non Porto ne battra pas le record absolu de 56 matchs sans défaite en championnat, oui Benfica a de plus en plus la gueule du champion. Les uns ont lourdement chuté à Gil Vicente, les seconds ont battu Feirense (1-2) et l'écart entre les deux se fait de plus en plus grand. A côté, le Sporting a enfin retrouvé le chemin de la victoire. Bref, la Liga Sagres a tremblé.

Modififié
0 3
Le dimanche 29 janvier 2012, Novak Djokovic a poursuivi sa série d'invincibilité en Grand Chelem, et Porto a arrêté la sienne en Liga Sagres. Invaincu depuis un an et 11 mois et une défaite contre le Sporting à l'Estadio d'Alvalade (3-0), le FC Porto s'est pitoyablement incliné sur la pelouse du Gil Vicente (3-1), au terme d'un match vide aussi bien offensivement que défensivement. De son côté, Benfica s'est difficilement imposé à Feirense (1-2) grâce notamment à un pénalty contestable après avoir été mené jusqu'à la 55è minute. Petit à petit, les Dragons sont en train de gâcher leur seule chance de sauver leur saison - bien qu'il leur reste encore la C3 - en laissant filer Benfica vers le titre. Car cinq points de retard dans un championnat à 16 équipes, ça coûte cher.

Porto cherche son banc

Plus que cinq unités, il y a un fossé entre Benfica et Porto, les premiers étant largement supérieurs aux seconds. Que possèdent les hommes de Jorge Jesus que n'ont pas ceux de Vitor Pereira ? Un buteur. Kléber est de plus en plus ridicule et Hulk toujours blessé. Depuis le départ de Falcao, le FC Porto joue quasiment sans un avant-centre digne de ce nom, là où Benfica peut compter sur Cardozo, Nolito, Rodrigo et compagnie pour sauver les meubles même quand l'équipe ne le mérite pas. De plus, les tripeiros n'ont aucune identité de jeu, alors qu'en face, le leader du championnat portugais régale avec son jeu rapide et vertical, en une ou deux touches de balle. Face à Gil Vicente, le milieu de terrain et l'attaque portiste ont commis un nombre incalculable d'erreurs, quand ces deux compartiments du jeu benficiste résonnent à l'unisson. Jorge Jesus dispose aussi d'un plus grand effectif au milieu et devant avec entre autres Witsel, Gaitan, Aimar et Saviola, ce qui lui permet de faire tourner un peu son effectif de temps à autres. A Porto, un tel turnover est impossible dans la mesure où banc est très peu garni. Le cas Fernando peut servir d'exemple à cette réalité. Le milieu défensif Brésilien était absent ce week-end, et Souza a été incapable de récupérer le même nombre de ballons que son compatriote habituellement titulaire, ni d'opérer un pressing aussi constant que ce-dernier. Résultat, l'entrejeu des dragons s'est retrouvé avec un énorme trou, idéal pour se faire violer trois fois par la modeste équipe de Gil Vicente.

Le Sporting retrouve le sourire

Enfin, la chance est du côté de Benfica. Les Lisboètes peuvent remercier tous les dieux du monde pour l'égalisation chanceuse contre son camp de Varela alors que Feirense venait d'ouvrir le score, ainsi que l'arbitre, qui a injustement permis à Cardozo d'inscrire le but victorieux de sa clique quelques minutes après. A l'inverse, Vitor Pereira risque fortement de taper sur les doigts de M.Paixao, qui a omis de signaler deux positions de hors-jeu sur les deuxième et troisième buts de Gil Vicente, bien qu'au fond, Porto méritait cette branlée. Bref, si Porto ne change pas, Benfica peut d'ores et déjà soulever le trophée de champion du Portugal. Un peu plus bas, le Sporting sourit enfin, car pour la première fois en 2012, les troupes de Domingos Paciência se sont imposées en championnat. Les leoes ont aisément balayé Beira-Mar 2-0 sans pour autant être brillants. Et comme d'habitude, qui de mieux pour sauver le monde de la déliquescence, des ténèbres, et du désespoir qu'un super-héro américain volant. Non, pas de Capel, de Jeffren, de Ferandez pour marquer les deux buts salvateurs; juste Onyewu. L'Américain du Sporting a profité à deux reprises de l'attentisme de Beira-Mar sur coups de pied arrêté pour marquer de la tête et s'offrir son premier doublé sous les couleurs leoninas. Les visiteurs n'ont jamais été en mesure d'inquiéter les Lisboètes qui ne se sont paradoxalement procurés quasiment aucune occasion dans le jeu. Pas très rassurant, mais les trois points sont là. Le Sporting, toujours quatrième, met la pression sur Braga qui se déplace à Maritimo lundi soir. Au moins, il y a un peu plus de suspens que dans l'Everest de la Liga Sagres.

Résultats

Vitoria Guimaraes 1 - 0 Nacional

Gil Vicente 3 - 1 Porto

Feirense 1 - 2 Benfica

Sporting 2 - 0 Beira Mar

Rio Ave 0 - 0 Académica

Leiria 2 - 4 Paços de Ferreira

Setubal 2 - 3 Olhanense

Lundi : Maritimo - Braga

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Très petit Perreira qui défonce l'arbitrage alors que les Tripeiros ont fait un grand match de merde ! Et oui, Benfica peut commander " as faixas " mais uniquement grâce à leur talent et cette putain de cohésion ( et un brin de chance ok :p )

Bravo à Gil "o galo" Vincente, qui avait déjà fait trébuché Benfica à la première journée
Stalin Rivas Niveau : DHR
William, on dit benfiquiste et pas benficiste. Tu peux meme ecrire benfikistes si tu veux faire branché ou benfas si tu veux faire moqueur.
Je ne me prononcerai pas sur le match de Porto étant donné que je n'ai vu ni le match, ni le résumé.

Par contre, il est vrai que Benfica a eu beaucoup de mal contre Feirense. C'est indéniable. Par contre, le pénalty n'est pas contestable. Il y a clairement faute sur Rodrigo. Ce qui est clairement contestable, c'est le but refusé à Feirense pour un hors-jeu inexistant.

Pour terminer, 5 points d'avance, c'est bien. Mais ça ne garanti en rien une victoire finale. Porto est peut-être pas aussi bon que la saison passée mais ça reste Porto. Il faudra se méfier et continuer à gagner les matchs.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3