1. //
  2. //
  3. // Lyon-Juventus

Pjanić, les années lyonnaises

Miralem Pjanić retrouve l’Olympique lyonnais ce mardi soir en Ligue des champions. Un club dans lequel il a passé trois saisons entre 2008 et 2011 sans jamais véritablement réussir à s’imposer.

Modififié
2k 16
Lyon, 15 avril 2008, stade de Gerland. Hervé Piccirillo siffle la fin de ce quart de finale de Coupe de France entre l’OL et le FC Metz et renvoie les vingt-deux acteurs aux vestiaires. Si le but inscrit par Karim Benzema permet aux hommes d’Alain Perrin de valider leur ticket pour le dernier carré de la compétition, le meilleur joueur de la rencontre est à chercher côté lorrain. Tout juste âgé de dix-huit ans, le jeune Miralem Pjanić vient de donner le tournis aux défenseurs lyonnais, apportant le danger devant la cage de Grégory Coupet sur chacune de ses prises de balle. Jean-Michel Aulas est séduit et pose, deux mois plus tard, une enveloppe de 7,5 millions d’euros sur le bureau des dirigeants messins pour enrôler le milieu de terrain bosnien. Approché par plusieurs grosses écuries européennes (Barcelone, Atlético, Fiorentina, Aston Villa), Pjanić décide alors de rester quelques saisons de plus dans l’Hexagone et signe un contrat de cinq ans avec l’Olympique lyonnais, septuple champion de France en titre, qui vient tout juste de réaliser le doublé Coupe-Championnat.

La passation de pouvoir avec Juninho


La Vieille Dame aime la France

Deux semaines après son arrivée entre Rhône et Saône, le milieu de terrain assiste à la nomination de Claude Puel, nouveau « manager général » du club rhodanien et aux arrivées d’Hugo Lloris et des milieux de terrain Jean II Makoun et Ederson. Barré par la concurrence et victime d’une fracture du péroné en début de saison, l’ancien Messin ne prend part qu’à une petite vingtaine de matchs dont seulement cinq dans la peau d’un titulaire. « Miré » prend son mal en patience et apprend aux côtés de Govou, Källström et Juninho. Le milieu de terrain brésilien, qui dispute alors sa dernière saison sous le maillot lyonnais, le prend sous son aile et l’abreuve de conseils lors des entraînements à Tola-Vologe. « Miré était toujours intéressé par ma technique de frappe sur coup franc et par cet exercice particulier. Malheureusement, on ne s’est pas côtoyé très longtemps, car je suis parti un an après qu’il soit arrivé de Metz, mais il restait toujours avec moi, après les entraînements, pour des séances de coups francs. On a beaucoup discuté tous les deux » , révèle ainsi l’homme aux 100 buts avec l’OL dans les colonnes de L’Équipe en 2015.

La passation de pouvoir entre les deux hommes a lieu le 23 mai 2009. Lyon reçoit Caen lors de la dernière journée de championnat. Les Gones viennent de laisser le titre de champion de France aux Girondins de Bordeaux, mais le public de Gerland ne pense qu’à célébrer son idole, Juninho, qui joue son 344e et dernier match avec l’OL. Et lorsque Claude Puel décide de faire sortir le milieu brésilien à dix minutes de la fin de la partie, c’est Miralem Pjanić qui reçoit l’accolade et la bise de la légende de l’Olympique lyonnais avant de faire son entrée sur la pelouse. Celui qui a grandi au Luxembourg récupère même l’emblématique numéro 8 du Brésilien à l’intersaison après le consentement du principal intéressé : « J'ai appelé Juni pendant le stage de Tignes. S'il fallait demander à quelqu'un, c'était à lui, affirme Pjanić en conférence de presse. Je sais que j'ai pris un numéro qui pèse. Mais lui m'a dit de ne pas me faire de souci et de ne pas me mettre de pression pour ça. J'espère faire de bonnes choses avec l'OL. J'ai envie de marquer et d'être décisif. J'espère réaliser une belle saison, pas la même que l'an dernier. »

Le héros de Madrid barré par Gourcuff et Grenier


L’OL débourse près de 70 millions d’euros à l’intersaison pour compenser les départs de Juninho et Benzema. Pas de quoi impressionner Miralem Pjanić, qui s’impose petit à petit dans le onze lyonnais et s’affirme dans un rôle de créateur au sein d’un milieu à trois avec Toulalan et Makoun derrière les trois attaquants Govou, Bastos et Lisandro. Titularisé à vingt-sept reprises en championnat par Claude Puel, il livre une saison pleine (11 buts, 13 passes décisives toutes compétitions confondues) et brille notamment lors du mémorable 5-5 contre l’Olympique de Marseille à Gerland. Mais « Miré » va définitivement entrer dans le cœur des supporters lyonnais un soir de mars 2010 sur le pré de Santiago Bernabéu. Après un joli mouvement collectif amorcé par les Argentins Delgado et Lisandro, Pjanić envoie le ballon au fond des filets d’Iker Casillas et qualifie l’OL pour les quarts de finale de la Ligue des champions aux dépens du Real Madrid et de ses « néo-galactiques » Ronaldo, Kaká et Benzema. De quoi conforter son nouveau statut de titulaire indiscutable.

