Pioli à l'Inter ? Dommage, Antonio...

Si l'arrivée imminente de Stefano Pioli au poste d'entraîneur de l'Inter a l'air de satisfaire les supporters et les joueurs du club, il y en a un qui doit secrètement maudire sa direction. Cet homme, c'est Antonio Candreva, dont les relations avec Pioli n'ont jamais été simples à la Lazio.

Modififié
732 21
Il est italien, plutôt jeune pour un entraîneur (cinquante et un ans), connaît parfaitement la Serie A, aime le beau jeu, s'avère un adepte du 4-3-3 et du 4-2-3-1... Que demander de plus ? Stefano Pioli, dont l'officialisation au poste d'entraîneur de l'Inter devrait arriver aujourd'hui après que la Lazio l'a libéré de son contrat, a tout pour plaire aux Nerazzurri. Certains haussent légèrement les sourcils en évoquant ses trois années de joueur à la Juventus, mais sans crier au scandale, puisque cela remonte au milieu des années 1980 et que le natif de Parme n'a jamais montré de grand attachement pour la Vieille Dame. D'autres restent sceptiques devant le palmarès du bonhomme (néant), mais savent que ce n'est pas aux commandes de Bologne, Parme, Palerme ou, dans une moindre mesure, de la Lazio qu'on gagne des titres ces dernières années.

En Italie, ce qu'on retient surtout de Pioli, c'est sa saison 2014-2015 avec la Lazio : une troisième place en championnat acquise lors de la dernière journée, avec un succès complètement dingue 4-2 chez le Napoli, un jeu offensif rapide et léché récompensé par 71 buts, soit la deuxième meilleure attaque de l'année en Serie A, et une finale de Coupe d'Italie folle, perdue en prolongation contre la Juventus. C'est emmenée par le quatuor offensif Felipe Anderson-Klose-Mauri-Candreva que la Lazio fait vibrer l'Italie cette année-là. Le premier dribble tout ce qui bouge et lance une collection de reins (dix buts, huit passes dé), l'Allemand marque treize buts en championnat, le troisième est dans la forme de sa vie, et Candreva sort sa meilleure saison en faisant trembler dix fois les filets et délivrant treize passes décisives.

Youtube

La rupture


Pourtant, au terme de cette saison quasiment idyllique pour les Romains, tout fout le camp entre Pioli et Candreva. En effet, alors que la deuxième saison de Pioli à la tête de la Lazio n'a pas encore commencé, le coach doit désigner un nouveau capitaine, puisque Ledesma est parti et que Mauri, à cause de ses problèmes extrasportifs, est dans un premier temps écarté du club. Véritable cadre sur et en dehors du terrain depuis trois ans et demi, Candreva est sûr d'être choisi pour porter le brassard. Seulement, comme il le racontait récemment à Eurosport, les choses ne se passèrent pas ainsi : « Un jour, Pioli est venu me dire que Lucas Biglia serait le capitaine, sans me donner d'explication, (...) et m'a proposé le rôle de vice-capitaine. Je n'ai rien répondu et suis retourné dans ma chambre. Après avoir réfléchi à cela, j'ai appelé l'entraîneur et lui ai dit que si je ne pouvais pas être capitaine, je n'étais pas prêt à tenir le rôle de vice-capitaine. Depuis ce jour, je n'ai plus été le même. »


Les relations entre les deux hommes en prennent un énorme coup, alors que, lors de la première saison, les excellents résultats de la Lazio aidant, celles-ci étaient tout à fait cordiales. Les poignées de mains deviennent froides et les sourires se font rares. Pour ne rien arranger, dès le mois d'août, la Lazio perd la Supercoupe d'Italie contre la Juventus, est évincée de la Ligue des champions dès les barrages et ne produit plus le même jeu. Au début du mois d'avril 2016, le club pointe à une quelconque 8e position de Serie A, se fait sortir de Ligue Europa par le modeste Sparta Prague en 8es de finale et se retrouve humiliée 4-1 dans le derby de Rome. Des résultats qui poussent le club à limoger Stefano Pioli. Très vite, le bruit court qu'Antonio Candreva n'est pas innocent dans cette décision et incitait la direction à aller dans ce sens depuis des semaines. Bouc émissaire, le bon Stefano ?

Retrouvailles


Depuis, l'international italien a signé à l'Inter, car il avait fait le tour à la Lazio. Malgré le mauvais début de son club avec Frank de Boer (9e avec treize points de retard sur la Juventus et dernière de son groupe de Ligue Europa), lui réalise un début de saison plutôt positif. Un but génial en Ligue Europa, quelques passes décisives et une activité incessante l'ont déjà propulsé titulaire indiscutable aux cotés d'Icardi et Perišić. Oui sauf que, pour remplacer De Boer, les dirigeants interisti ont choisi... Stefano Pioli. Aïe.


