En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Juventus/Sassuolo (1-0)

Pogba libère la Vieille Dame

Il aura fallu attendre les dix dernières minutes pour voir la Juve s'imposer face à une formation de Sassuolo courageuse, mais bien trop faible pour ses adversaires du soir. Paul Pogba libère les siens d'une volée pied droit à sept minutes du terme et permet à la Vieille Dame de mettre la Louve à onze longueurs. Le titre est quasi dans la p(i)oche.

Modififié

Juve - Sassuolo
(1-0)

P. Pogba (82') pour Juventus Turin


Une frappe sèche des vingt mètres signée Pogboum, un joli but au ras du montant gauche, et basta ! Ce soir, la Juventus de Massimiliano Allegri n'aura pas fait dans le sensationnel, mais dans l'essentiel. Après avoir échoué pendant près de 85 minutes, notamment grâce à un très bon Andrea Consigli, la Vieille Dame a finalement obtenu la victoire qu'elle attendait face à une formation de Sassuolo qui a fait mieux que résister. Une victoire qui permet aux hommes d'Allegri de creuser encore un peu plus l'écart sur une Roma en pleine déroute depuis début janvier. Si elle ne veut pas encore se l'avouer, la Juve a ce soir une main et demie sur le Scudetto. D'excellent augure à moins de dix jours du match retour face au Borussia Dortmund en Ligue des champions.

Le train à petite vitesse


Compte tenu du nouveau nul de la Roma, hier après-midi, sur la pelouse du modeste Chievo Vérone, Max Allegri choisit d'aligner sa meilleure formation pour la réception d'une équipe qu'il connaît bien pour l'avoir entraînée entre 2007 et 2008. Tenus en échec à l'aller, les Bianconeri doivent impérativement repartir avec les trois points, histoire de se rassurer après le revers en Coupe d'Italie face à la Fiorentina jeudi dernier. Fidèles à leurs habitudes, les coéquipiers de Giorgio Chellini – nommé capitaine d'un soir en l'absence de Gigi Buffon (grippé) et Andrea Pirlo (blessé) – attaquent la rencontre pied au plancher. Durant une première demi-heure finalement assez timide malgré la nette domination turinoise, les joueurs de Di Francesco se contentent de faire front face aux percussions de l'avant-garde bianconera. Brouillonne et imprécise, la Juve peine à se procurer de réelles occasions malgré les montées successives de Listchteiner côté droit. Tévez manque une première fois le cadre sur un bon service de Morata (20e), avant que Chiellini ne l'imite neuf minutes plus tard sur corner. En face, seuls un coup franc de Sansone aux vingt mètres et une tentative de Berardi dans les nuages permettent à Marco Storari de sortir de son sommeil. On s'impatiente ferme au Juventus Stadium, vite, de l'action !

Sauvé par La Pioche !


À l'évidence, Max Allegri a donné quelques indications durant la pause à ses joueurs, et notamment celle d'enclencher la seconde pour enfin concrétiser cette large possession de balle. Désormais complètement installée dans le camp adverse, la Juve se montre plus dangereuse en quinze petites minutes que durant l'intégralité du premier acte. Pogba teste d'abord la vivacité d'Andrea Consigli qui se couche parfaitement sur la frappe du Français. Puis c'est au tour de Tévez d'être mit en échec par le gardien italien (57e). Puis Morata (61e), puis Bonucci à trente mètres (72e)... Les hommes d'Allegri ont beau tenter et retenter, la réussite ne semble pas vouloir jouer en leur faveur. Et comme souvent dans ces cas-là, ça s'agite, s'agace, se précipite. Paul Pogba écope bêtement d'un carton jaune pour un pied haut sur Vrsaljko, conteste et perd le fil des événements. Sassuolo n'a alors plus que dix minutes à tenir pour repartir de Turin avec un point presque miraculeux, vu leur prestation. Di Francesco y croyait, jusqu'à cette 83e minute et la puissante volée du prodige français qui vient se loger au ras du poteau gauche du malheureux Consigli, jusqu'alors irréprochable. Ultime frisson de la soirée : l'entrée en jeu d'Andrea Barzagli à la place de Carlos Tévez après des mois de convalescence. La Juventus aura mis le temps, aura fait grimacer son coach et le public, mais y sera finalement parvenue. La Roma est à onze points, le Scudetto quasiment validé.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22 lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60