En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Manchester/Barcelone

Pinto, les promesses de l'ombre

Dans l'effectif catalan aucune tête ne dépasse sauf celle de Pinto. Grande gueule, truqueur, directeur de label. La mascotte barcelonaise se révèle habile de ses dix doigts. Portrait d'un numéro 2 qui taille patron.

Modififié
« Mon corps ne sera pas là mais mon âme restera avec mes coéquipiers. Elle les encouragera pour amener le trophée » . La grande carcasse de Pinto s'installera en tribune à Wembley ce samedi. Oublié sa place sur le banc, sa bonne humeur dans les vestiaires, les bourrades dans les couloirs. Pinto manquera. La faute à une gifle assénée à Arbeloa en demi-finale face au Real Madrid, un bordel monstre à la sortie de la pelouse et une embrouille avec le délégué madrilène Chendo. Wolfgang Stark n'a eu d'autre choix que de donner un carton rouge au remplaçant Pinto. L'UEFA alourdira l'addition de trois matchs. Soit un total de cinq matchs de suspension en une saison de Ligue des champions. Un ratio exceptionnel pour un numéro 2. Il faut dire que lors du match de poule face à Copenhague, Pinto avait avorté une offensive en imitant le sifflet de l'arbitre. L'attaquant Cesar Santin, se croyant hors-jeu, avait stoppé sa course qui le menait au but. «  Je siffle toujours pour communiquer avec mes défenseurs mais d'une forme licite » , filouta-t-il en conférence de presse.


« Il est ici pour jouer et pas seulement pour s'entraîner »

Jose Manuel Pinto Colorado ne fait pas ses 35 ans. C'est un andalou qui, dès le plus jeune âge, apprend à vivre dans l'ombre du numéro 1. Il débute au Betis Seville où il reçoit les précieux conseils de son modèle d'enfance José Ramón Esnaola. Incapable de faire son trou, il taille la zone au Celta Vigo en 98. Il passera plusieurs saisons à se tirer la bourre avec Dutruel et Cavallero. A force d'abnégation, il obtient le statut de titulaire. Et cela valait le coup puisqu'en 2006 il arrache le trophée Zamora, récompensant le meilleur gardien de Liga. Il devient capitaine mais ne peut empêcher la relégation en 2007. Malgré tout, il reste en Galice si bien que les lecteurs du Faro de Vigo le considèrent comme l'âme du Celta.


Il doit son arrivée au Barça à l'indépendantisme de la province. Remplaçant de Valdes, Albert Jorquera se fusille les ligaments avec la sélection catalane au cours d'un match amical. Les recruteurs blaugranas cochent le nom de Pinto. Prêté contre une bouchée de pain, le portier est une valeur refuge dont le niveau reconnu de tous végète alors en Segunda. « Il est ici pour jouer, pas seulement pour s'entraîner. Je suis content de sa signature parce que c'est un portier avec de l'expérience qui peut être important dans le vestiaire » , prophétise Rijkaard. Parti à la vitesse d'un coup d'un soir, Pinto se fend d'une lettre à l'attention des supporters galiciens : « Je serai éternellement reconnaissant de l'accueil que j'ai reçu » , s'excuse-t-il. Si sportivement il apparaît comme une anomalie, Pinto se fait rapidement une place au sein du vestiaire. Surnommé Tao Pai Pai en raison d'une ressemblance avec le personnage de Dragon Ball, son charisme et sa bonne humeur achèvent de convaincre. Au point de devenir rapidement un cadre et de voir son contrat renouvelé jusqu'en 2012 alors que la pige devait durer à la base six mois. Au surplus, Pinto s'accommode bien du rôle de suppléant. L'habitude, diront les mauvaises langues. Mieux, il n'est pas du genre à vouloir ferrailler à l'entraînement et tailler des croupières à Valdes : « Je vis au jour le jour. Faire des plans sur la comète, c'est gaspiller le présent » , philosophe-t-il.


« Dans le foot comme dans la vie, il faut avoir du vice et de la malice »

Pinto respecte Valdes – « j'apprends beaucoup à ses côtés » - mais il lui arrive d'espérer secrètement un improbable revirement de situation à la faveur de l'expérience : « Je suis venu ici pour travailler chaque jour et saisir ma chance. J'étais dans la même situation au Celta. Au final j'ai fini capitaine et j'ai gagné le trophée Zamora » . Surtout, le portier andalou est le garant de la bonne ambiance dans l'équipe. Il y évolue à son aise, moins joueur que GO Club Med'. Guardiola, de quatre ans son aîné, ne peut l'ignorer. C'est pourquoi il décide de lui confier les buts en Coupe du Roi : «  Cela me donne l'opportunité d'aider mes coéquipiers sur le terrain, alors que jusqu'à présent je le faisais surtout aux entraînements et en dehors du terrain » . Bien lui en a pris puisque Pinto est l'un des grands artisans du succès en 2009 qui augure le sextuplé. Davantage que la finale, son fait de gloire reste la demi face à Majorque. Il détourne un pénalty fruit d'un monstrueux coup de bluff. Avant la course d'élan, il enfume le tireur en lui annonçant le côté où il va se déployer. Puis il respecte l'indication donnée et parade : « Des trucs comme ça, tu ne l'apprends pas au centre de formation mais dans la rue. Dans le foot comme dans la vie, il faut avoir du vice et de la malice » , lâche-t-il.





Pinto soigne sa street credibility. Fringues digne d'un gangsta bientôt incarcéré à Chino, tresses en lieu et place du catogan et surtout le label Wahin Makinaciones pour lequel il compose et produit des disques de hip hop. Il ira jusqu'à bosser des sons à New York aux côtés de Tony Dawsey. D'ailleurs, il profite de la médiatisation de ses coéquipiers pour faire tourner la boutique. Ainsi, il invite Dani Alves et Messi à venir guincher à l'anniversaire du label tandis que le lien d'un clip posté sur les Twitter de Puyol et Iniesta lui assure un trafic inespéré. Au Camp Nou, Pinto se mue en DJ faisant de la chanson Nuestra BSO – de Delahoja feat Soprano (oui, oui, le Marseillais) - la chanson porte-bonheur de l'équipe. C'est triste à dire mais dans le vestiaire barcelonais on écoute Soprano. Une preuve supplémentaire que Pinto en est bien le taulier.

Adrien Ares

Achetez vos billets pour le FC Barcelone maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17 mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7