Pogba, un roman mancunien

De sa première aventure avec Manchester United, on ne retient que son impatience irrépressible. L’intransigeance et la colère d’Alex Ferguson lors de son départ à l’été 2012, aussi. Mais il serait injuste de réduire à cela les trois années de Paul Pogba chez les Red Devils. En Angleterre, le Français a appris son métier, construit ses premiers souvenirs en tant que footballeur et claqué de jolies pralines. Retour vers le futur.

Modififié
1k 17
Il n’a fallu qu’une annonce laconique pour que les cœurs chavirent et que les chœurs de Manchester United vibrent enfin à l’unisson. «  Pogba’s coming home, he’s coming home ! » , pouvait-on ainsi entendre aux abords de Wembley dimanche, quelques heures avant que les Red Devils ne s’adjugent le 21e Community Shield de leur histoire. Au terme d’un feuilleton qui a longtemps semblé interminable, Paul Pogba est retourné en grande pompe sur la terre de ses débuts. Au sein de sa « première famille » , comme il se plaisait à le rappeler il y a encore quelques semaines. Là où il s’était juré dans l’intimité, lors de son départ en 2012, de revenir avec un tout autre statut. Pour ouvrir de nouveaux chapitres, écrire une histoire différente de la première aux traits plus heurtés. « Je suis heureux de rejoindre United, c’est toujours un club qui a eu une place spéciale dans mon cœur, a-t-il soufflé lors de l’officialisation de son transfert. Je reviens à la maison, je suis juste heureux. Je n’ai pas fini ce que j’avais commencé ici » . Le temps est passé mais, il y a quatre ans, les desseins affichés par l’international tricolore étaient déjà tout aussi vertigineux : « Je veux être un grand joueur pour Manchester United et devenir ici une légende comme Éric Cantona » . Pogba is back. Toujours aussi affamé. L’heure d’accomplir sa destinée et ses ambitions est donc venue.


Cœur rouge et allure désarticulée


La venue de « La Pioche » en terre mancunienne s’est dessinée à partir de l’automne 2008. Tunique de l’équipe de France des U16 sur le dos, le longiligne milieu du terrain appartenant au Havre profite du tournoi du Val-de-Marne pour faire succomber l’assistance présente. Parmi laquelle figure notamment l’un des recruteurs travaillant en étroite collaboration avec Manchester United. « Il avait une vraie première touche, la « first touch » comme on dit en Angleterre. Il se donnait du temps quand il recevait le ballon et c’est très compliqué quand tu es jeune car le jeu est très regroupé, il y a beaucoup de pressing, raconte celui-ci, l’air enjoué au moment de rembobiner le fil de cette histoire. Lui était capable de faire une première touche claire et limpide puis de t’ouvrir le jeu alors que d’autres ont besoin de plusieurs touches pour se mettre dans le sens du jeu. Il se dégageait tout de suite avec la tête levée, c’est une qualité fantastique » . Rapidement, le nom de Pogba est soufflé en personne à Sir Alex Ferguson qui donne son aval afin de nouer les premiers contacts. La famille est approchée, rapidement séduite aussi par l’attention personnelle portée au joueur.


« Je n’étais pas fervent des départs des jeunes pour l'étranger, surtout que la formation française est sans doute la meilleure du monde. Mais quand ça vient d'un club légendaire qui propose un projet sur-mesure piloté par Sir Alex Ferguson, on ne peut pas être insensible, se justifie Gaël Mahé, agent de Paul à l’époque. J'ai laissé le choix à Paul et à sa famille. Rester au Havre était une possibilité. Quel jeune aujourd'hui de seize ans peut rester indifférent à une offre du plus grand club du monde ? Paul a été séduit par le projet, il était déjà Mancunien » . Les tractations, rendues difficiles en raison de la situation du gamin avec son club formateur du Havre, suivent leur cours jusqu’à l’officialisation du deal fin juillet 2009. Si à l’époque Pogba étale de réelles qualités techniques, il doit surtout composer avec une allure dégingandée balle au pied à cause d’un corps récalcitrant. « À cette époque, Paul ne savait pas courir parce qu’il était en pleine croissance, se remémore le recruteur proche des Red Devils. Il courait un peu comme une girafe, en fait. Il n’avait pas de coordination dans ses gestes. Il avait de réels problèmes de motricité car il grandissait, grandissait… Lors de sa visite médicale à Manchester, j’étais présent et il mesurait 1m88 pour 70 kg. Je me rappelle que le docteur lui avait dit : « Tu vas faire presque 1m96, 1m97 » . Et le gamin pleurait en disant : « Je ne veux pas être grand comme ça, c’est trop grand ! » » Pour voir « La Pioche » étrenner sa nouvelle tunique, il faut toutefois attendre l’automne et l’autorisation provisoire de la FIFA concernant son transfert.