Avec l'arrivée de l'ancien coach de la Lazio, plusieurs questions se posent. Candreva garde-t-il encore de la rancœur en lui ? Pioli réservera-t-il un traitement « spécial » à son ancien joueur ? Pas sûr, tant les deux hommes savent qu'ils auront besoin l'un de l'autre pour une saison réussie et que, bon gré mal gré, c'est ensemble, lors de la saison 2014-15, qu'ils ont produit leur meilleur football. Espérons juste que Pioli n'a pas trop lu les récentes déclarations de son ex-futur joueur : « À la Lazio, j'ai eu une très belle relation avec Petković. Avec Reja aussi. Et avec Pioli... un peu moins, dirons-nous. »

Par Nicolas Basse
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Doug Wilson Niveau : DHR
Même "problème" qu'en France j'ai l'impression.
Tjrs les mêmes entraineurs qu'on recycle de club en club.

Le problème est entre guillemet car je ne connais pas précisément ce Pioli.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Bah Pioli ne peut à mon avis pas être considéré comme un Girard ou un Antonetti.
Il a commencé par de petits clubs pour finir à la Lazio, où il fait vraiment du très bon boulot sur une saison, rendant l'équipe compétitive alors que personne ne l'attendait (il termine 3ème, au terme d'une saison où la Lazio avait toutes les cartes en main pour dépasser la Roma, chose qu'on aurait jamais imaginé en début de saison).
Après, il ne peut rien face au bordel qu'est devenu le club, puis se fait virer.
Quoiqu'il en soit, je te dis pas que c'est le nouveau Conte, mais le type a quand même, même si ce fut ponctuel, fait de très belles choses, pratiquant un jeu agréable quoique pragmatique.


Ceci dit, l'Italie comporte quand même son lot de coachs dont t'as l'impression qu'ils ont entrainé tous les clubs de série A en 10 ans.
Doug Wilson Niveau : DHR
Merci pour ces précisions Georges.
Intéressant comme Coach. Avec le bordel que l'on perçoit à l'Inter il ne devrait pas être trop dépaysé.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
En effet !
Je dois avouer que j'ai strictement aucune idée, aucun pressentiment quant à la façon dont ça va se passer avec lui.
Bon, le point positif c'est que c'est un type plutôt pragmatique, donc je pense qu'il saura gagner sale quand il le faudra comme avoir de l'ambition dans le jeu.
Totti Chianti Niveau : CFA
Dis toi, Georges, qu'il a la chance de ne pouvoir faire que mieux.
Je veux dire par là qu'il arrive à un moment où l'Inter est au plus mal tout en ayant un des meilleurs effectifs de Serie A.
Il ne pourra que leur faire remonter la pente en deuxième partie de saison, le temps qu'il s'installe au poste.
De plus, il aura droit aux 10 journées de relative clémence dues au fait qu'il prend l'équipe en cours, qu'il faut faire connaissance avec les joueurs, que ses principes de jeu doivent encore être assimilés par les joueurs, etc.
Selon moi, c'est quasiment le meilleur moment pour un bon coach de prendre en main le destin d'un grand club comme l'Inter.
Le club est au plus bas, il suffit de 2/3 changements bien sentis (genre Brozovic milieu défensif/régulateur et un nouveau latéral titulaire par exemple) pour qu'il passe pour le sauveur de la patrie.
Cafu cremes Niveau : CFA2
Alors oui et non. Il y a effectivement des coachs qui tournent dans les clubs mais ça n'est pas spécifique à la Serie A.

En revanche l'ascenseur marche à plein tube ou presque. Là où en France si tu n'as pas été consultant/ joueur pro tu n'auras jamais une place en élite; en Italie beaucoup commencent en bas puis gravissent les échelons.

Les meilleurs exemples étant bien sur Sacchi dans le passé ou Sarri de nos jours.

C'est pas une tendance lourde mais ça existe. En France certains petits clubs de cfa ou de national ont de super coach mais ne sont jamais appelés à l'étage au dessus.

Je vais prendre l'exemple de Lucon et de son ancien coach Frederic Reculeau inconnu du grand public. Bon technicien voir super bon avec son petit club de national/cfa qui aurait du avoir la chance de passer le cut.

Au moment de l'arrivée de Sagnol à Bordeaux il a fait acte de candidature et on lui a fait comprendre que si t'étais pas connu t'existais pas.

Aujourd'hui après que son club ait été rétrogradé par la dncg il se fait chier à coacher les Herbiers. Y en a des clubs dans le grand Ouest qui cherchent des coachs compétents...
5 réponses à ce commentaire.
"début de saison positif" mouais... pendant le mois d'Aout oui , après ce n'est qu'un lent déclin jusqu'à ce dimanche dernier ou il a livré une prestation totalement honteuse face au dernier de série A. Le mec on lui faisait une passe, course de 3 mètres et centre. Comme ça tout le temps.
On aurait dit un vulgaire bot... L'Inter a beaucoup mieux joué lorsqu'il est sorti bizarrement.

