1. //
  2. // Éliminatoires
  3. // Gr.H
  4. // 9e journée
  5. // Azerbaïdjan/Italie

Pirlo et Verratti, un fantasme et une équation

Andrea Pirlo et Marco Verratti parviendront-ils à écrire ensemble un bout de l'histoire de la Nazionale d'Antonio Conte ? C'est ce qu'a affirmé le sévère sélectionneur italien lors du dernier rassemblement des siens, il y a un mois. Seulement, le terrain a montré que le chemin pour arriver à une combinaison naturelle père-fils sera périlleux.

Modififié
4k 15
Lors de la saison 2011-2012, le football italien est plongé dans la préparation de l'Euro polonais-ukrainien lorsqu'il voit émerger deux étoiles au centre de deux galaxies différentes. En Serie A, Andrea Pirlo illumine la Juventus en réveillant un rythme évanoui et des trajectoires oubliées. En Serie B, les courbes et la voracité de Marco Verratti font briller Pescara et ses flèches Immobile et Insigne. Si l'Italie hallucine, c'est parce que les deux étoiles connaissent des ascensions curieusement similaires. Les deux meneurs occupent la même position sur le terrain, dans l'axe devant la défense et souvent entre les deux centraux. Ils partagent le même goût pour les longues paraboles décisives. Et ils démontrent surtout la même capacité de gestion du temps et de l'espace. Lors de l'été 2012, Pirlo charme le monde entier à l'Euro, et Verratti fait chavirer le cœur de Leonardo à Paris. Alors que l'Espagne remporte une dernière compétition internationale en s'appuyant sur ses cerveaux Busquets, Alonso, Iniesta et Xavi, une prophétie italienne semble enfin toute tracée : la Botte est enfin armée pour rivaliser sur le terrain du ballon et du jeu.

Conte, une attente et des questions


Deux ans plus tard, au Mondial brésilien, Prandelli tâtonne entre différents styles de jeu et finit par ne pas choisir. Verratti est parfois titulaire, mais toujours remplacé. Pirlo reste indéboulonnable malgré un déclin de forme évident. Entre les deux, Motta est sur le banc, De Rossi joue sans convaincre, et Marchisio s'efforce de donner tout ce que les autres n'ont pas entre les lignes, au prix d'un carton rouge fatal contre l'Uruguay. Devant, Balotelli est placé en sauveur sans soutien, ni tactique ni moral. Antonio Cassano n'est plus là pour transformer des cailloux en bijoux. Et au pays du dribble, la Nazionale tombe dans le piège de la possession stérile. L'Italie gère le ballon (58% contre le Costa Rica, 55% en infériorité numérique contre l'Uruguay), mais concentre son contrôle du jeu sur la relation Bonucci-Pirlo. Le lien avec les mouvements des latéraux et la création des offensifs, autrefois pris en charge par la vision de Pirlo et les talents de Cassano, disparaît petit à petit. Et l'Italie chute.

C'est dans ce contexte que Conte devait apporter sa science du mouvement et mettre en place un système de jeu où les nombreux « coureurs » italiens sauraient transformer leurs courses en créations. C'était le plan initial : une Italie intense, physique, constante et dure à jouer pour ses adversaires. Mais en octobre 2015, plus de trois ans après l'Euro 2012, Conte semble avoir encore envie d'insister sur les beaux pieds. Au nom du talent, pour l'histoire, ou peut-être plus simplement par loyauté envers Pirlo. Alors que l'ex-Juventino avait déjà montré des signes inquiétants de déclin en fin de saison dernière et qu'il est entre-temps parti à New York, Conte ne se fait pas de raison : « Tant qu'Andrea a cet enthousiasme et cette envie pour jouer et donner l'exemple sous ces couleurs, il a une place fixe en équipe nationale » , avait-il dit en conférence de presse. Et Marco ? Le génie parisien serait destiné à jouer un second rôle, étant encore « en plein apprentissage » : « Marco s'améliore, il devient un joueur complet : il récupère des ballons, il donne de l'intensité, il gagne en maturité. Mais je ne le vois pas devant la défense, d'après moi sa position idéale est celle de milieu intérieur. (…) Avec Pirlo, ils peuvent évoluer ensemble, oui. » Le constat est clair : non seulement les deux joueurs peuvent évoluer ensemble, mais en plus, ils sont complémentaires. Contre Malte, le 3 septembre dernier, Conte a ainsi lancé son 4-3-3 avec Pirlo en sentinelle, Verratti en milieu intérieur droit et Bertolacci dans un rôle similaire à gauche. Devant, le trident était composé de Gabbiadini, Pellè et Eder.