« Pogbinho » , caramels d’exception et l’idole Ravel Morrison


Le 10 octobre 2009, le Frenchy amorce officiellement sa romance mancunienne. Des premiers mois qui font avant tout office d’intégration au sein de l’effectif des U18 (sept buts en 21 matchs)... L’appréhension de son nouvel environnement acquise, Pogba ne tarde alors pas à faire étalage de toutes ses qualités. « J’ai eu l’occasion de le voir jouer avec les U18 et la réserve. C’est là qu’il a appris son métier comme tout Français en Angleterre, expose encore le scout. Il a vite chopé le truc. Je me souviens que les autres à l’entraînement l’appelaient Pogbinho (rires) » . Un surnom plus que légitime tant, du haut de son mètre quatre-vingt-onze, le milieu survole les débats. « Il était déjà très fort comme aujourd’hui, ça se voyait parce que c’était le meilleur d’entre nous, appuie Michele Fornasier, son ex-coéquipier en U18 et U21, aujourd’hui à Pescara. Il savait tout faire, il n’était pas meilleur que dans un seul domaine, il était le meilleur partout » . Et « Pogboom » le prouve dès qu’il en a l’occasion. En cultivant sa singularité à travers des gestes techniques fantasques ou des buts venus d’ailleurs. Comme face à West Bromwich, Portsmouth mais surtout Derby County, le 19 mars 2011, où il sidère même ses partenaires présents sur le terrain. « Il y avait trois ou quatre personnes autour de lui, se souvenait, en février 2015, son ancien compère Ryan Tunnicliffe. Il a fait parler son habileté pour se frayer un chemin alors que les espaces étaient réduits, puis a fouetté le ballon en pleine lucarne. Je me suis dit : "Wow, quel joueur !" » Dans un environnement qui laisse une réelle chance aux talents de s’exprimer pleinement, Paul s’épanouit à titre personnel.

Youtube

Mais Pogba ne se complaît pas dans l’esthétisme et s’élève comme l’un des fers de lance de son équipe. Aux côtés de Jesse Lingard, Tyler Blackett ou encore Sam Johnstone – toujours à United –, il participe à l’épopée victorieuse des Red Devils en FA Youth Cup lors de la campagne 2010-2011. À l’époque, l’ex-Havrais partage néanmoins l’affiche avec un autre phénomène. Un certain Ravel Morrison, considéré par Alex Ferguson comme le gamin ayant « possédé le plus de talent naturel parmi tous les jeunes que nous avons signés » mais dont la carrière s’est depuis enlisée. « Paul Pogba et Adnan Januzaj avaient l’habitude de l’observer et ils l’idolâtraient, révélait Rio Ferdinand en février dernier. Fergie a dit que Morrison était le meilleur gamin qu’il ait jamais vu, plus que Giggs ou qui que ce soit d’autre. Ce gamin était le messie » . Entre les deux joyaux, il a d’ailleurs souvent été question d’émulation saine où chacun cherchait à étonner l’autre, notamment techniquement. « Quand Ravel faisait quelque chose, alors Pogba faisait quelque chose et ainsi de suite, expliquait récemment Paul McGuinness, coach des U18 à United pendant onze ans (2005-2016). C’était devenu une compétition entre eux. Parfois, ils en abusaient d’ailleurs en faisant des gestes de grande classe parce qu’ils voulaient montrer qu’ils étaient les meilleurs. Certaines choses étaient incroyables » .

Youtube

Paliers franchis et rupture définitive


C’est donc tout naturellement que les portes des U21 s’ouvrent en juillet 2011. Paul Pogba poursuit sa formation sous le regard très attentif de Ferguson qui, après l’avoir convoqué une première fois avec l’équipe première quelques mois plus tôt à l’occasion du cinquième tour de FA Cup (Crawley Town, 1-0 en février), assure publiquement qu’il lui donnera « l’opportunité de voir ce qu’il sait faire  » lors de l’exercice à venir. « La Pioche » alterne entre la réserve et les pros, les adjoints du boss lui répétant à maintes reprises qu’il est « à deux doigts » d’avoir sa chance. Jusqu'à ce qu’une chance inouïe se présente à lui afin de se mettre en valeur. Le jour du Réveillon et du 70e anniversaire de Fergie, United reçoit Blackburn mais se présente avec un milieu de terrain décimé. Scholes a pris sa retraite depuis quelque temps, Fletcher squatte l’infirmerie et Carrick évolue en défense centrale. Mais la figure écossaise choisit d’opter pour Rafael, pourtant latéral droit, dans l’entrejeu plutôt que le Français. L’affront de trop qui scelle la fracture définitive entre les deux hommes et son futur départ. Malgré la déconvenue palpable, le gamin de Lagny-sur-Marne finit la saison avec brio dans les rangs des U21 en glanant quelques titres. La Premier League Reserve, la Lancashire Cup ainsi que la Manchester Senior Cup face à City, seulement quelques jours après le titre historique obtenu par la bande à Sergio Agüero. S’il honore en parallèle quatre apparitions sous le maillot mancunien en équipe première pour un total de 95 minutes disputées, la rupture est déjà consommée. Poussé par ses frères et séduit par le discours d’Antonio Conte, il signe en faveur de la Juve. Non sans avoir manifesté, au départ, des regrets quant à ce choix.

