En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Piqué s'amuse avec les journalistes sur Twitter

Modififié
Piqué n’avait pas grand-chose à faire dans la nuit de mardi. Il a donc décidé de lâcher quelques trolls sur son réseau social préféré.

Tout commence avec un tweet du journal Deportes Cope, qui partageait l’interview faite avec Javi, le serveur qui aurait apporté à Fernando Torres le hamburger qui aurait permis à l’attaquant des Colchoneros d’en finir avec sa maladresse devant le but. Captivé par cette interview, Gerard Piqué a voulu réagir, affirmant que ce hamburger devait être sûrement un Natrus, un producteur de viande catalane et qu’il aurait bien aimé savoir également qu’elle était le tatoueur, le coiffeur ainsi que le chauffeur de taxi de Fernando Torres.

Après la réponse du journal, Piqué a encore donné dans les questions insolentes, demandant à Cope dans quel restaurant de Madrid avait dîné Neymar, le journal ayant récemment affirmé que le Brésilien se serait rendu dans la capitale pour négocier un transfert avec l’ennemi galactique. Toujours dans le premier degré, le quotidien donne l’heure et l’endroit du dîner avant de demander au défenseur catalan s’il n’avait pas participé au dîner avec Neymar. Gerard répond alors « Je suis désolé, mais je n’y étais pas. La dernière fois que je suis allé à Madrid, c’était le 21 novembre (jour où le Barça avait mis 4-0 à Bernabéu). »



Gerard piquant. FM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9