En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Metz-PSG

Philipps : « Tu ne peux pas être bluffé par un adversaire »

Arrivé en France il y a dix ans et membre majeur de l’exploit réalisé par le Luxembourg en France dimanche dernier, Chris Philipps attend toujours de faire sauter les barrières de l’équipe première au FC Metz, son club formateur. Entre une étiquette difficile à décrocher et des retrouvailles avec Kylian Mbappé. Entretien.

Modififié

Peu importe le PSG, les étoiles, Neymar et Kylian Mbappé, Philippe Hinschberger est clair : « Ça ne nous fait pas trop frétiller, non. » En conférence de presse mercredi, l’entraîneur du FC Metz a tenu à déminer l’arrivée en ville vendredi soir de la version moderne des Hell’s Angels. « Honnêtement, je nous donne entre 10 et 15% de chances de marquer un point » , a même précisé le guitariste. La semaine n’a pourtant pas été tout à fait normale dans un club qui a dansé entre l’accueil de ses nouvelles recrues (Rivière, Wollscheid, Dossevi) et un match amical contre Reims (1-2), disputé vendredi dernier, à propos duquel Hinschberger ne s’est pas caché : « On a été mauvais, ce qui n’est pas illogique puisqu'on a aligné des gens qui ne s’étaient pas fait une passe de leur vie. » Dans la même parenthèse, un exploit : le Luxembourg a arraché un point historique à Toulouse (0-0) face à l’équipe de France avec, sur la pelouse, les Messins Vincent Thill et Chris Philipps. Deux joueurs qui espéraient après la rencontre avoir retenu l’attention des responsables du FC Metz. Première réponse : Thill a été laissé à disposition de la réserve. Philipps, lui, devrait retrouver le banc, malgré une prestation majuscule devant Olivier Giroud. Drôle de destin.



Comment s’est passé ton retour à Metz ?
Je suis revenu mardi, pour l’entraînement du matin. Les réactions ont été vraiment positives. Avec Vincent, tout le monde nous a félicités. Tout le groupe était content pour nous, même les Français qui étaient forcément concernés par le match nul de leur équipe nationale. Les gars étaient aussi surpris, forcément.

À la mi-temps du match contre la France, tu as demandé à tes coéquipiers de « limiter la casse » . Tu as vraiment eu peur de prendre une branlée ?
Je l’avais même dit quelques fois pendant le stage ! On se fait souvent chambrer sur le fait de jouer pour le Luxembourg parce qu’on est une petite nation du football et on nous balance même souvent des trucs comme « ça fait trois ans que vous n’avez pas gagné un match. » (Rires) C’est aussi pour ça que je suis hyper fier de ce nul, comme ça tout le monde voit que l’équipe progresse et on va pouvoir commencer à avoir un peu plus de considération de l’extérieur. Les Français sont des gens très fiers de leur équipe nationale, de leur nation, donc forcément, tout le monde disait qu’on allait prendre une raclée. C’est très bien comme ça.


Après le match, tu expliquais que ton match n’avait pas été parfait à cause de « quelques relances ratées » . Bon, c’était quand même pas mal. Avec du recul, comment tu as vécu ce match ?
On a un logiciel qui nous envoie à chaque fois les vidéos du match avec nos actions, donc forcément, j’ai revu quelques images. Je ne vais pas trop parler de mon match parce que j’ai quand même eu pas mal de messages après la rencontre où on me disait que ce que je venais de faire était quand même pas trop mauvais. Aujourd’hui, après un match, j’arrive à me juger moi-même, je suis le plus honnête avec mes propres performances. Je suis surtout content de la performance de l’équipe. Je suis fier d’avoir vu des gars comme ça sur le terrain pendant 90 minutes. L’état d’esprit a été assez remarquable et je pense que pas mal d’équipes devraient s’en inspirer pour atteindre leurs objectifs. Le plus important, c’est ça : l’image qu’on a renvoyée en tant qu’équipe.


