1. //
  2. // 3e journée
  3. // Milan AC/Juventus (0-1)

Pogba-Tévez : la Juve connaît ses classiques

Il aura fallu 71 minutes et un seul petit but de Carlos Tévez pour que le Milan ne cède face à la machine turinoise. Comme l'an passé, la Vieille Dame s'impose en terres ennemies, et prend seule les rênes de la Serie A.

Modififié
8 47

AC Milan - Juve
(0-1)

C. Tévez (71') pour Juventus Turin.


Un coup de génie. Une passe aveugle signée Paul Pogba, pour son compère Carlos Tévez. On joue alors la 71e minute de ce Milan-Juventus, et une magie du milieu de terrain français fait enfin sauter le verrou milanais. Pogba à la passe, Tévez à la finition : du classique pour une Juve minimaliste qui engrange là une troisième victoire consécutive en championnat, le tout sans avoir encaissé le moindre but. Pourtant, Milan n'a pas démérité, loin de là. Devant 80 000 personnes, les Rossoneri ont livré une prestation digne de ce nom, en juste continuité de leur début de saison prometteur. Mais en face, la Juve est encore trop forte pour ce Milan en reconstruction. Trop forte défensivement, trop forte sur les côtés. Trop solide, surtout. En 90 minutes, ce Milan qui avait planté 8 buts lors des deux premiers tours ne s'est procuré qu'une seule occasion, par Honda, en première période. La Juve, quant à elle, a dominé, a fait trembler le poteau, et a fini par marquer. Dénouement inévitable d'un match qui, toutefois, devra servir de point de départ pour la bande d'Inzaghi.

La guerre des nerfs


Huit mois après s'être fait remercier par les dirigeants milanais, Massimiliano Allegri refoule la pelouse sur laquelle il soulevait le Scudetto et la Supercoupe d'Italie il y a maintenant trois ans. Sauf qu'aujourd'hui, l'enjeu n'est pas de porter le Milan sur les plus hautes sphères du Calcio, mais bien de le faire couler, avec comme armes onze soldats bien décidés à faire aussi mal que l'année dernière (la Vieille Dame s'était imposée 2-0). Vidal encore juste physiquement, c'est Roberto Pereyra qui est aligné d'entrée au sein de l'entrejeu bianconero. Tout heureux de fêter sa seconde titularisation en trois journées de championnat, l'Argentin ne tarde pas à se mettre en valeur en frappant sèchement au-dessus de la lunette gauche d'un Abbiati basculé titulaire suite à la blessure grotesque de Diego López face à Parme.

Intraitable dans ses dribbles, mettant constamment en danger la charnière centrale milanaise, la recrue Pereyra, arrivée cet été de l'Udinese, fait rapidement oublier un Arturo Vidal qui se ronge les sangs sur la touche. Mais malgré la domination turinoise, ce sont bel et bien les hommes de Pippo Inzaghi qui font lever San Siro les premiers sur la fameuse tête croisée de Honda divinement claquée par Buffon. La demie-heure passe, le score reste nul et vierge, mais les esprits s'échauffent. Marchisio, lui aussi en grande forme, répond à son homologue japonais en trouvant le poteau d'Abbiati sur une frappe du gauche à ras de terre. Les tifosi bianconeri présents donnent de la voix, Milan commence à vaciller, mais ne cède pas.

Tévez, ce héros


Dans une rencontre qui se joue définitivement à deux vitesses, la bataille du milieu de terrain fait rage. Si Ménez et Honda confirment leur bon début de saison à coups de contre-attaques incisives, Stephan El-Shaarawy se montre pour sa part à peu près aussi dangereux qu'un cloporte. Malgré l'hostilité du lieu, malgré la pression des presque 80 000 tifosi rossoneri, la Vieille Dame ne montre aucun signe de peur ou d'inquiétude. Sur son côté droit, le Suisse Lischteiner donne le tournis à De Sciglio tandis qu'à gauche, Pogba s'amuse à détruire un à un les reins de ses adversaires.

