En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille/Bordeaux

Poko, comme Matuidi ?

Modififié
André Poko, milieu récupérateur, connaît parfois certaines fulgurances.

Initialement ratisseur de ballons, le Bordelais a été dernièrement replacé sur un côté, par Willy Sagnol. Un poste auquel il s'est parfaitement adapté, jusqu'à devenir un contre-attaquant prometteur. Problème, il échoue souvent dans le dernier geste, devant le but. Un poteau, un talon, une cuisse, une paire de gants… bref. Il ne marque que très rarement. À tel point qu'il en est affectueusement surnommé « André Biyogo Poteau » …

Mais le Gabonais (22 ans) ne désespère pas. « Je dois travailler la lucidité devant le but, en ce moment, explique-t-il, à la veille d'un déplacement à Lille. L'objectif que je me suis fixé, c'est de marquer plus de buts cette saison, donc je vais encore plus travailler à l'entraînement. » Mais le « soldat » , comme l'appelle son coach, plus à l'aise dans les duels et dans le combat, a un secret bien à lui pour y parvenir. « Blaise Matuidi est un exemple pour moi, car nous avons un peu le même profil de jeu, mais il marque plus de buts que moi, confie-t-il. Je vais donc essayer de rattraper son compteur ! »

Tout en reconnaissant ses propres limites. « Il m'arrive aussi de faire quelques gestes techniques, même si c'est pas trop mon truc. » Ben voilà : la lucidité, finalement, il l'a.



LB, à Bordeaux.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9