Porto à cinq points du titre

Au Portugal, la fin ne change que rarement. Suspense ou pas, Porto s'impose presque tout le temps au bout du compte. 2012 est bien partie pour ne pas déroger à la règle. Braga a craqué, et il ne reste plus que Benfica pour stopper le club de Pinto da Costa, qui vient de fêter ses 30 ans de règne, mais les hommes de Jorge Jesus pointent à quatre longueurs du leader. Et Porto n'a besoin que d'une victoire et de deux nuls pour devenir "bi-campeoes".

Modififié
0 3
La bonne opération

Ce week-end était celui des fins de séries. Le Real s’est enfin imposé au Camp Nou, Rafael Nadal a écrasé Novak Djokovic, et... Janko a fini par marquer son quatrième but à Porto contre Beira-Mar. Toujours aussi faible dans le jeu, l’Autrichien s’est trouvé au bon endroit pour convertir un caviar de Hulk à deux mètres des cages. Le super héros a eu raison des visiteurs à lui tout seul puisque c’est aussi lui qui ouvre et clôt le tableau d’affichage. En première mi-temps, sur un pénalty obtenu par Sapunaru à l’entrée - même en dehors - de la surface, alors que Beira-Mar résistait vaillamment au champion en titre. Puis au retour des vestiaires, les Dragons s’emballent et règnent sans partage sur la partie, tandis que leurs adversaires ne touchent quasiment plus le ballon. Après avoir offert un cadeau à Janko, Hulk se fend d'un doublé, histoire de montrer qui est le boss sur la pelouse, et permet à Porto de maintenir son avance de quatre points sur Benfica. Les Tripeiros n’en ont besoin que de cinq pour remporter le championnat pour la deuxième année de suite. L’occasion pour Vitor Pereira de se faire virer en beauté.

Les mauvaises opérations

C’est peut-être Jorge Jesus, pote avec Pinto da Costa, qui rejoindra la chaise très probablement vide d’entraîneur de Porto à la fin de la saison. Le messie et son principal soutien, Luis Filipe Vieira, président du club, sont de plus en plus critiqués par les socios pour avoir laissé filer un championnat qui était à portée de main il y a encore deux mois. En réalité rien n’est joué puisque les Encarnados ont étripé Maritimo 4 à 1 sur la pelouse de la Luz. Nolito a frappé à deux reprises en début de match pour permettre aux Lisboètes de prendre le large. Les coéquipiers de Selim Benachour, bien qu’ayant réduit la marque peu de temps après la reprise, n’ont jamais semblé en mesure d’interrompre le feu d’artifice écarlate conclu par des réalisations de Rodrigo et Bruno César. Comme prévu, la révélation de l’année s’effondre dans la dernière ligne droite de la Liga portugaise, et abandonne quasiment définitivement la quatrième place aux dépens du Sporting.

Juste au-dessus, Braga, l’invité surprise dans la lutte pour le titre, s’est également effondré pour de bon et devra se « contenter » de jouer les tours préliminaires de la Ligue des champions l’année prochaine pour essayer de rallier la C1 pour la deuxième fois en trois ans. Pas si mal pour Braga, tenu en échec à la Mata Real face à Paços de Ferreira (1-1). La capitale du meuble a justement bien meublé son arrière-garde pendant près d’une heure, après avoir pris les devants à la 27è grâce à un pion de Vitor. La cage inviolée de Cassio a fini par se faire dépuceler à la 80è par un vieillard, Nuno Gomes. Sans doute le seul de son équipe à répondre présent quand la pression est à son comble. Comme quoi, Braga n’est pas vraiment le Montpellier portugais.

Et les autres, au fait ?

Trois jours après son exploit en C3, le Sporting confirme qu'il se trouve sur une pente ascendante. Les Leoes, malgré une équipe B, se sont imposés dimanche contre Nacional (2-3). La soirée avait idéalement débuté pour les hommes de Sa Pinto, qui, par le biais de Rubio et Neto, mènent 2-0 à la demie-heure de jeu. Avance qui part rapidement en fumée après la réduction du score de Mateus. En difficulté, le Sporting a même la lumineuse idée de se foutre dans la merde en étant réduit à 10 suite à l'exclusion de Rubio (oui, oui, le buteur) à l'heure de jeu. Mais tout finit bien pour les Lisboètes puisque Van Wolfswinkel plante une dernière banderille sur pénalty à la 77è, trois minutes après l'égalisation de Keita. La meute de Sa Pinto ne compte plus que six points de retard sur le podium. Si Braga se vautre lors des trois dernières journées, ça peut le faire pour le Sporting. Derrière, Leiria est bien parti pour terminer dernier après une nouvelle défaite face à Guimaraes (3-2).

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bon match de Porto même si ils se sont fait une ou deux frayeurs en début de match.

Janko a peut être les pieds carrés mais il pèse tout de même dans la surface, et même moyen, il est utile au collectif.

Hulk, ben faut bien en profiter car c'est sûrement la dernière saison qu'il porte le maillot de Porto. Clairement le facteur plus d'"os azuis".

Trois matchs, cinq points, un dernier effort pour aller chercher un nouveau titre car un déplacement à Maritimo plus une réception du Sporting en mode EL sont tout sauf des matchs faciles.
sparthorus Niveau : DHR
Hulk devrait encore rester une année, le temps qu'Iturbe prenne du coffre et puisse le remplacer sur les ailes... Par contre, c'est quoi cette histoire de Jesus entraîneur de Porto? Non et non, il ne conviendrait absolument pas os dragoes! Paciencia ou Jardim seraient de meilleurs candidats...
Une certaine déception ou frustration plane du coté do Dragao,car malgré le titre qui se profil,le parcours européen a été médiocre et certains joueurs ont deçu comme Iturbe qu'ont attendais comme le nouveau Messi ou encore le talon d'achille du FC PORTO cette saison le poste d'avant centre ou ni le bresilien Kleber (tres faible) ni Janko n'ont réussi a faire oublié Falcao.Ce poste sera certainement analysé avec beaucoup d'attention est une pointe de niveau international est exigé par tous.Pour le SCP c'est dommage que le reveil soit un peu tard parce que quelques journée de plus est c'etais la C1 assuré .
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 3