En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Photo : Séville et les balles de tennis

Le FC Séville a été tenu en échec sur sa pelouse du Sanchez Pizjuan hier soir, dans son duel au couteau contre Levante (1-1). Ce n'est pas le score qui intriguait les fans sévillans. C'est plutôt le report de la rencontre à 22h30, cause Clasico. Une démarche de la Ligue évidemment motivée par l'importance du match entre les deux grands d'Espagne (et sur fond de droits télé, etc...), au détriment des autres équipes. Pourtant, on parlait bien d'une rencontre entre le 5ème et le 6ème du championnat espagnol.

Alors les supporters ont protesté, et retardé un peu plus le début de la rencontre. Dès que le match a démarré, ils ont balancé des balles de tennis sur la pelouse, interrompant le match pendant de longues minutes. Dans le même temps, ils ont déployé une banderole éloquente : "Arrêtez le match, Mourinho parle".

Une seule chose intrigue : pourquoi des balles de tennis ? Et bien il faut remonter deux ans plus tôt et aller en Suisse pour trouver une explication. Un match entre Bâle et Luzerne avait été repoussé en raison d'un match de tennis entre Federer et Djokovic. Ce à quoi les supporters avaient répondu en balançant des balles sur le terrain... Une idée qui a plu aux supporters du FC Séville.


AP


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 6 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9
À lire ensuite
Photo : Obraniak, ganja man