Ta situation reste paradoxale. Au départ, avec la sélection, Luc Holtz t’a souvent utilisé au milieu alors que tu étais défenseur central à Metz. Désormais, tu dépannes dans l’axe en défense, alors que tu as été transformé en récupérateur en club. Comment tu arrives à jongler avec ces deux postes ?
Luc Holtz m’avait envoyé un texto il y a deux-trois semaines pour me dire qu’avec les absents et les suspendus, il y aurait des chances que je retrouve ce poste de défenseur central. En sélection, j’avais déjà dépanné dans cette position, à Metz, moins. J’ai l’habitude d’être dans ce rôle parfois à l’entraînement, donc je suis toujours prêt à pouvoir passer derrière, même en plein match. Ce qui était différent avec ce match contre la France, c’est que je n’avais jamais joué en défense centrale face à des attaquants de ce calibre, donc je me posais forcément quelques questions. Après, je pense que j’ai toujours été meilleur en tant que récupérateur par le passé. C’est deux postes d’axe, qui se ressemblent quand même un petit peu, même s'il y a plus de pressing au milieu et que derrière, tu es plus dans la gestion de la profondeur.

Je suis fier d’avoir vu des gars comme ça sur le terrain pendant 90 minutes. L’état d’esprit a été assez remarquable et je pense que pas mal d’équipes devraient s'inspirer du Luxembourg pour atteindre leurs objectifs.

Dans ton parcours, il y a avant tout ton enfance au Luxembourg, à Wiltz. Qu’est-ce que tu en retiens ?
Je suis né à Wiltz, mais j’ai surtout grandi dans un village à côté, dans le nord du Luxembourg. Après, ville, ici, ce n’est pas 50 000 habitants, c’est aux alentours de 10 000. (Rires) Comme pas mal de joueurs de la sélection actuelle, je viens du Nord, ce qui est une vraie différence par rapport au passé. Avant, l’équipe nationale était quasi intégralement constituée de joueurs évoluant dans les clubs du sud du pays. J’ai commencé dans un petit club, Harlange-Tarchamps, où j’ai fait ma pré-formation. J’étais en sélection U13, donc il fallait que je passe un cap pour grandir : je suis parti à Ettelbrück. Et, six mois plus tard, le FC Metz m’a repéré et j’ai signé là-bas. Je joue au foot depuis tout petit au milieu d’un socle familial très important pour moi. Aujourd’hui encore, j’ai gardé beaucoup de contacts dans ma région de naissance. Mes repères sont là-bas.

Au point d’y retourner souvent le week-end voir des matchs, non ?
J’habite toujours dans le village de mon premier club, donc c’est assez sympa d’aller les voir le dimanche, oui. C’est quelque chose qui me permet de retrouver un contexte complètement différent de celui que je connais habituellement. Les gens sont différents, il y a une autre approche du foot, ça fait du bien.

Tu es arrivé à Metz en 2007, tu as aujourd’hui 23 ans, mais on a l’impression que tu n’arrives pas à décrocher cette étiquette de petit jeune, d'espoir du club. C’est quelque chose que tu aimerais bien arracher ?
C’est surtout l’étiquette du joueur formé au club en fait, même si je pense que c’est le même problème dans tous les clubs. C’est quelque chose que l’on garde jusqu’au moment où l’on quitte le club formateur. Aujourd’hui, je pense que c’est plus difficile pour les joueurs formés dans les clubs de faire leur trou en équipe première. On est souvent considérés comme les petits jeunes, même si je pense qu’avec Hinschberger, mon statut a un peu évolué. Quand j’étais avec Albert Cartier il y a quelques années, j’avais cette étiquette et elle est difficile à enlever. On va dire que quand un joueur arrive d’ailleurs, il a forcément une autre considération que les joueurs formés au club, mais c’est logique. C’est aussi ça la problématique.


