En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FC Barcelone/Real Madrid

Place au jeu ?

Après des semaines de trashtalk, de coups bas, de simulations et d'intimidations, Barcelone et le Real Madrid se retrouvent pour le dernier clasico de la saison avec l'envie de proposer ce qui a cruellement fait défaut jusqu'alors : du football.

C'est paru dans le Kicker allemand : «  Heureusement que les méthodes destructives de Mourinho, à savoir uniquement provoquer et détruire les actions de l'adversaire, n'ont pas fonctionnée. Une telle façon de jouer ne correspond pas aux exigences du Real, c'est même une honte pour le Real Madrid. Elle porte atteinte au renom et à l'image de ce club légendaire. Le Barça devrait faire payer la note sur le terrain » . Ottmar Hitzfeld dit deux choses. Un, qu'il n'aime pas José Mourinho et ses méthodes. Deux, qu'il faut en finir une bonne fois pour toute et ramener le duel sur la pelouse. Quelque part, ça tombe bien, gagner sur un terrain de football, c'est ce que Barcelone sait faire de mieux.
Au vrai, ce cinquième et dernier clasico de la saison 2010/2011 s'entoure d'une ambiance différente. Cette sensation qu'après la pluie, vient le beau temps. D'abord parce que lors de ces trois semaines complètement folles qui ont vu s'affronter ces ennemis de toujours, c'est le premier match qui a lieu à Barcelone après le trajet Madrid-Valence-Madrid. Ensuite, parce que l'enjeu et la tension semblent être retombés. Que les choses soient claires, on assistera ce soir, ou à une évidence ou à un miracle. Ni plus, ni moins.

Vainqueur à l'aller et à l'extérieur la semaine dernière (0-2), tout laisse à penser que Barcelone peut presque déjà réserver ses billets d'avion pour Londres. Surtout si on se réfère aux statistiques : jamais une équipe n'a renversé une défaite 0-2 en demi-finale de Ligue des Champions. Sous Guardiola, Barcelone n'a jamais perdu deux matchs de suite (les blaugranas viennent de s'incliner face à la Real Sociedad en Liga). Le Real Madrid n'a plus battu Barcelone à Barcelone depuis 2007 et le Barça à domicile n'a plus encaissé plus de 3 buts depuis 2009. Les supporters catalans sont donc plutôt confiants au moment de recevoir le Real. Tous, sauf un. Pep Guardiola, comme à son habitude, a tenu à calmer l'euphorie : «  ce soir, à 20h45, nous aurons en face de nous 11 joueurs extraordinaires emmenés par un entraineur ultra compétitif, ils vont vouloir nous éliminer, aller en finale. Ils vont jouer le match de leur vie » . Pour se débarrasser une bonne fois pour toute de ce Real Mourinho, le coach catalan a sa petite idée. La même depuis sa prise de fonction il y a maintenant trois saisons, jouer au football : «  il va falloir qu'on amène ce match à l'endroit qui nous convient le mieux, il va tout simplement falloir faire rouler le ballon » . Un message bien relayé en conférence de presse par le prolongement de son cerveau sur la pelouse, Xavi Hernandez : « la clé du match sera la possession de la balle. On va essayer de s'imposer de cette façon. J'imagine que le Real va tout faire pour marquer des buts en gardant le ballon, parce que jusqu'à maintenant, ils n'ont fait que jouer en contre. Mais on est parfaitement préparés défensivement pour encaisser leurs tentatives » .

Comprendre par là que Barcelone s'attend à tout, sauf à un match facile. Pour preuve, Cesc Fabregas a souhaité «  bonne chance » à son pote Piqué via Twitter lequel prévoit déjà que Shakira vivra ce soir, encore, quelques moments d'angoisse. Il est loin le temps de la manita de novembre, même si ce soir aussi, on devrait voir des buts. Dans les deux camps, peut-être même. Pour se rassurer, le Barça peut compter sur le retour d'Andres Iniesta, blessé à l'aller et rouage essentiel du jeu de passes catalan. Même Eric Abidal fera son come-back sur le banc barcelonais, l'international français ayant reçu hier le OK des médecins du club. Il reste à Puyol et ses potes 90 minutes au moins à tenir pour entrevoir définitivement la finale de Wembley. Un stade que les catalans connaissent bien. C'est là qu'en 1992, sous la direction de Cruyff, le Barça remportait sa première Ligue des Champions.

Achetez vos billets pour le FC Barcelone maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 26 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
La France a peur du Noir