L'échec contre Malte


Seulement, Verratti est déjà plus qu'un milieu intérieur à la Vidal, Pogba ou Marchisio. Et sauf s'il parvient à réaliser un ultime spectacle en juin prochain, Pirlo semble dramatiquement destiné à devenir moins qu'une sentinelle. Avec l'Italie cette année comme avec la Juventus l'an passé, le meneur fait plus souvent la différence sur phase arrêtée que dans le jeu, et devient une charge défensive permanente pour ses coéquipiers. Contre Malte, le triangle italien s'est ainsi mis en place au milieu dès les premières minutes. Bonucci donne à Pirlo, qui sert Verratti, qui décale sur le côté. Parfois, le ballon finit par être centré. Parfois, il revient dans les pieds de Marco, puis Andrea, puis Bertolacci. Mais cette Italie semble paradoxalement coupée en deux. D'un côté, Conte met en place une paire Pirlo-Verratti pleine de contrôle, réflexion et gestion du ballon. De l'autre, il aligne une attaque plus habile en conquête des seconds ballons qu'en échange de passes courtes. Dans ce contexte, il suffit que le troisième milieu soit plus un gestionnaire qu'un accélérateur – Bertolacci puis Parolo – et la Squadra Azzurra retombe dans les travers avalés sous Prandelli. Ici, la candidature de Bonaventura est intéressante.

Au bout de plusieurs longues séquences de stérilité en première période, Pirlo doit demander à Verratti de s'avancer d'une dizaine de mètres, peut-être à contrecœur. Il y a quinze ans, déjà, lui-même jouait plus haut que son jeu ne l'aurait voulu. Cette fois, c'est le barbu qui demande à son héritier d'aller faire le trequartista pour pouvoir mener l'opéra tout seul. Mais Pirlo n'en a plus les jambes. Alors que Malte s'est rapidement regroupé autour de sa surface dans un 5-3-2 très compact, l'Italie tombe dans la surproduction de centres : 36, au total. Graziano Pellè ne peut lutter tout seul dans la surface. Signe de l'impatience italienne ou du manque de cohérence tactique du système mis en place, c'est finalement Pirlo lui-même qui lance le plus grand nombre de centres : 8 (dont 2 réussis). Dans ce contexte, la spontanéité de Candreva (entré en jeu en seconde période) et Darmian brille logiquement parce qu'elle fait la différence. Mais le plus inquiétant est ailleurs : sans le but de Pellè (sur un centre de Candreva), Alfred Effiong aurait pu faire les gros titres en profitant de l'absence de couverture défensive.

Italie, père et fils


Le lendemain, la Gazzetta dello Sport sanctionne : « Pirlo ressemble bel et bien à un joueur qui finit sa carrière aux États-Unis » et « Verratti ne transforme pas les bonnes actions en actions décisives : il est possible qu'il ait son meilleur rendement lorsqu'il est entouré des stars du PSG, mais qu'il n'ait pas encore la stature pour porter sur ses épaules une équipe peu excellente. » Mais Conte peut aussi compter sur le talent de Motta et de Pastore : Motta lui-même, qu'il n'a pas appelé, et Franco Vázquez, laissé sur le banc. Au-delà des questions tactiques, l'Italie semble incapable de faire confiance au fils avant d'avoir vraiment tué le père.

Quelques jours plus tard contre la Bulgarie, Conte remplace Pirlo par De Rossi pour renforcer l'autorité défensive de l'escouade. Le Romain marque sur penalty avant de se faire expulser, Verratti (sans Pirlo) suffit pour maintenir la possession avec dix hommes, et l'Italie reproduit une performance jumelle : 1-0. Un argument de plus pour une théorie : un grand joueur n'en est plus un lorsqu'il arrête de simplifier le travail de son entraîneur. Et l'équation de Conte se complique avec Pirlo : comment donner à la fois plus de responsabilités à Verratti et plus de garanties défensives tout en maintenant Pirlo ? Aujourd'hui, il est probable que le New-Yorkais vienne à l'Euro français dans le costume d'un joker de luxe. La question est de savoir si l'Italie acceptera que Verratti porte celui de maestro.

