1. //
  2. // Groupe H
  3. //
  4. // FC Porto/Athletic Bilbao

Porto, de « l'Azul » à la « Roja »

Il y a eu le FC Porto « do Brasil » , celui d'Argentine et même le Porto colombien. Avec l'arrivée de Julen Lopetegui sur le banc et d'une multitude d'Espagnols sur le terrain, 2014-2015 est l'année de l'Espagne au Dragão. Et pour le moment, c'est un rouge en demi-teinte qui colonise la « cidade invicta » .

Modififié
3 9
Ils sont là, les premiers doutes. Ils ont mis du temps à s'installer sur le littoral portugais après avoir pris des vacances prolongées entre le mois de mai et la mi-septembre, mais les voilà de retour à Porto. Au lendemain de la correction infligée au BATE Borisov (6-0), on parlait déjà de renaissance, de la patte Lopetegui, d'un bon parcours européen à venir et de titres nationaux. Sauf que depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. Les Dragons ne jouent déjà plus sur tous les tableaux - éliminés samedi par le Sporting en Coupe du Portugal - et restent sur une série noire d'une victoire pour quatre nuls et une défaite lors des six derniers matchs. Parler de crise serait prématuré, d'autant que Porto fait bonne figure en C1 tout en occupant la deuxième place de Liga Sagres à quatre longueurs de Benfica, mais quelque chose cloche. Cette équipe n'est pas assez tueuse. Et comme bien souvent lorsque les choses se gâtent, l'autochtone a tendance à pointer du doigt l'étranger. L'Espagnol, en l'occurrence. Sans compter Julen Lopetegui, ils sont sept dans un effectif comptant seulement trois Portugais (Rolando ne compte pas vraiment puisqu'il est mis au placard). Du jamais vu. Il y en a à tous les postes et pour tous les goûts. Pourquoi ? Comment ? Qui est au niveau, qui ne l'est pas ? L'armada espagnole suscite bien des questions dans le Nord du Portugal, où l'on n'a plus l'habitude d'attendre que les bons résultats arrivent. Surtout quand ils dépendent de frères ennemis.

Nouveau départ


Pour comprendre ce renouveau à l'accent hispanique, il faut revenir en arrière. Mais pas trop. De fait, il suffit d'observer les trois dernières saisons portistas pour se rendre compte qu'un coup de balai était nécessaire. Les deux titres de champion remportés par Vítor Pereira cachaient une forêt de problèmes qui se sont accumulés sur les épaules de Paulo Fonseca l'année dernière. L'échec est cuisant. Aucun titre au terme d'un exercice 2013-2014 marqué par un fonds de jeu horrible, à peine sauvé par une fin de campagne européenne plutôt honnête (élimination en quarts face au futur vainqueur sévillan), il fallait donc tourner la page. Les projets d'Alexandre Pinto da Costa (fils du président) et d'Antero Henrique n'ont aboutit à rien de bon et le boss que l'on dit sénile décide de reprendre les choses en main. Ou plutôt, il prend la décision de confier le mercato à la personne la plus indiquée, à savoir Jorge Mendes, qui lui conseille d'installer Julen Lopetegui sur le banc de l'Estádio do Dragão.

Si le Basque n'a jamais entraîné à un tel niveau, il possède une réputation de gagnant grâce à ses expériences fructueuses dans les échelons inférieurs de la Roja, en plus d'avoir un carnet d'adresses bien garni du côté de la Liga. Malgré une inexpérience certaine, il reçoit carte blanche pour former son staff et se permet de ne garder qu'un homme de la maison sur son banc. Étrange, surtout quand on sait qu'en 2004, Luigi Delneri avait pris la porte au bout d'un mois en partie pour avoir voulu faire la même chose. Côté joueurs, la tendance est également au rouge. Joueurs de Liga et jeunes espagnols arrivent en masse à Porto sous forme de prêts (Oliver, Tello) ou d'achats (Adrián López, Marcano, José Angel, etc) pour faciliter l'importation du modèle espagnol qui a connu le succès que l'on sait il y a quelques années avant d'être remis en cause après la gifle donnée par le Bayern Munich au Barça en 2013. Les premiers résultats sont pourtant probants. Les Azuis e Brancos jouent très bien pour la première fois depuis le départ d'André Villas-Boas et marquent beaucoup sans encaisser de buts. Lille fait d'ailleurs les frais de ce début de saison canon. Mais la roue tourne très vite.