Sauf qu’à l’été 2011, l’OL, récent demi-finaliste de C1, pense réaliser le gros coup du mercato en arrachant Yoann Gourcuff aux Girondins de Bordeaux contre 22 millions d’euros. Pjanić est poussé sur le banc de touche et perd son influence sur le jeu lyonnais. « Ce transfert ne m’a pas aidé, surtout que le coach Puel ne voulait pas nous associer. J’étais un deuxième choix. Ça n’a pas été facile à vivre, surtout à mon âge. J’avais besoin d’être rassuré, mais personne n’est venu m’en parler. Je me suis senti écarté » , explique-t-il pour L’Équipe au terme de sa troisième saison dans le 69. Reboosté par le changement d’entraîneur avec la nomination de Rémi Garde à la place de Claude Puel, « Miré » réaffirme son attachement à la ville de Lyon et sa volonté de s’imposer au club lors de ses interviews durant l’été. Mais le 31 août, à quelques heures de la clôture du marché des transferts, alors qu’il venait d’offrir la victoire à l’OL contre Montpellier trois jours plus tôt en championnat, le jeune joueur de vingt et un ans plie bagage et s’envole direction la Serie A et l’AS Roma.

Les supporters de l’OL, furieux, demandent des comptes au président Aulas qui leur répond en conférence de presse : « On a amené "Miré" au niveau où il est. Je pense qu'il peut faire plus... Je lui souhaite beaucoup de réussite à la Roma, il en est capable, car c'est un garçon très brillant, mais aussi très sympathique. Au même poste, on a Ederson, Yoann Gourcuff et surtout Clément Grenier qui ne voulait pas prolonger son contrat. Là (avec le départ de Pjanić), il va resigner. On a fait le choix de la formation à la lyonnaise avec un garçon qui est en équipe de France des moins de vingt ans et qui a un talent fou aussi. Il fallait lui montrer qu'on prenait en compte ses demandes et on va lui proposer un contrat de longue durée. » Cinq ans plus tard, Pjanić retrouve l’OL avec la Juventus, quintuple championne d’Italie en titre, tandis que Grenier accumule les pépins physiques et perd saison après saison son influence sur le jeu lyonnais. Destins croisés.

  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Lyon-Juventus



    Par Maxime Feuillet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
     //  09:22  //  Passionné de la Jamaïque
    Note : 2
    J'adore la déclaration de Aulas pour justifier le départ de Pjanic "on a Ederson, Gourcuff et surtout Clément Grenier...". Quel visionnaire JMA dans ce choix! Après, difficile d'imaginer les trajectoires des 2 G Lyonnais de l'époque, tout laissait penser que l'avenir leur appartenait.
    TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
     //  09:44  //  Amoureux de Lyon
    Mouais. C'est vrai que c'etait dur a prevoir, mais si jai bonne memoire Gourcuff commencait deja a se blesser regulierement a la fin de Bordeaux, et Ederson en etait a sa 3e saison, donc on savait deja que c'etait en bonne voie pour un echec.

    C'est peut-etre la la plus grande faiblesse d'Aulas - autant le mec est un fin gestionnaire, autant l'animal a une vraie difficulte a reconnaitre ses erreurs en foot, quitte a se separer a perte d'un joueur sans pouvoir le rentabiliser (coucou Valbuena).
    1 réponse à ce commentaire.
    C'est marrant, ce type est forcément bon quelque part. La Juve n'a pas pour habitude de prendre des chèvres (surtout au milieu).
    Mais je trouve que c'est un joueur sans saveur, à l'image d'un Oscar ou d'un Grenier justement.
    Pas de gros mental.
    Pas de volume de jeu.

    C'est quoi son côté "irrésistible" à Pjanic ?
    Totti Chianti Niveau : CFA
    Note : 1
    Pour le mental, je peux encore te suivre. (et encore, il a était décisif dans pas mal de matchs importants)

    Mais pas pour le volume.
    Cela fait 3 ans qu'il évolue à un excellent niveau de jeu et qu'il fait partie des meilleurs milieux de Serie A.
    Il a véritablement ajouté cette dimension à son jeu.
    L'année dernière, c'était peut-être le joueur de la Roma faisant le plus de km par match, le plus d'assists aussi (meilleur passeur de Serie A 2014/2015 et 2015/2016).