Par Markus Kaufmann À visiter :
Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je ne suis pas un suiveur de la Squadra, à quoi ressemble l'équipe type de Conte ?

Markus a l'air de dire que Verratti a sorti un bon match sans Pirlo contre la Bulgarie, mais quel était le schéma tactique ? S'il continuait à jouer milieu intérieur, qui le couvrait derrière ? Verratti a rarement sorti de bons matches sans Motta derrière pour le couvrir (exception faite de l'aller face à Chelsea, ou c'est David Luiz qui joue 6), c'est en soi un progrès (d'aucuns diraient la mue du petit italien en le futur pilier de la sélection).
Caius Germanicus Niveau : Loisir
Message posté par simmer
Je ne suis pas un suiveur de la Squadra, à quoi ressemble l'équipe type de Conte ?

Markus a l'air de dire que Verratti a sorti un bon match sans Pirlo contre la Bulgarie, mais quel était le schéma tactique ? S'il continuait à jouer milieu intérieur, qui le couvrait derrière ? Verratti a rarement sorti de bons matches sans Motta derrière pour le couvrir (exception faite de l'aller face à Chelsea, ou c'est David Luiz qui joue 6), c'est en soi un progrès (d'aucuns diraient la mue du petit italien en le futur pilier de la sélection).


Conte étant globalement moyennement cohérent et imposant peu de continuité dans ses compos, il est difficile de dégager une équipe type, mais a priori je dirais que ça donne cela: Buffon aux cages, Bonucci-Chielllini en DC, Darmian défenseur gauche, De Sciglio (...) défenseur droit, Pirlo en 6, Verratti et Parolo/Bertolacci en 8, El Shaarawy (.....) ailier gauche, Cadrera ailier droit et Pelè en pointe.

Pour l'article, à vrai dire, l'équation est très simple et franchement j'ose espérer que Conte sera capable de s'en rendre compte d'ici l'euro: Marchisio en 6, Verrati et Bonaventura en 8, et Pirlo en remplaçant. Ca me semble tellement évident que je peux pas imaginer Conte penser à autre chose. Marchisio étant un joueur technique et tactique (un peu comme Motta au PSG), et Bonaventura ayant plutôt un gros volume de jeu et sachant jouer simple et intelligent, la complémentarité de ce milieu me semble évidente. Mais bon, que voulez vous, on va se taper, ce soir encore, du Verratti-Parolo-Eder. Soit.
kingarturo32 Niveau : Loisir
faut surtout attendre les retours d'insigne et beppe rossi
Caius Germanicus Niveau : Loisir
Message posté par kingarturo32
faut surtout attendre les retours d'insigne et beppe rossi


Ouais enfin le problème d'Insigne est que je suis quasiment sur qu'il est dans la tête de Conte très bas dans la hiérarchie, ce qui est une aberration sans nom quand on voit ses perf avec le Napoli.
Et Giuseppe Rossi je préfère plus y croire. Mais ce qui est sur c'est que s'il arrive à retrouver une continuité physique et retrouve son niveau, alors l'Italie deviendra un cador.
Message posté par Caius Germanicus
franchement j'ose espérer que Conte sera capable de s'en rendre compte d'ici l'euro: Marchisio en 6, Verrati et Bonaventura en 8, et Pirlo en remplaçant.

Très juste.

Mine de rien c'est toujours délicat à gérer les différents talents générationnels. Surtout à des postes importants.
Pour ce qui est du hibou, compliqué car il est merveilleux mais être mis trop en avant dans le jeu, je ne sais pas si c'est son truc. Marchisio en 6, effectivement il en a besoin, tout comme il a besoin de Motta à Paris.

Parce que quand il est dominé, je l'ai vu bouffer la pelouse et souffrir. Il a un style de jeu tellement risqué que s'il n'est pas mis dans les bonnes conditions, il contamine tout son milieu et met en difficulté ses arrières.