L'heure de jeu arrive et le Milan commence sérieusement à prendre l'eau. Dans ses cages, Buffon fait les cent pas et sent venir la délivrance. Comme mardi soir en Ligue des champions, elle vient donc de Carlos Tévez à la 71e minute. L'Apache remporte son face-à-face avec Abbiati après le délicieux service de Pogba. Ne reste alors plus à Allegri qu'à faire parler sa technique et son sens du coaching. Dès lors, la Juventus se contente de faire ce qu'elle sait faire de mieux, à savoir faire courir son adversaire et attendre tranquillement sa mort. Après trois minutes d'arrêts de jeu, l'arbitre met fin au suspense. Ce soir, pour la première fois de sa carrière d'entraîneur, Allegri fait tomber le Milan AC. La Juve est ce soir à sa place : sur le trône de la Serie A.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce qui est drôle, c'est qu'on disait que Conte était à louer pour la qualité de cette équipe et depuis qu'il est parti, il y arrivent tout seul.

Ah, y'a Allegri qui est arrivé entre temps? Fallait le dire les mecs...
Pogba arrive à allier puissance physique et grosse technique, il est au dessus du lot dans les deux catégories... plus le match avançait, plus les joueurs étaient cuits, plus il survolait le match, avec cette action de classe sur le but. Y'a juste Rami qui a réussi à le bouger quand il a été chercher un péno mais sinon, quel match de classe de Pogba.

Résultat logique, Milan a du avoir 2 occases maximum dans le match, le milieu De Jong-Muntari a pas mal tenu la baraque mais au niveau des relances c'était catastrophique. Seul Menez finalement a posé des problèmes à la défense de la Juve mais beaucoup trop seul et au bout de 70mn il était cuit.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Le retour de Vidal fait du bien.. Pile au bon moment
A la juve y a eu Platini ou encore Zidane. Aujourdhui y a Paul Pogba. Seul la France fournit ce genre de grand dix.
Il Romanista Niveau : District
Cette juve est toute aussi cynique que la saison dernière, ce cynisme qui fait qu'elle gagne sans être impressionnante. Quand la Roma en colle 4 ou 5 elle gagne 1.0, mais prend ses trois points. En tant que supporter romain, et Allegri ou pas Allegri, j'ai peur de voir l'histoire recommencer.
Note : 10
Quelle classe Pogba.

Comme dit plus haut, il est au dessus physiquement ET techniquement, c'est juste prodigieux.
Pour l'instant, Pereyra s'avère être une excellente recrue et par la même une très bonne surprise... attendons néanmoins de voir sur la durée, mais le mec a le mérite d'être tout de suite à son avantage sans trembler face à la pression.

Entièrement d'accord avec ce qui a été dit plus haut. En réalité, Allegri est un putain d'opportuniste. L"équipe joue EXACTEMENT comme l'an passé, avec les mêmes gestes, les mêmes déplacements, les mêmes automatismes, etc. Il manquerait plus qu'il réalise un meilleur parcours que Conte en C1, et là on aura eu le summum de l'imposture.

Espérons au moins qu'il reste fidèle à ses idées, et qu'il fasse un peu plus tourner l'effectif que Conte, histoire de pouvoir aborder la fin de saison sans que les joueurs cadres soient cramés, remember les 2 saisons passées...

Un petit mot sur le Milan, décevant ce soir. Dommage que les Rossoneri aient refusé le match, accepter d'en prendre 4 contre Parme et refuser plus que tout d'en prendre 1 contre la Juve, je veux bien, mais on parle pas d'un match couperet, à la troisième journée de championnat, Juve ou pas, on ne devrait pas attendre d'être mené au score pour essayer d'attaquer. Espérons pour le Milan que ce match n'était qu'une seule petite entorse aux principes d'Inzaghi !
Ce Milan-Juventus peut se résumer en un duel d'étoiles entre Pogba et Ménez, et ça c'est quand même assez réjouissant !