Après titulaire indiscutable. En même temps c'est soit lui soit Biabiany donc bon...
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Le gros problème de Candreva est qu'il a tendance à avoir un jeu très robotique, quasi systématique.
T'as l'impression que le mec a juste la flemme de réfléchir à ses options.

Après, il sait très bien se réveiller quand il le faut, mais c'est vraiment dommage qu'il n'ait pas la bonne idée de le faire de façon régulière.

D'ailleurs, on peut souligner le flair de l'Inter, qui a décidé de ne pas conserver Ljajic, pourtant auteur d'une bonne saison, pour se retrouver avec Biabiany et Eder comme seuls remplaçants. Ce début de saison leur donne à 200% raison.
J'avoue que j'ai encore énormément de mal à comprendre leur volonté de ne surtout pas permettre à la colonne vertébrale Brozovic-Ljajic-Jovetic de se développer, colonne qui montrait, du peu qu'elle a eu l'occasion de s'exprimer, un très beau potentiel.
C'est dingue, Jovetic qui les porte en début de saison, Ljajic qui était le meilleur ailier sur la saison, et Brozovic qui assurait la création à lui seul au milieu, chacun d'eux a été ou est traité comme de la merde. C'est tout à fait incompréhensible.
Tout ça pour filer du temps de jeu à des Eder, Biabiany ou Palacio.
Entièrement d'accord avec toi . Je n'ai jamais compris la non conservation de Ljajic. Des prestations convaincantes, un peu de folie et une technique permettant de conserver la balle chez l'adversaire... Encore un coup de maitre de l'Inter. Après on ne sait pas ce qui se passe dans les vestiaires, contrats , etc...
Totti Chianti Niveau : CFA
Parce qu'il appartenait à la Roma peut-être?
Tu veux sûrement dire la non-levée de l'option d'achat?
3 réponses à ce commentaire.
Je ne sais pas si la direction et les supporters sont satisfaits mais méfiez-vous interistes, Pioli est un infiltré.

[IMG][/IMG]
Totti Chianti Niveau : CFA
Les ravages des années disco.
1 réponse à ce commentaire.
Le truc, c'est que j'ai surtout vu Candreva avec la tunique de la Nazionale. Et, autant le dire sans ambages, c'est généralement un monstre avec ce maillot.

Je me souviens, en particulier, de sa Coupe des Confédérations de daron en 2013. Un modèle de technique et de puissance même s'il lui arrivait parfois de foncer un peu la tête baissée.

A la Lazio, c'était Mauri qui avait mes faveurs. Un très bel élément, je vois des coeurs quand je me souviens de sa saison 2010-2011 (et d'un extraordinaire Napoli-Lazio au San Paolo avec un Cavani en feu... un des meilleurs matchs de Serie A vu dans les années 2010 par mes petits yeux d'enfant).
Un détail qui a son importance...
Michael Bolikgbroke, homme de thohir à donné sa démission pour être remplacé par Jun liu haut placé de chez sunning.

Donc en gros on peut supposer que De Boer c'est un dégât collatéral. Sunning n'a pas pu faire le ménage cet été et ils dégagent toute les hommes placés par thohir s'en foutant de faire une saison morte...

Un spécialiste de l'inter pour nous expliquer le bordel des enjeux internes à l'inter ?
Cafu cremes Niveau : CFA2
J'en parlais sur le forum de l'Inter il apparaît que ce cancrelat de Joorakchian tourne autour du club et file des conseils sur les achats/ choix du coach.

Donc je ne sais pas qui Sunning envoie mais pour le bien du club qu'il travaille seul et se débarrasse des parasites.
que du beau monde....
chiotte.
2 réponses à ce commentaire.
Juste un truc qui me chiffonne : c'est pas ex-ex-Joueur, et non pas ex-futur joueur?
Et du coup par homogénéité : [ex][ex][joueur] = [joueur]? Les deux ex s'annulent?

Vous avez 4h, calculatrices non autorisées.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
@Totti
Oui, j'avoue que j'avais pas vu le cas de l'Inter comme tu le décris, et que c'est bien vu.
Maintenant, ce qui est certain c'est que, si pour les quelques mois qu'il lui reste jusqu'à la fin de saison, il sera relativement tranquille et sans trop de pression, il aura intérêt à bien enchainer la saison prochaine.
Totti Chianti Niveau : CFA
Ah mais je ne garantis pas pour l'année prochaine hein!
Disons que cette année devrait bien se passer pour lui...
Après, je ne tiens pas plus que cela à ce que l'Inter se relève trop vite.
1 réponse à ce commentaire.
Pas de L.Blanc du coup..?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
732 21