Mais va falloir trouver car bien entendu que l'Italie a besoin d'un Verrati libéré pour être champion d'Europe.
Caius Germanicus Niveau : Loisir
Message posté par sox75

Très juste.

Mine de rien c'est toujours délicat à gérer les différents talents générationnels. Surtout à des postes importants.
Pour ce qui est du hibou, compliqué car il est merveilleux mais être mis trop en avant dans le jeu, je ne sais pas si c'est son truc. Marchisio en 6, effectivement il en a besoin, tout comme il a besoin de Motta à Paris.

Parce que quand il est dominé, je l'ai vu bouffer la pelouse et souffrir. Il a un style de jeu tellement risqué que s'il n'est pas mis dans les bonnes conditions, il contamine tout son milieu et met en difficulté ses arrières.

Mais va falloir trouver car bien entendu que l'Italie a besoin d'un Verrati libéré pour être champion d'Europe.


Oui c'est bien vu. verratti a effectivement besoin de types au milieu qui, lorsque ça "va mal", savent ne pas plonger et maintenir leur rang. On parle là de joueur forts physiquement (au sens large du terme), travailleurs et qui jouent simple et intelligent; et il me semble que Jack et Marchisio correspondent à cette description. Quel dommage que le premier cité soit ignoré par Conte...

Sinon, pour ceux qui regardent le match, je crois que bon y a de quoi dire. Déjà, que peut bien foutre El Shaarawy ici ? Qu'est ce qu'il est nul, c'est juste un tout droit le mec ! J'en peux plus ! Une action représentative de son niveau: il effectue bien son remplacement défensif (pour ça il est très bon), récupère un ballon, avance rapidement mais se démmerde, en conduisant sa balle, pour se faire une talonnade pour lui même, totalement involontaire bien sur, alors que l'Italie jouait un 3 contre 2... Affligeant.
Et c'est pas son but, qui est du à 50% à Eder, à 49% à Candreva, et à 1% à lui, qui va le sauver.
Je pourrais citer facilement 5 italiens meilleurs que lui à son poste. Quand je pense que, au moment de son transfert à Monaco, tout le monde me contredisait quand j'annonçais le flop... Aujourd'hui, ça fait sourire...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par Caius Germanicus


Conte étant globalement moyennement cohérent et imposant peu de continuité dans ses compos, il est difficile de dégager une équipe type, mais a priori je dirais que ça donne cela: Buffon aux cages, Bonucci-Chielllini en DC, Darmian défenseur gauche, De Sciglio (...) défenseur droit, Pirlo en 6, Verratti et Parolo/Bertolacci en 8, El Shaarawy (.....) ailier gauche, Cadrera ailier droit et Pelè en pointe.

Pour l'article, à vrai dire, l'équation est très simple et franchement j'ose espérer que Conte sera capable de s'en rendre compte d'ici l'euro: Marchisio en 6, Verrati et Bonaventura en 8, et Pirlo en remplaçant. Ca me semble tellement évident que je peux pas imaginer Conte penser à autre chose. Marchisio étant un joueur technique et tactique (un peu comme Motta au PSG), et Bonaventura ayant plutôt un gros volume de jeu et sachant jouer simple et intelligent, la complémentarité de ce milieu me semble évidente. Mais bon, que voulez vous, on va se taper, ce soir encore, du Verratti-Parolo-Eder. Soit.


on dirait qu'Eder te donne tort, c'est clairement le meilleur sur le terrain...Il gagne des points pour une place de titulaire dans le trio d'attaque. Insigne va devoir cravacher.

Sinon personnellement je ferais plus jouer un trio Marchisio, Verratti et De Rossi au milieu, ce serait plus solide, De Rossi étant toujours excellent en équipe nationale et sa science de la récupération et de la tactique nous font toujours du bien. Et puis il a une expérience que Bonaventura n'a pas.
S'il y en a un qui doit laisser sa place au milieu au profit de Bonaventura ou de Parolo ou de Pirlo, ce sera plus Verratti que les deux autres, à mon avis.
Caius Germanicus Niveau : Loisir
Message posté par maxlojuventino


on dirait qu'Eder te donne tort, c'est clairement le meilleur sur le terrain...Il gagne des points pour une place de titulaire dans le trio d'attaque. Insigne va devoir cravacher.