Inexpérience et sur-hispanisation


Sur le marché des transferts, la stratégie de Lopetegui était intéressante. Recruter en Liga et cibler des joueurs avec qui il a travaillé chez les jeunes a permis d'accélérer le processus d'adaptation des uns et des autres au FC Porto. Enfin, empiler les arrivées à chaque étage était également primordial tant le calendrier surchargé et les exigences physiques imposées par l'idéologie de jeu du Basque sont éprouvants à la longue. Peut-être un peu trop fatigant, même. Qu'il gagne ou perde, Julen Lopetegui change quasiment systématiquement son onze de départ, opère des remplacements dès la mi-temps et a déjà dû faire face aux absences de joueurs importants comme Tello, Oliver ou encore Casemiro. Censées avoir un niveau proche des titulaires, les doublures comme Adrián, Andrés Fernandez et Marcano ne répondent pour le moment que trop peu aux attentes qu'elles suscitaient. De plus, et alors qu'il dispose d'autres alternatives crédibles, l'entraîneur du FC Porto s'obstine à faire jouer certains de ses compatriotes en dépit de leur mauvaise forme ou de leur incapacité à évoluer à la nouvelle position qui leur est assignée.

Adrián López, en manque de confiance, bénéficie d'un temps de jeu égal sinon supérieur à un Quaresma affamé, tandis que Marcano a démarré plusieurs fois devant la défense pour pallier l'absence de Casemiro avec des conséquences désastreuses alors que l'excellent Ruben Neves chauffait la banquette. Mais tout mettre sur le dos des seuls Espagnols n'aurait aucun sens. Bruno Martins Indi, Maicon et Casemiro sont là pour le rappeler. Les deux défenseurs centraux enchaînent les bourdes. Le milieu défensif appartenant au Real Madrid, lui, a du mal à se faire remarquer pour autre chose que ses cartons jaunes. À l'inverse, Tello, Oliver ou José Angel apportent technique et percussion à un FC Porto pas assez tueur. Et pour le moment, le réalisme est bien ce qu'il manque aux hommes de Lopetegui. C'est le risque lorsqu'on construit une équipe trop jeune. Il y a du spectacle, des buts, mais pas forcément dans le bon sens. Alors certes, la saison n'en est qu'à son début, certes ce Porto est en reconstruction et a besoin de temps. Mais les Dragons doivent vite inverser la tendance, faute de quoi la crise sera bientôt proclamée. En ce sens, conserver son invincibilité en Ligue des champions serait un bon moyen de se donner un bol d'air...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est surtout le jeune algérien, Yacine Brahimi qui fait péter le Dragao, à dire vrai.
Lefootologue Niveau : DHR
C'est Porto Algérien en effet !
On parle de mon club et le match d'hier n'a fait que confirmer mes impressions.

Porto est un club, formateur et vendeur. Les joueurs achetés sont là pour prendre du galon pendant un ou deux ans et seront revendus avec plus-value mais ça, ce n'est pas nouveau.

Cette année, c'est l'instauration des arrivées par prêt qui change l'organigramme des joueurs. Oliver mérite sa place, il prend le jeu à son compte avec Brahimi et c'est une performance en soi, de par son jeune âge MAIS Tello........ Oui, il dribble, il percute mais il ne cherche qu'à marquer son but... Il accumule les mauvais choix et au bout de la 10e tentative ratée, il passe.. ce qui en fait pour le moment encore, le meilleur passeur du club...

Herrera est loin de son niveau du mondial. Alors peut être n'est il pas fait pour le poste qu'il occupe à Porto mais le but encaissé hier soir vient de lui, il a lui aussi beaucoup de déchet technique..
Danilo est pour l'instant loin au dessus de son niveau de l'année dernière et c'est rassurant. Maicon est brouillon tandis qu'Indi joue (trop) de son physique.. Un peu comme Laporte pour l'Athletic...

Ruben Neves est en effet une pépite et Quaresma mérite plus de considération de la part de l'entraîneur. Il a sauvé l'équipe hier, que de frissons après ce but!!!!

Pour ce qui est de la comparaison Del-Neri-Lopetegui:

Del Neri a repris la succession de Mourinho qui avait tout gagné alors que Lopetegui avait quasi-tout à reconstruire..