Côté Juve, victoire plus que logique avec un pressing fou, comme on a rarement vu. Les bianconeri ont campé dans les 40 mètres milanais de leur présence tentaculaire, étouffant totalement l'adversaire, coupant toutes ses possibilités de relance. Au passage, ça montre qu'Allegri a une palette de tacticien bien étoffée, lui qu'on a connu plus pragmatique, attentiste. Bon, c'était un peu plus médiocre dans l'utilisation du ballon, mais comme souvent dans les équipes d'Allegri, ce sont les individualités qui font la différence : un Pogba en mode phénomène, bien sollicité par Tévez.

Côté milanais, Ménez n'a pas été en reste dans l'impuissance généralisée de son équipe, et les commentateurs espagnols de mon streaming ne s'y sont pas trompés.

Petit florilège de ce que j'ai réussi à capter, avec mon bagage LV2 fond de classe :

"Ménez est trop seul, il semble dans une période d'inspiration - comme contre Parme - mais il manque de solutions, de connexions..."
"Ménez est un joueur du Milan, mais de l'ancien Milan."
"Ménez joue pour deux, peut-être trois de ses coéquipiers."
"On sent Ménez très bien, en leader technique de son équipe."
Joueur "fantstique" et "exceptionnel" en veux-tu, en voilà. Etc.
Message posté par Il Romanista
Cette juve est toute aussi cynique que la saison dernière, ce cynisme qui fait qu'elle gagne sans être impressionnante. Quand la Roma en colle 4 ou 5 elle gagne 1.0, mais prend ses trois points. En tant que supporter romain, et Allegri ou pas Allegri, j'ai peur de voir l'histoire recommencer.


J'admets que la Juve est moins agréable à voir jouer que la Roma, mais parler de cynisme du côte de la Juve, quand elle domine 95 % de ses matchs et se procure quasiment toujours plus d'occasions que son adversaire, je ne comprends pas.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Le type qui a poster "Pogba en10"!!!!! Tu connais le foot!!???

Sinon victoire mériter de la Juve mais bon long est le championnat
Message posté par Scheffo
Ce qui est drôle, c'est qu'on disait que Conte était à louer pour la qualité de cette équipe et depuis qu'il est parti, il y arrivent tout seul.

Ah, y'a Allegri qui est arrivé entre temps? Fallait le dire les mecs...


En même temps, c'est Conte qui a bâti cette équipe, et en même temps (bis), Allegri n'est pas le nul qu'on veut nous vendre.

Ceci est aussi une réponse à @EternaJuve.

Et au passage, je vois bien Allegri faire mieux que Conte en LDC. Je pense qu'il est meilleur pour mobiliser une équipe dans les grands rendez-vous. Pour moi, Allegri est un descendant d'Ancelotti : pas extra sur la durée, sur la capacité à créer un rouleau-compresseur ; mais très bon pour mobiliser son équipe sur des évènements ponctuels, lui faire élever son niveau quand l'adversité est meilleure (donc plus des entraineurs de LDC que de championnats).
Et toi tu te prends pour maitre yoda?
Il Romanista Niveau : District
Message posté par EternaJuve


J'admets que la Juve est moins agréable à voir jouer que la Roma, mais parler de cynisme du côte de la Juve, quand elle domine 95 % de ses matchs et se procure quasiment toujours plus d'occasions que son adversaire, je ne comprends pas.


Peut-être ma mauvaise foi qui ressort! Quelques matchs la saison dernière se sont quand même joués à pas grand chose (Torino, Udinese...) et si ce soir il y avait eu match nul cela n'aurait pas été le plus gros scandale des dix dernières années.
Mais pour en revenir à l'idée générale la juve, que beaucoup décrient, est pour moi au moins au même niveau que la saison dernière.
Et sans trois pièces-maîtresses de conte comme barzagli, pirlo et vidal, pas encore prêt pour jouer un match entier!
Désolé de te contredire, mais déjà dans ton premier post où tu résumais ce match à un duel Menez / Pogba... je me suis dit que ce devait être une blague, mais non tu dois en être réellement convaincu ;). Au risque de décevoir les fans de Pogba et même si j'admets qu'il a été très bon, il n'a pas été meilleur que Marchisio et Pereyra. Marchisio a régulé tout l'entre-jeu bianconero, et Pereyra a toujours été sobre et efficace, que ce soit dans la récupération ou la relance, ce qui n'a pas été le cas de Pogba, qui a raté quelques passes faciles, surjoué sur certaines actions et surtout été totalement absent dans la récupération. Oui, sa technique sexy et son sens de la projection en font un joueur spectaculaire, mais n'en font certainement pas un des 3 meilleurs joueurs de la Juve, ce soir ou pas.