Sinon personnellement je ferais plus jouer un trio Marchisio, Verratti et De Rossi au milieu, ce serait plus solide, De Rossi étant toujours excellent en équipe nationale et sa science de la récupération et de la tactique nous font toujours du bien. Et puis il a une expérience que Bonaventura n'a pas.
S'il y en a un qui doit laisser sa place au milieu au profit de Bonaventura ou de Parolo ou de Pirlo, ce sera plus Verratti que les deux autres, à mon avis.



Ah mais j'aime beaucoup Eder ! En remplaçant, il est parfait ! Mais je pense que si Conte en fait un titulaire régulier, alors ce sera mauvais signe pour la Squadra. Au même titre qu'un Valbuena titulaire en EDF, on parle là d'un joueur au talent pas énorme, et une grande nation comme l'Italie doit compter parmi ses titulaires de grands joueurs talentueux.
Et Insigne étant ailier droit, il est pas en concurrence avec Eder, mais plutôt avec El Shaa. Et vu le niveau de ce dernier, j'ose espérer qu'Insigne aura sa chance.

Concernant le milieu, je suis pas trop d'accord avec toi, encore que ton idée soit pas mauvaise. J'estime que le poste de Marchisio est désormais 6,et qu'à ce poste il n'a actuellement pas d'égal en Italie. Mais De Rossi est également plus qu'intéressant à ce poste. Enfin, moi tout ce que je demande c'est qu'un jour Bona soit au moins testé en équipe d'Italie. Je vois pas ce qu'il a bien pu faire à Conte, mais le type est juste excellent depuis 3 saisons et il se fait snober, c'est incompréhensible.

Et sincèrement je suis totalement en désaccord avec ta dernière phrase. A mon avis, Verratti doit être indiscutable. Il assure à lui seul une garantie de création et est loin d'être pénalisant pour le collectif en défense. Non, pour moi, si on se dirigeait vers un milieu Marchi-DDR-Verratti, pour intégrer Jack ou Parolo (je considère que Pirlo ne doit plus être titulaire en nazionale), je ferais sauter DDR, je replacerais Marchisio en 6 et Bona/parolo en 8.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par simmer
Je ne suis pas un suiveur de la Squadra, à quoi ressemble l'équipe type de Conte ?


Difficile de répondre à cette question, tant Conte a été privé de beaucoup de titulaires potentiels depuis son intronisation.

Il n'a y a qu'en défense où le quatuor se dessine avec Bonucci-Chiellini-Darmian et De Sciglio.

Au milieu Marchisio-Pirlo et Verratti semblent être les titulaires, mais Marchisio a été souvent blessé, Verratti aussi, sans oublier les absences fréquentes de De Rossi. Par conséquent des joueurs comme Bertolacci ou Parolo ont beaucoup joué, sans vraiment convaincre.

en Attaque, Eder et Candreva semblent titulaires sur les ailes. Toutefois, il faut voir si cette hiérarchie changera avec le retour d'Insigne. Pellé est titulaire en pointe, mais ça reste à vérifier si Rossi ou Balotelli font un bon championnat.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Malheureusement c pirlo qui pose problème actuellement car conte s'adapte a lui mais nous n'avons pas les joueurs pour que Pirlo soit décisif
Caius Germanicus Niveau : Loisir
Giovinco, quand je le vois éliminer et percuter comme il l'a fait sur ce match, je me dis que c'est un énorme gâchis. Il a de l'or dans les pieds et des jambes de feu. Quel dommage qu'il ait pas su s'imposer à la Juve...

La Squadra s'est imposée 3-1 en Azerbaïdjan, pour ceux qui n'auraient pas vu le match.

Et @Max, l'équipe type que tu dresses me fais encore prendre conscience des incohérences de Conte. Eder, De Sciglio, Berto et Parolo titulaire quand tu as dans ton vivier des Florenzi, Bonaventura et Insigne (entre autres), c'est quand même dingue.
tournons une bonne fois pour toute la page Pirlo et la question ne se posera plus
Note : 1
Message posté par maxlojuventino

Pellé est titulaire en pointe, mais ça reste à vérifier si Rossi ou Balotelli font un bon championnat.