Tu as besoin – et envie – d’enchaîner depuis plusieurs saisons maintenant. Cet été encore, il a été question de départ, mais tu as prolongé ton contrat en août. Qu’est-ce qui t’a convaincu ?
Je me suis posé pas mal de questions pendant le mercato, dont une principale : est-ce qu’il fallait que j’aille essayer autre chose ? L’année dernière, j’ai fait une dizaine de matchs de Ligue 1, ce qui n’est pas suffisant à un âge où je dois désormais jouer régulièrement. J’ai démarré la préparation en attendant de voir comment les choses allaient évoluer, et les dirigeants m’ont dit qu’ils étaient contents de ce que j’avais montré. On m’a tendu la main pour continuer cette aventure, alors que je n’étais pas parti pour. Après, il fallait aussi se demander si j’aurais la possibilité de retrouver quelque chose à niveau équivalent, en Ligue 1, et avec les matchs que j’avais fait l’année dernière, ça me paraissait compliqué. Les discours ont changé, l’approche aussi, la suite, c’est l’avenir qui parlera.


Tu as notamment été sifflé la saison dernière contre Dijon. Ça t’a touché d’être pointé du doigt ?
Sur le moment, je n’ai pas compris pour une raison simple : je n’ai jamais parlé en mal contre le club. En plus, je suis formé au club, donc en général, on ne se fait pas siffler par les supporters dans ces cas-là. Naturellement, ça m’a touché, et ça a aussi été l’une des raisons qui m’ont poussé à me poser la question d’un départ. Je ne pense pas que je méritais ces sifflets parce que je suis rentré dans une équipe qui ne tournait pas super bien et qu’on a commencé à prendre des points. Même aujourd’hui, je n’ai pas de réponses.

C’est dur d’évoluer dans une équipe qui subit en permanence, que ce soit à Metz ou avec le Luxembourg ? Tu arrives à t’épanouir dans ce football-là ?
J’ai grandi dans un football comme ça, même avec les équipes de jeunes du Luxembourg, ça se passait comme ça. J’ai connu un football différent quand j’ai été prêté en Allemagne, en troisième division, au SC Preuẞen Münster (durant la saison 2015-2016, ndlr). Là-bas, on jouait, on dominait nos adversaires, on avait le ballon, ça me permettait de mettre en valeur ma qualité de passes, de relances. Entre-temps, j’ai aussi appris à être plus costaud dans les duels, ce qui a longtemps été mon principal défaut. Je devais apprendre à être plus méchant. Je sais que je serais plus à l’aise dans une équipe qui a la possession, mais aujourd’hui, je suis à Metz et je suis international luxembourgeois, donc il faut que je m’intègre à ce contexte.

« J’ai connu un football différent quand j’ai été prêté en Allemagne, en troisième division, au SC Preuẞen Münster. Là-bas, on jouait, on dominait nos adversaires, on avait le ballon, ça me permettait de mettre en valeur ma qualité de passes, de relances. »

Tu as la réputation d’être un mec qui s’intéresse beaucoup aux questions tactiques.
En équipe nationale, comme on a tous été formés à travailler autour d’une approche défensive, j’ai appris à travailler mon analyse, ma lecture du jeu. C’est arrivé rapidement dans ma vie. Je trouve que c’est important, et le match de dimanche dernier en est la preuve : une équipe comme nous, avec largement moins de qualités que l’équipe de France, a réussi à faire un résultat. On avait un vrai plan de jeu, on l’a respecté et dans ce cas-là, tu peux faire quelque chose, même contre les plus grands. Alors oui, de mon côté, je m’y intéresse, notamment au packing, qui est le nombre de joueurs que tu peux éliminer par une passe. J’aime bien être là-dedans.