Youtube

« Avant le dernier entretien avec Ferguson, il avait déjà signé pour la Juve, souffle le scout à l’origine de sa venue, qui a été dégoûté par sa fuite vers l’Italie. Mais sur la fin Paul avait pleuré et dit à Jim Ryan, l’un des responsables de l’académie, qu’il voulait revenir sur sa décision. David Gill, chief executive à l’époque, a tenté de rattraper le coup mais la Juve n’a rien voulu savoir » . Patrice Évra, aussi, tentera de le dissuader de partir. En vain. Cette expérience à Manchester n’enlèvera toutefois pas les souvenirs, tout comme l’apprentissage auprès des plus grands tel que Paul Scholes. Un modèle autant qu’une source d’inspiration pour l’international tricolore : « Scholesy, son pied, il était réglé. Il pouvait frapper dix fois, dix fois il mettait balle au même endroit » . À l’heure des retrouvailles, Wayne Rooney, déjà là lors de ses premiers émois, n’a lui pas oublié son fugace et brutal passage. « Il faisait partie de ces joueurs qui, lorsqu’on s’entraîne contre eux, vont vous faire mal d’une manière ou d’une autre, révélait le capitaine des Red Devils récemment. Un genou sur le côté, un tampon. Je ne pense pas que c’était son but mais c’est ce qu’il se passait. Il n’y avait même pas besoin de tacle. Il suffisait d’aller à côté de lui pour trouver un coude ou quelque chose d’un peu pointu. Je suis impatient de recommencer ! » Tout comme le peuple mancunien, impatient de voir Paul Pogba reprendre le fil d’une romance écourtée. En espérant qu’elle débouchera, cette fois, sur un happy ending.

Par Romain Duchâteau Tous propos recueillis par RD, sauf ceux de Michele Fornasier par Giuliano Depasquale et ceux de Rio Ferdinand extraits du Daily Mail, Ryan Tunnicliffe de Four Four Two, Paul McGuinness de Sky Sports et Paul Pogba de So Foot
Modifié

Dans cet article

comme quoi il a sans doute réellement envie de prouver quelque chose dans un club auquel il tient, et pas seulement compter son argent comme certains le prétendent
Chatperché Niveau : DHR
Vu comme ca ce transfert est intéressant...
Très bel article SoFoot, instructif et ne se contentant pas de gratter la surface!
numerobis-dans-ma-team Niveau : District
A chaque article ou presque au sujet de man utd ou Ferguson, j'entends parler de ravel morrison . Je l'ai jamais vu jouer celui la. Mais il avait vraiment l'air au dessus . Dur de pas réussir a percer si on est tellement fort
Don Diego marado Niveau : Loisir
Note : -1
Oui bien sûre l argent ne fait pas tournée le monde c un choix de cœur que son salaire es doublée il s en fou
Message posté par Don Diego marado
Oui bien sûre l argent ne fait pas tournée le monde c un choix de cœur que son salaire es doublée il s en fou


Enfin c'est pas comme s'il touchait un smic + quelques chèques vacances au Havre, il était déjà très très bien payé à la Juve. En tant que sportif il sacrifie d'autres choses en retournant à Manchester.

C'est surtout Raiola qui se frotte les mains.
Thérèse je te retourne Niveau : CFA2
Message posté par numerobis-dans-ma-team
A chaque article ou presque au sujet de man utd ou Ferguson, j'entends parler de ravel morrison . Je l'ai jamais vu jouer celui la. Mais il avait vraiment l'air au dessus . Dur de pas réussir a percer si on est tellement fort


Un beau sujet pour un article futur, SF ?
Don Diego marado Niveau : Loisir
Message posté par Iceman
Enfin c'est pas comme s'il touchait un smic + quelques chèques vacances au Havre, il était déjà très très bien payé à la Juve. En tant que sportif il sacrifie d'autres choses en retournant à Manchester.

