1. //
  2. // 34ème journée

Plus c'est long, plus c'est bon

Montpellier avance ses pions, Paris répond. Avec violence. Lille suit le rythme. Lyon gagne dans la douleur et Marseille s'écroule. Pourtant, rien n'est encore joué. Que ce soit pour le titre, le podium, la course à l'Europe ou même le maintien.

Modififié
6 3
Eden, on t'aime

16 buts, 13 passes décisives, une classe indéniable la chique aux pieds. Eden Hazard vit pourtant ses derniers moments en Ligue 1. Mais le Lillois ne fait pas les choses à moitié. Contre Dijon, alors que les Dogues étaient réduits à dix, le Belge a tout fait. Tout d'abord, il s'occupe du dressage : conduite de balle bourgeoise, dribbles courts, accélérations infernales. Pour le plat de résistance, une offrande. Un caviar. Pour Rio Mavuba, qui claque son premier but de la saison – profitez-en, Rio marque autant de buts que Toulalan. Enfin, avant de se faire détruire la cheville par Bennard Kumordzi, le Belge en a profité pour fixer Baptiste Reynet et l'ajuster du droit avant la pause. Vraiment, le numéro 10 des Dogues est un génie. On avait sans doute jamais vu un tel talent brut depuis Ronaldinho. Même si sa participation au prochain match est encore en suspens (face à Paris), Eden a déjà griffé la Ligue 1 de son empreinte. D'ici un mois, il faudra sortir le chéquier pour se l'arracher. Et à l'allure où il va, il n'est pas impossible que les Dogues soient la bonne surprise de cette fin de saison. Après tout, il n'ont que sept points de retard sur Montpellier...

Pour l'OM, le plus dur, ce n'est pas la chute...

... c'est l'atterrissage. Cousin Hub' avait raison. Et ce, dès le début des années 90. Douze matches sans victoire en championnat, c'est du jamais vu pour Marseille. Ou presque. Encore battu à Bordeaux où les Olympiens repartent bredouilles depuis 1977, les ouailles de Didier Deschamps ne sont toujours pas guéris. Pis, ils ne sont toujours pas assurés – mathématiquement - du maintien. A priori, pas de souci de ce côté-là, mais le collectif part clairement en sucette. Sans être géniaux, les Bordelais se sont amusés avec l'arrière-garde olympienne. Maudits pour être maudits, Mbia s'est blessé et Didier Deschamps s'est fait mettre en boite par Tony Chapron. Oui, l'arbitre. Croisant l'homme en noir dans les couloirs à la fin du match, Deschamps raconte l'anecdote en conférence de presse. « J'ai dit à M. Chapron en rentrant dans le tunnel qu'il nous avait oublié deux penalties, qu'il avait été mauvais. Il m'a répondu : "Comme vous" » . Ambiance. Décidément, elle va être longue la fin de saison olympienne...

Montpellier - Paris, à qui gagne-gagne

Montpellier n'a pas bien joué contre Valenciennes mais a gagné. A La Mosson, les ouailles de René Girard sont imprenables. Personne ne fait mieux en France. Voire en Europe. En claquant un caramel en tout début de match, les Héraultais se sont mis à l'abri, sans pratiquer leur meilleur football, mais en faisant preuve d'une certaine capacité de résistance à la pression. Une semaine après la défaite à Lorient, Montpellier s'est rassuré et continue sa fuite en avant. Une folle course que le Paris-SG tente de suivre. Vexés par leur piètre performance auxerroise de la semaine précédente, les Franciliens se sont vengés sur Sochaux. Un set de tennis dans la tronche pour les homme d'Eric Hély (6-1) et une armada offensive au diapason (Pastore, Menez et Nenê ont marqué). Même Sylvain Armand a claqué son petit pion. En soignant le style, la différence de buts et son schéma tactique (pas d'avant-centre dans le XI), Carlo Ancelotti a repris la barre du navire francilien. Jusqu'à quand ?

Saint-Etienne, pour rêver. Oui, mais à quoi ?

On pourrait se palucher sur les stats d'Aubameyang (13 buts), sur le nombre de montants touchés par Sako ou sur les kilomètres avalés par Clément, on en arriverait au même point : Saint-Étienne est bluffant. Samedi, les ouailles de Christophe Galtier se sont amusées avec le SM Caen d'un Franck Dumas pas très inspiré (trois changements à la pause alors que le score n'était que de 0-1). Quatre buts marqués à l'extérieur plus tard et une prestation exceptionnelle de Josuha Guilavogui (ah, ses passes dans les intervalles, quel régal...), les Verts se retrouvent sixièmes à trois points du voisin lyonnais. Une place qui ne donne droit à rien. Mais les Verts peuvent d'ores et déjà sortir le champagne. Leur saison est un succès. Réussir à faire de Mignot, Aubameyang ou Clément de vrais bons joueurs de football, ce n'est pas donné à tout le monde.

En bref

Dennis Oliech a été expulsé pour avoir dit le mot "fuck". Grossier personnage.
Evian alignait quatre Danois contre Toulouse (Andersen, Wass, Kahlenberg et Poulsen). Pour le coup, l'entraîneur-adjoint de la sélection, Torben Storm s'était même déplacé en Haute-Savoie.
C'est la troisième fois de la saison que Bordeaux ouvre le score dans la première minute. Éjaculateur précoce.
Souleymane Camara a claqué son huitième but de la saison. Tous à domicile.
Brest est devenu relegable, c'est Ajaccio qui reprend la première place de non relégable. Il y a quatre points entre le 19eme et la 12eme.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Réussir à faire de Mignot, Aubameyang ou Clément de vrais bons joueurs de football, ce n'est pas donné à tout le monde."

Même si cette phrase est quelque peu blessante pour les joueurs concernés, elle a un fond de vérité, dans la mesure ou d'habitude, l'ASSE avait plutot tendance à plombé des joueurs (mirallas, moussilou, garrido, piatti,...), plutot qu'a les faire briller.
La dernière fois qu'une telle chose s'est produite, c'était avec les piquionne, feindouno, ilan !
et les verts avait atteint l'europe !

Je suis quand meme impressionné par ce qu'est devenu aubameyang... quand je l'ai vu joué à Monaco (c'était en fait juste un coureur de 100m à cette époque), j'avais honte de mon staff quand il est venu à l'ASSE... Force est de constater qu'il est devenu un bon joueur, et c'était pas gagné !
chapeau les verts !
jomigivemefive Niveau : District
Bon article objectif plein de 'ouailles' utilisés à toutes les sauces , la bataille sera passionnante jusqu'au bout ! Allez le MHSC pour entrer dans la légende ! Les parisiens peuvent laisser le titre , chez nous les perfs c'est une fois tous les 15 ans !
C'est clair que c'est l'année ou jamais pour Montpellier. Ou pas si on continue dans le rêve. Mais cette saison est tellement méritée pour le club.

En espérant éviter un scénario à la Auxerre.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 3