Quand ses potes auront capté que Pellè est le dieu des remises-poitrine, ça va envoyer du missile pleine lucarne.
Bon, là pour l'instant ils ont plutôt l'air surpris.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par Caius Germanicus


Ah mais j'aime beaucoup Eder ! En remplaçant, il est parfait ! Mais je pense que si Conte en fait un titulaire régulier, alors ce sera mauvais signe pour la Squadra. Au même titre qu'un Valbuena titulaire en EDF, on parle là d'un joueur au talent pas énorme, et une grande nation comme l'Italie doit compter parmi ses titulaires de grands joueurs talentueux.
Et Insigne étant ailier droit, il est pas en concurrence avec Eder, mais plutôt avec El Shaa. Et vu le niveau de ce dernier, j'ose espérer qu'Insigne aura sa chance.

Concernant le milieu, je suis pas trop d'accord avec toi, encore que ton idée soit pas mauvaise. J'estime que le poste de Marchisio est désormais 6,et qu'à ce poste il n'a actuellement pas d'égal en Italie. Mais De Rossi est également plus qu'intéressant à ce poste. Enfin, moi tout ce que je demande c'est qu'un jour Bona soit au moins testé en équipe d'Italie. Je vois pas ce qu'il a bien pu faire à Conte, mais le type est juste excellent depuis 3 saisons et il se fait snober, c'est incompréhensible.

Et sincèrement je suis totalement en désaccord avec ta dernière phrase. A mon avis, Verratti doit être indiscutable. Il assure à lui seul une garantie de création et est loin d'être pénalisant pour le collectif en défense. Non, pour moi, si on se dirigeait vers un milieu Marchi-DDR-Verratti, pour intégrer Jack ou Parolo (je considère que Pirlo ne doit plus être titulaire en nazionale), je ferais sauter DDR, je replacerais Marchisio en 6 et Bona/parolo en 8.


Insigne joue à gauche en club, il prendrait donc plus la place d'Eder, mais à mon avis Eder restera titulaire. Conte n'a pas l'air d'apprécier Insigne et Eder a l'avantage d'avoir un gros physique et de marquer plus de buts. Et puis à droite Candreva est intouchable.

Eder c'est peut être pas Baggio, mais c'est pas non plus Bakayoko... Il a une grosse frappe de balle, il est bon dribbleur et il va vite. Sans compter qu'il est actuellement le buteur italien le plus prolifique(si on omet Giovinco).
Perso je préfère Insigne qui est selon moi le meilleur jouer italien, en ce moment il est inarrétable balle au pied, mais tant qu'il continue à être sans arrêt blessé, le choix de titulariser Eder est loin d'être invraisemblable.

Quant à Verratti, je disais plus ça parce qu'il me semble que Conte tient en plus haute estime les autres milieux (Marchisio, De Rossi et Pirlo sont ses préférés). Verratti est ultra talentueux, je suis le premier à le dire, mais Conte ne l'aligne que si les autres sont blessés...Mais on est bien d'accord, il devrait être indiscutable.

En tout cas j'aimerais vraiment qu'au moins une fois Conte puisse aligner tous ses titulaires en même temps, comme ça on verrait à quel niveau on se situe vraiment. Sur le papier l'équipe semble belle, surtout au milieu et en défense.
Mikel Angelo Niveau : Loisir
Pour moi, l'une des explications est la non-convocation de Motta.
Bien qu'il n'ait jamais été vraiment convaincant en Nazionale, c'est dommage de se passer d'un joueur qui permettrait de prendre le rôle de Pirlo et qui a une relation/connexion certaine avec Verratti.
Sinon, seul Marchisio serait l'option la plus bénéfique devant la défense.

Après quand tu vois une défense d'un tel niveau, un milieu qui sans blessure ou méforme est pourvu d'un effectif incroyable (De Rossi, Pirlo,Verratti, Marchisio, Bonaventura,Motta?...), manque plus qu'une attaque d'un très bon niveau...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4k 15