C'est surtout Raiola qui se frotte les mains.


Je ne pense pas que raiola soi le seule a touché le pactole je croi qu il partage avec Pogba plus tu gagne plus tu en veu a par quelque joueur
Lasourceprochedudossier Niveau : CFA2
Un roman sofootien surtout!
clement6628 Niveau : CFA2
Il fait quoi d'ailleurs Morrison à la Lazio ?
Chimikhooney Niveau : Ligue 2
Message posté par clement6628
Il fait quoi d'ailleurs Morrison à la Lazio ?


Rien, il est "un peu" en surpoids, personne ne croit en lui. Il a fait même pas 5 entrées en jeu avec la Lazio...
Je crois qu'il était rentré contre Sainté en Europa League en décembre et c'est la dernière fois que je l'ai vu.
Lui et son entourage ils font passer Nasri et Benzema pour des anges. Je me demande combien de ses amis d'enfance sont actuellement en prison ou mort.
Je crois qu'il était pas loin d'entrée en cure de dés-intox pour alcoolisme. D'ailleurs il a été disculpé de toutes charges d’agressions contre son ex et la mère de cette dernière.


Heureusement que Pogba n'a pas finis comme ça.
Hölderlin Niveau : DHR
@ Romain Duchâteau :

Merci pour l'article c'était très intéressant à lire. Au sortir de cet article j'ai comme l'impression que Pogba aime vraiment Manchester et que ce n'est pas qu'une question d'argent. Je me trompe peut être mais c'est vraiment le sentiment qui me reste après lecture.

Il rêve d'être le nouveau Cantona quoi et rien que ca je trouve que c'est noble. Pour ces raisons il aura au moins mon soutient (bien qu'il ne sache même pas que j'existe).


Sinon dure pour Ravel Morrison...
Message posté par Chimikhooney
Rien, il est "un peu" en surpoids, personne ne croit en lui. Il a fait même pas 5 entrées en jeu avec la Lazio...
Je crois qu'il était rentré contre Sainté en Europa League en décembre et c'est la dernière fois que je l'ai vu.
Lui et son entourage ils font passer Nasri et Benzema pour des anges. Je me demande combien de ses amis d'enfance sont actuellement en prison ou mort.
Je crois qu'il était pas loin d'entrée en cure de dés-intox pour alcoolisme. D'ailleurs il a été disculpé de toutes charges d’agressions contre son ex et la mère de cette dernière.


Heureusement que Pogba n'a pas finis comme ça.


"Lui et son entourage ils font passer Nasri et Benzema pour des anges". Parce que ces derniers seraient des démons? peut--être sous l'angle de la bien pensance française. Un peu comme si tu suivais les élections américaines via les médias français. Tu t'étonnerais alors d'apprendre que D. Trump est l'homme le plus détesté des USA. Qu'il serait honni autant par les démocrates que les Républicains. Bref, on vous sert ce qu'on souhaiterait vu de la France.
Chimikhooney Niveau : Ligue 2
Message posté par olmumire
"Lui et son entourage ils font passer Nasri et Benzema pour des anges". Parce que ces derniers seraient des démons? peut--être sous l'angle de la bien pensance française. Un peu comme si tu suivais les élections américaines via les médias français. Tu t'étonnerais alors d'apprendre que D. Trump est l'homme le plus détesté des USA. Qu'il serait honni autant par les démocrates que les Républicains. Bref, on vous sert ce qu'on souhaiterait vu de la France.


Je voulais parler de l'entourage de Nasri et Benzema, je ne m'étais pas relu.
Non en soit les deux je les aime bien, il me rappelle moi et mes potes quand on faisait des conneries sans réfléchir.
C'est difficile de m'avoir sur les médias français, en dehors de Le Monde, Mediapart, Journal du siècle, Thinkerview, (sofoot aussi) le reste c'est que du Washington Post, CNN et autres médias anglophones.

Et c'est pas dur pour lui d'être l'homme le plus détesté des USA vu la côte de popularité incroyable qu'il a auprès des hispanophones et noir-américains.
Par contre, j'espère que tu ne penses pas qu'Hillary Clinton est mieux lotie que Trump, elle est tellement enracinée dans les lobbys et autres stupidités qu'elle en devient extrêmement dangereuse. Avec ses "affinités" qu'elle exhibe avec un ancien directeur de la CIA, et autre lobbyistes des armes à feu qui peuvent être comparés à des malades mentaux va-t-en-guerre ça ne m'étonnerait même pas qu'elle entraîne la 3ème guerre mondiale.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La fiche de Metz
1k 17