    Ajoute à cela un nombre de but en augmentation chaque année (10 l'année dernière en championnat) et tu as un joueur très complet, avec du volume aussi.
    Dennis_Bergkamp Niveau : District
    C'est pas Pogba le meilleur passeur 2015-2016 ?
    Super-Pippo Niveau : CFA
    Il est bien meilleur que les deux cités ! Plus de volume, plus de technique, plus décisif mais c'est sûr qu'au niveau du mental...Il restera un bon joueur de gros club, ce qui est déjà très bien.
    3 réponses à ce commentaire.
    Cafu cremes Niveau : CFA2
    Sa capacité à se cacher tout le match pour essayer de claquer une assist ou un but était irresistible à Rome. J'étais très content de le voir partir.

    Il faut vraiment qu'il épaississe son jeu sans ballon car avec il a de l'or dans les pieds.
    Totti Chianti Niveau : CFA
    Je ne suis pas d'accord.
    C'était son cas sur les 3 premières saisons mais pas sur les 2 dernières.
    On a mis presque 2 mois à se réinventer suite à son départ. Cela en dit long sur son influence sur le jeu de la Roma.

    Après, je ne le pleure pas pour autant et son départ nous permettra peut-être de faire encore mieux.
    Mais je pense que c'était un bon choix pour la Juve aussi.
    Cafu cremes Niveau : CFA2
    Bon je t'avais répondu mais le site n'affiche pas ma réponse tant pis.

    Y'a que chez moi que ça fait ça?
    ThomasDandy Niveau : Ligue 2
     //  18:03  //  Amoureux de Lyon
    Ca beugue beaucoup en ce moment.
    A mon avis c'est dû aux quelques changements qui sont en cours sur le site et que je vois apparaître petit à petit (alléchants d'ailleurs)
    3 réponses à ce commentaire.
    Cafu cremes Niveau : CFA2
    Je ne suis pas fan des stats de km parcourus. Les joueurs tapent des sprints pour aller faire les touches etc pour faire gonfler les stats, même chose au rugby entre autre.

    Il y a effectivement eu du mieux mais pour moi si tu ne joues pas en 10 tu dois avoir une plus grosse production en terme de recuperation; agressivité, interception etc. D'ou mes reserves sur le garçon qui n'a que peu d'égal pour delivrer une passe destructrice mais mener le jeu c'est pas franchement son truc. J'ai été un peu rude, disons que je reste sur ma faim.

    Apr!s il apporte des qualités rares comme la précision technique et une superbe qualité sur coup de pied arrêté. Rien que ça justifiait son achat par un top club. L'horizon est dégagé pour lui mais quand Marchisio va revenir il va en prendre un coup sur la carafe très certainement.
    Claude_Corti Niveau : DHR
    Tu devrais éviter d'aborder les sujets que tu ne connais pas. Le rugby par exemple.

    Le jour ou un joueur sprintera pour faire une touche au rugby (et ce pour les stats)..

    Sachant que 99,9% du temps (sauf touche rapide dont je t'épargnerai les éléments de règlement), on doit attendre que les deux alignements de touche soient prêts pour jouer la touche.

    Encore faudrait il avoir vu un match de rugby, ou joué au rugby, pour se rendre compte que quand tu prends des mecs de + 100kg sur le râble pendant 80 minutes, tu passes pas les temps de repos a courir pour les stats !
    Cafu cremes Niveau : CFA2
    Je ne dis pas qu'ils font des 100 m a bloc à chaque mêlée mais autant que possible beaucoup rajoutent des petits sprints pour gonfler les stats de course en fin de match

    C'est pas le tout de suivre la H Cup a la télé, le mieux ça reste encore d'y jouer à un bon niveau et avoir connaissance de ces détails la. Si t'as un bélier dans ton jardin je peux t'apprendre deux trois trucs sur ce que c'est qu'être un première ligne.

    Signé un talon en colère ^^

    2 réponses à ce commentaire.
    Maxime, Gourcuff est arrivé en 2010, donc Miralem est resté un an à ronger son frein avant de partir en 2011 ;)
    Le mec commence a Metz , part dans le gros Lyon des années 2000 , où il ne remporte aucun titre , se fait doubler par 3 joueurs dont l évocation des noms fait frémir la caisse maladie (Ederson serieux ????) tout en ce pétant le tibia aussi. Sal karma en France quand même non ?
    ThomasDandy Niveau : Ligue 2
     //  18:00  //  Amoureux de Lyon
    Je me souviens du moment où la vente a été annoncée.
    C'était incompréhensible.
    Ce genre de moment où tu te dis, non mais il sait ce qu'il fait JMA, obligé.
    Et tu te rends compte quelques années plus tard que non. JMA a cédé parce que justement il n'avait plus le contrôle sur rien.
    Quel dommage.
    Pjanic que Juni adore, Pjanic qui commençait bien sa saison, Pjanic a été vendu 11 millions je crois.
    Voilà.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    2k 16