Modififié
0 90
Vue ce jeudi soir dans l’émission de Canal + Le Petit Journal, une séquence mettant en scène Zlatan Ibrahimović. Fin d’entraînement, le Suédois et sa petite famille sont sur le point de quitter le Camp des Loges. C’est l’instant choisi par l’équipe télé pour tenter une approche. Le but n’est pas d’obtenir un entretien d’une heure, vous vous en doutez bien. Le petit jeu consiste à tirer un mot de la bouche d’Ibra. Fallait pas.

Le cadreur brise la glace en le félicitant pour son pion de martien contre l'Angleterre. Mais en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, Zlatan se retourne, lui balance un « evil look » qu’il accompagne d'un « Yes, but you don’t film my family ! »

Retour en plateau, Yann Barthès annonce que son défi est réussi puisque l’attaquant du PSG a bien prononcé quelques mots, à l’arrache. Son journaliste aurait pu se faire « zlataner » . Autrement plus douloureux que « jeunechampiser » ...

PG

Modifié

Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Note : 1
C'est moi ou le petit journal ca devient vraiment pourri...
 //  Tifoso de l'Italie
Économe le Ibra avec sa doudoune G-Star...
Jack Facial Niveau : CFA
 //  Amoureux du Brésil
Note : 1
Ah bon, le Petit Journal c'est "devenu" de la merde* ? J'ai toujours pensé que c'était de la merde*, au même titre que le Grand Journal d'ailleurs.
Yann Barthès, ce mec est une bouse*, point barre. Il se pense la quintessence de la subversion et de la coolitude, mais c'est juste une endive avec une barbe de trois jours.
Note : -1
Ah mais non Pastropsucré je t'arrête tout de suite, les locaux de Canal ne sont pas dans le 15ème... Mais plutôt à 100 mètres de là, à Issy les Moulineaux dans le 92 :D
Comme la majorité des chaines télés qui y bénéficient de la proximité avec Paris intra-muros (ils ont deux rues à traverser) et de la fiscalité locale (taxe foncière évidemment ridicule pour les y attirer). Les Balkanys ont usés de la même stratégie à Levallois-Perret et on y trouve désormais les sièges de toutes les plus grandes entreprises françaises. C'était avant la suppression de la taxe professionnelle mais à Levallois-Perret ils avaient 20 ans d'avance sur tout le monde, ils cédaient carrément les terrains et la taxe professionnelle était à un taux d'une faiblesse ahurissante. Aujourd'hui Levallois-Perret est la ville la plus endettée de France. Dans le cul Patrick !
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
0 90