Pour Allegri, je pense que tu te trompes lourdement et que tu n'as pas assez vu de matchs de la Juve pour avancer que le pressing vu contre le Milan est une nouveauté signée Allegri. Cette récupération haute, cette volonté de couper les relances adverses est clairement une stratégie mise en place par Conte et observée lors d'une bonne moitié des matchs de la saison passée par exemple.

Quant à sa faculté à motiver ses troupes dans les matchs à enjeu, tu peux nous donner des exemples concrets qui vont dans tons sens ? Je veux dire par là, des cas où Allegri a permis à une de ses équipes d'élever son niveau de jeu dans un grand RDV, contre des grandes équipes ? Hormis le match aller contre le Barça en huitièmes de la C1 2013, je ne vois pas. Et encore, performance à relativiser, ce Barça là avait perdu juste avant contre le Celtic, puis s'était pris un 7-0 aller/retour contre le Bayern.

Allgri ne joue pas dans la même cour que les Simeone, Conte, Klopp, etc, qui transforment littéralement la mentalité de leurs joueurs. Allegri n'a aucun charisme, aucune histoire en tant que joueur, aucune philosophie de jeu particulière, il n'invente rien, ne prend aucun risque, et ce, partout où il est passé. C'est d'ailleurs pour ça qu'il est aussi peu considéré de l'autre côté des Alpes. Le mettre dans la même catégorie qu'un Ancelotti est un sacrilège.
Mon post au dessus était pour TheFifthBeatle
Message posté par juda
A la juve y a eu Platini ou encore Zidane. Aujourdhui y a Paul Pogba. Seul la France fournit ce genre de grand dix.


un peu comme arsenal qui a toujours des grand neuf français, henry giroud et depuis cette saison debuchy...
Message posté par TheFifthBeatle

"Ménez est un joueur du Milan, mais de l'ancien Milan."


Celle là elle est en dessous de la ceinture ! Brutale !
Message posté par Il Romanista
Cette juve est toute aussi cynique que la saison dernière, ce cynisme qui fait qu'elle gagne sans être impressionnante. Quand la Roma en colle 4 ou 5 elle gagne 1.0, mais prend ses trois points. En tant que supporter romain, et Allegri ou pas Allegri, j'ai peur de voir l'histoire recommencer.


C'est vrai que lors de Roma Empoli y a eu une avalanche de buts, quand la Roma mettra à la Juve des 3-4 à 0 comme le faisait la juve de conte même à L'olimpico on en reparlera si tu veux..
Message posté par juda
A la juve y a eu Platini ou encore Zidane. Aujourdhui y a Paul Pogba. Seul la France fournit ce genre de grand dix.


bon apparemment je suis le seul à pas trouver ça complètement idiot ce que tu dis.

on admet largement que des mecs comme Van Persie ou Suarez sont des 9, ce qui prouve l'évolution de la position : on est loin du pur poacher à la Inzaghi, Van Nistlerooy etc.

on admet que Özil ou Pastore sont des "10 à l'ancienne", ce qui sous-entend qu'il y a des 10 modernes,

les organisateurs/détonateurs actuels sont soit excentrés à la Hazard/Silva, soit reculés à la Pirlo/Modric,

donc je pense qu'on doit pouvoir qualifier Pogba comme Yaya Touré de 10 reculés - ce ne sont pas des relayeurs, pas des récupérateurs non plus.

on peut également ajouter qu'entre Platini et Zidane, la position avait déjà beaucoup évolué.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 47