Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // FIFA
  2. // Justice

Platini, et maintenant ?

Mis hors de cause par la justice suisse, Michel Platini se voit déjà lavé de tout soupçon par la FIFA. Sauf que cette dernière ne semble pas disposée à lever la suspension qui court jusqu’à octobre 2019, et empêcherait le Français de se présenter pour la présidence de l’instance en juin de la même année.

Modififié
« Nous vous confirmons que la présente procédure n'est pas menée à l'encontre de votre mandant, Michel Platini.  » Le propos de Cédric Remund, procureur du ministère public de la confédération helvétique (MPC), est épuré. Mais son impact n’en est pas moins grand lorsque la missive arrive sur le bureau de Maître Vincent Solari, l’avocat de Michel Platini. À en croire le représentant de l’ancien numéro 10 des Bleus, cette simple phrase innocente son client dans l’affaire qui a précipité sa chute. Pour rappel, le 25 septembre 2015, le président de l’UEFA était entendu comme témoin assisté par la justice suisse pour avoir reçu 1,8 million d’euros en 2011, pour une activité de conseil envers Sepp Blatter, alors patron de la FIFA. Démissionnaire en juin de la même année, le Big Boss va tomber avec celui qui devait lui succéder. Dès le 8 octobre 2015, la Commission d’éthique de la FIFA suspend les deux hommes pour 90 jours, avant d’étendre la sanction à huit ans en fin d’année civile.

Arbitrage vidéo, Mondial à 48 équipes... la vie sans Platini


Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts : Gianni Infantino a profité du boulevard pour devenir le numéro 1 du foot mondial, la Coupe du monde est passée à 48 équipes, et l’arbitrage vidéo est devenu la norme. Sans parler des autres réformes au niveau européen, tous les combats que menait Michel Platini ont été perdus pendant son absence. Ses perspectives aujourd’hui ? Faire annuler sa suspension au sein de la FIFA, qui tient pour le moment jusqu’à octobre 2019, alors que l’élection du prochain président – ou la réélection d’Infantino – sera votée en juin de la même année. Pour l’ancien capitaine de l’équipe de France et son avocat, il serait logique que la direction du football mondial « lève la suspension car celle-ci était purement motivée par l’enquête de la justice suisse » .


Une vision des choses à laquelle la FIFA n’adhère pas pour le moment, si l’on prend en compte son premier et seul comité sur le sujet : « Michel Platini a été suspendu pour violation du code d’éthique. La décision a été maintenue par le Tribunal arbitral du sport qui a confirmé les accusations, mais a réduit la durée de la suspension. Il a toujours été très clair pour la FIFA comme pour le TAS que M. Platini n’a jamais été visé par une enquête criminelle en Suisse. Les éléments d’un acte criminel dans la loi suisse sont différents de ceux pris en compte pour un acte prévu par le code d’éthique de la FIFA.  » Mais si la Fédération internationale garde une posture ferme pour le moment, Maître Solari temporise, car « ce communiqué n’est pas une décision ferme et finale de l’instance, il faut encore attendre » .

Trop dégoûté pour se présenter ?


D’autant que pour lui, « il est contraire à la bonne foi de dissocier la suspension à la FIFA et l’enquête de la justice suisse, dans la mesure où le Comité d’éthique de la FIFA avait réagi par rapport à l’enquête de la justice suisse. » Le camp Platini n’a donc pas encore décidé de la suite des opérations, et Maître Solari préfère laisser son client savourer. « De toute façon, une révision devant le Tribunal arbitral du sport serait compliquée, car la décision initiale ne vient pas de lui, quant au recours interne devant la FIFA, ce serait un combat perdu d’avance car on serait à nouveau jugé par le Comité d’éthique. Dans un temps si court, un an, c’est perdu d’avance. Le mieux, le plus juste, c’est qu’il lève la sanction spontanément. »


Ce qui ne préjugerait pas d’une future candidature de Platini, car « il a surtout lutté pour prouver sa bonne foi, et il ressort de ce combat un peu dégoûté par la situation. Il y a clairement eu une volonté concertée de lui nuire, et cela a réussi grâce à une très grande médiatisation. Sepp Blatter l’a récemment rappelé au Monde, la dénonciation est partie de Marco Villiger, son ancien directeur juridique... Difficile de ne pas y voir une manœuvre pour le tuer politiquement. » Trois ans après les faits, Michel Platini a autant d’années d’une carrière de dirigeant qui pourrait ne jamais reprendre, sauf si – merci Monsieur Blatter pour l’explication – « les fédérations nationales demandent un report du congrès électif ou, si l’actuel président de la FIFA est réélu, remettent en cause cette réélection et demandent la tenue d’un congrès extraordinaire après octobre 2019 et la levée de la suspension de M. Platini. » La solution qui viendrait de l’homme à l’origine de sa chute, un paradoxe de plus dans le cas Platini.

Par Nicolas Jucha Propos de Maître Vincent Solari recueillis par NJ, propos de Sepp Blatter extrait du Monde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 151
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 30
jeudi 16 août Un match de Liga prochainement joué aux States 65