Dans ce rôle-là, un joueur comme Eric Dier évolue, lui aussi, parfois en défense, parfois au milieu. Tu prends exemple sur lui ?
Je dis souvent que c’est l’un de mes joueurs préférés, et pas mal de personnes ne comprennent pas d’ailleurs. (Rires) Tout simplement car même s’il évolue en équipe d’Angleterre ou à Tottenham, Dier n’est pas un joueur qu’on remarque. Les joueurs les plus importants d’une équipe ne sont pas forcément ceux que l’on voit le plus. Au haut niveau, on a aussi des mecs comme Busquets, Kroos, mais aussi beaucoup d’autres, des joueurs qui ne se font pas remarquer par un passement de jambes ou un sombrero.


Tu es quelqu’un qui avale pas mal de matchs du coup ?
Oui, j’aime bien regarder des matchs d’un peu tous les championnats. Il y a tellement d’approches différentes que ça permet d’apprendre énormément sur le foot en général. En Ligue des champions, une fois la phase de poules passée, on voit que la différence se fait principalement à ce niveau-là. Au Luxembourg, on a un sélectionneur qui est très fort là-dessus et c’est aussi pour ça qu’on progresse.

Philippe Hinschberger t’a reparlé tactiquement de ton match contre la France ?
On se s’est pas revu beaucoup depuis mon retour à Metz, mais il m’a félicité, oui. Après, il m’a aussi fait comprendre qu’il fallait garder les pieds sur terre et se remettre rapidement au boulot. C’est aussi une bonne approche même s’il faut qu’on savoure ce qu’on vient de faire. Lui, il était surtout dans la préparation de ce match contre le PSG.

« Je dis souvent qu'Eric Dier est l’un de mes joueurs préférés et pas mal de personnes ne comprennent pas d’ailleurs. »

Là, tu vas retrouver Kylian Mbappé contre qui tu as joué à Toulouse. Qu’est-ce qu’il a de différent ?
Je sais pas... J’ai l’impression que même contre un bloc aussi défensif que le nôtre, il arrive à trouver des solutions. On l’a vu sur toutes les actions françaises quand il était sur le terrain, et sa sortie nous a soulagés, vraiment. À un moment donné, il reçoit un ballon de la gauche, il remet en première intention sur Griezmann qui lui remet derrière... C’est ça, Mbappé : un joueur qui voit plus vite, plus loin que les autres. C’est dur à anticiper, à contrer, c’est vraiment le joueur plus, car même avec une grande vitesse, il garde une grosse lucidité.

Tu avais peur de l’affronter ?
Non ! Quand tu es sur le terrain, tu ne peux pas être bluffé par un adversaire. J’ai beaucoup de respect pour ce genre de joueurs, mais il ne me fait pas peur.

Quand on n’a pas l’habitude de jouer contre des joueurs comme ça, il n’y a pas de risque d’être dans la peau d’un spectateur ?
C’est surtout une question pour certains de mes coéquipiers de sélection. Il y a de nombreux gros joueurs en Ligue 1, mais les gars qui ont moins l’habitude ont justement bien réagi là-dessus. C’est ce que je leur ai dit après le match, je les respecte vraiment pour ça, car on est toujours curieux de voir ce qu’on peut donner face à de grands joueurs.



Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


vendredi 22 septembre EXCLU : 120€ offerts au lieu de 100€ pour miser chez France-Pari !
Hier à 10:40 Le fou sosie de Marek Hamšík 3
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
samedi 23 septembre Wayne Shaw suspendu deux mois pour avoir mangé une tarte 5 samedi 23 septembre Le jeune fils de Donald Trump rejoint DC United 11 samedi 23 septembre Ronaldinho sait toujours y faire 3 samedi 23 septembre Quand les Ultramarines enflamment Bordeaux 1 samedi 23 septembre Le récap de la #SOFOOTLIGUE 2 vendredi 22 septembre Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 8 vendredi 22 septembre Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 33 vendredi 22 septembre Le but fou d'Enzo Pérez 13 vendredi 22 septembre Le magnifique loupé en D1 roumaine 2 jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 102 jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon 2 jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 23 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 17 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22
À lire ensuite
Drax, c’est l’heure !