En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Liga Zon Sagres
  3. //

Porto, les cinq hommes du titre

19 titres en 30 ans et 8 en 10 ans. Le football portugais est perpétuellement écrasé par l’hégémonique FC Porto depuis quasiment un tiers de siècle. Ce fut laborieux, mais comme l’année dernière, le club de Pinto da Costa remporte la Liga Sagres devant Benfica. Grâce à, et à cause de certains hommes.

Modififié
Vitor Pereira

L’adjoint de l’adjoint, souvent critiqué, hué, un temps même annoncé démissionnaire, mais somme toute grand artisan du titre. Pour sa première saison, il réalise un doublé (avec la Supercoupe du Portugal), soit deux fois moins de trophées engrangés sur la même période que Villas Boas. Bien, mais pas assez pour les supporters. Parmi ses torts, une élimination prématurée en C1, en Coupe du Portugal (défaite 3-0 contre l’Académica), et une humiliation en C3 face à City. C’est tout. Au niveau national, il n’a perdu qu’un match en championnat contre Gil Vicente. Tactiquement parlant, il a eu la présence d’esprit de laisser un rôle d’électron libre à Lucho dès son arrivée, de replacer Hulk en 9 pour compenser le rendement affreux de Kléber et Janko, et de mettre en place une charnière centrale Maicon-Otamendi, au détriment de Rolando. Une recette qui lui a permis de venir à bout de Benfica, Braga et du Sporting en 2012. Pas mal pour un naze.



Hulk

L’évidence. Falcao parti, le Brésilien a endossé - avec James - le costume de super buteur du FC Porto, tant et si bien qu’il a réussi à minimiser les dégâts du recrutement désastreux de Pinto da Costa à la pointe de l’attaque. Meilleur buteur du club avec 16 buts (soit en moyenne 0.64 pion par match), l’Incroyable a une fois de plus été la pièce maîtresse de l’effectif portista, présente en cas d’extrême nécessité, comme le prouvent ses cinq buts victorieux cette saison contre Benfica et le Sporting. A chaque match, Hulk a brisé les défenses adverses à base de coups de reins, de passements de jambes et de sprints affolants. Conscient de la tâche qui lui revenait, le Brésilien en a souvent trop fait, mais son manque d'altruisme ne l'a pas empêché de terminer meilleur passeur cette fois encore (10 passes). Son départ est plus que jamais d’actualité, et la question n’est plus de savoir s’il va partir de Porto, mais à quel prix il en sortira.

Helton

Porto a terminé le championnat avec la meilleure attaque et la meilleure défense. Si le portier carioca n'a joué aucun rôle dans les 64 buts inscrits par son équipe avant la dernière journée, il n'est pas étranger au fait que les Dragons possèdent la meilleure défense d'Europe pour la deuxième année de suite. A 33 ans, Helton vieillit bien. On pourrait presque dire qu'il progresse au fil des ans. Détente, claquettes, sorties aériennes, un contre un, le singe de Porto fait tout, et il le fait bien. Même son jeu au pied et ses dribbles sont justes, et certains attaquants portugais en ont fait les frais. Après Nuno, Beto, Ventura et Kiezcek, le pauvre Bracali a été réduit au rang de faire-valoir tout au long de l'année. Trop âgé pour aller vers d'autres cieux, sous-estimé aussi, le Brésilien est donc bien parti pour conserver la tunique "azul e branca" encore quelques années.



Moutinho + Fernando + Lucho = Fernucho Gonzinho

A Porto, quand l'un des trois est absent, c'est le bordel. En première partie de saison, alors que Lucho évoluait encore à l'OM, il manquait de fluidité dans le jeu, et d’un mec capable de débloquer des situations pourries en une passe ou une frappe de loin. Pour son retour au bercail, El Comandante remplit immédiatement sa tâche, en plantant un "golaço". Problème, l'Argentin ne sait ni dribbler ni courir, deux domaines dans lesquels excelle le petit Moutinho. L'Iniesta de Porto avale les kilomètres sur les terrains de Liga Sagres par centaines, la moitié à mettre des crochets et des petits ponts aux défenseurs. Au bon souvenir de Deco. Dans un milieu à trois avec deux joueurs offensifs, il faut un 6 exceptionnel, un gars qui ferait rêver la France. Fernando. Le poulpe a prouvé qu'il n'était pas humain en récupérant tous les ballons qui passaient dans son champ de vision à l’aide de ses tentacules. En plus d'être une machine, le Brésilien casse des jambes et rate quelques passes. Si ça, c'est pas un appel de pied à la L1...




James Rodriguez

Tête de puceau n'a eu besoin que d'une année pour s'adapter au football européen, et deux pour devenir un monstre à qui Sir Alex Ferguson fait la cour. Le Colombien a réalisé un exercice 2011-2012 prodigieux, avec à la clé 12 buts à son compteur en Liga Sagres. La polyvalence du jeune Colombien, adroit du gauche comme du droit, de près comme de loin, et spécialiste de la mise à l'amende dans des petits périmètres, lui a souvent permis d'être décisif en marquant des buts victorieux ou en offrant des caviars. James, à l’image de Hulk, aura délivré un grand nombre de passes décisives (8). Et comme l'homme vert, il est plus que jamais sur le départ. Quand on sait qu'un Colombien reste rarement plus de deux ans au FC Porto, Pinto da Costa a intérêt à lui trouver un remplaçant. A moins qu'Iturbe ne se réveille.



Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3