Seul hic à mon goût et ce, depuis le début du recrutement. On sait que les jeunes joueurs ont un manque d'expérience et vont apprendre au fur et à mesure mais justement, ces joueurs prêtés, accumulent l'expérience voir les mauvais choix (Coucou Brahimi, Tello ou Casemiro sur les derniers matchs) mais pour certains cette progression ne se verra qu'ailleurs... Que Tello devienne moins égoiste de suite ou qu'il reste sur le banc un moment. Parce que le voir gâcher ses occasions, ne pas attaquer le ballon (c'est quand même les bases!!) pour ensuite aller le faire avec Messi et cie, moi ça m'est égal...
sparthorus Niveau : DHR
Je trouve qu'on ne parle pas assez de l'impact de la saison passée sur le mental / moral des joueurs. Et ça se sent dès que Porto est un peu trop pressé. Maicon devient vite fébrile, Fabiano n'est pas rassurant et Jackson m'énerve. Certes, il marque des buts mais je trouve que son style colle de moins en moins avec celui de Porto. Il faudrait un 9, plus rapide et plus mobile avec les ailiers.
Concernant Tello... Je trouve son apport offensif hyper intéressant. Il est de moins en moins égoïste, même si je suis d'accord, il cherche toujours son petit but... Herrera me fait peur, tout autant que Casemiro. Aly Ghazal ne serait-il pas une meilleure alternative?
Au contraire, Danilo, Quintero et Brahimi (même si chauffer la banquette lui ferait du bien) sont de très bons éléments.
Quaresma reste RQ7 mais il n'est qu'un élément de l'équipe...
Quand parmi les éléments, tu as un joueur (mine de rien) plus altruiste et efficace que Tello, c'est à lui d'être titulaire...

Il attend que le ballon lui arrive dans les pieds, plutôt que d'aller vers le ballon, donc il se fait bouffer à chaque passe longue ou changement d'aile, il ne défend pas à plus de 10 mètres de la ligne médiane. Pour l'instant, Tello ne me convainc pas.

Casemiro n'est pas un vrai mdef de métier, il est plus relayeur et tu le sens dans ses tacles... Alors qu'un Ruben serait à l'aise, c'est quand même son poste..

Quintero est vraiment intéressant mais pour ce qui est de Jackson, même si je te rejoins, c'est pas Aboubakar qui va apporter le changement.

Il faut un 9 fixe mine de rien, on va pas tous jouer sans attaquants...
Gomes, Jardel, Domingos, Pena, McCarthy, Falcao, la liste de joueurs à ce profil, c'est quand même une vraie tradition.
Un article qui parle des joueurs technique de Porto et pas un mot sur Yacine Brahimi ? un algerien a volé ta rolex William?
Parce qu'il parle des joueurs espagnols ou provenant d'Espagne. Brahimi arrive de Grenade mais est le seul joueur qui ne soit pas une inconnue actuellement.
Il est le top player de l'équipe depuis le début de la saison.
sparthorus Niveau : DHR
Message posté par Deco10
Quand parmi les éléments, tu as un joueur (mine de rien) plus altruiste et efficace que Tello, c'est à lui d'être titulaire...

Il attend que le ballon lui arrive dans les pieds, plutôt que d'aller vers le ballon, donc il se fait bouffer à chaque passe longue ou changement d'aile, il ne défend pas à plus de 10 mètres de la ligne médiane. Pour l'instant, Tello ne me convainc pas.

Casemiro n'est pas un vrai mdef de métier, il est plus relayeur et tu le sens dans ses tacles... Alors qu'un Ruben serait à l'aise, c'est quand même son poste..

Quintero est vraiment intéressant mais pour ce qui est de Jackson, même si je te rejoins, c'est pas Aboubakar qui va apporter le changement.

Il faut un 9 fixe mine de rien, on va pas tous jouer sans attaquants...
Gomes, Jardel, Domingos, Pena, McCarthy, Falcao, la liste de joueurs à ce profil, c'est quand même une vraie tradition.


Honnetement dans son état d'esprit, je préfère un Tello que Quaresma. RQ7 me dérange avec son mental de Cigano à toujours chercher l'embrouille... Il a des qualités intrinséques indéniables mais merde... son attitude face à Lille, c'est inadmissible. Après, je suis d'accord avec les points que tu soulèves même s'il ne me saute pas aux yeux...
Concernant Jackson, autant je le trouvais performant sa première saison à Porto auntant là, j'ai envie de lui foutre des baffes. A mon sens, il n'est pas encore assez mobile à mon goût.
Concernant Jackson, je pense que c'est justement ce qu'on lui demande.
D'être un finisseur pur parce que tout le jeu se fera sur les ailes.
Lors de sa première saison, c'était moins facile parce qu'on n'avait pas de joueurs d'aile justement.

Pour ce qui est de Tello, il doit redégonfler direct son boulard et bosser dans le dur.

C'est peut être ce qui arrive avec Quaresma qui a pris de la confiance avec ses matchs en sélection mais a montré de l'envie, de la détermination et un replacement défensif en étant remplaçant.

je t'invite à lire un article sur maisfutebol assez intéressant et qui justement démontre que c'est la première fois dans la carrière que RQ7 est déterminant en sortant du banc (sélection et clubs compris)

Tello, à mon goût, est arrivé en terrain conquis.. à la différence d'un Brahimi qui s'arrache et lui, joue juste 95% du temps.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 9