1. // Rugby
  2. // Tampon!
  3. // Entretien

Philippe Etchebest : « Il fallait impressionner, mettre un gros tampon d’entrée »

Le chef du Quatrième Mur à Bordeaux est de retour ce mercredi soir pour la huitième saison de Top Chef sur M6. Sauveur de restaurants au bord de la faillite dans Cauchemar en cuisine, il a d’abord donné de la voix et du physique comme trois-quarts centre du côté de Bordeaux-Bègles, dans les années 80.

Modififié
Il paraît que vous suivez encore le rugby à la télé.
Oui, c’est ce que je regarde le plus. J’aime ça ! Je suis beaucoup l’UBB, forcément. C’est mon équipe de cœur, j’y ai joué quelques années. Le seul moment où je suis un peu tranquille, c’est souvent le samedi après-midi. Si je ne vais pas à Chaban-Delmas, je me pose deux heures devant la télé avec mon fiston et on regarde les matchs. Et l’évolution est incroyable par rapport à l’époque où j’ai joué.

Enfant, vous aviez des idoles ?
Je me rappelle à l’époque avoir vu un quart de finale de championnat de France. Toulouse devait jouer contre Brive ou Bagnères, je ne sais plus. Je suis allé dans les vestiaires et j’ai vu Jean-Pierre Rives et Jean-Claude Skréla. Je les regardais souvent à la télé pendant le Tournoi des Cinq nations, ça m’avait vraiment touché. C’était incroyable.

Quand est-ce que vous avez commencé à jouer ?
C’était à Villeneuve-sur-Lot, où mes parents vivaient à l’époque. J’avais neuf ans. Au départ, je faisais du judo, mais j’avais changé de club et ça me plaisait moins. Mon père m’a proposé le rugby, j’ai dit pourquoi pas. J’aimais le contact, donc ça m’a plu. C’est vrai qu’à l’époque, à Villeneuve-sur-Lot, c’était plutôt le rugby à XIII qui était à l’honneur. Mais je préférais le XV.

On dit que vous étiez un ailier rapide...
(Il coupe) Je suis trois-quarts centre de formation. J’ai toujours joué au centre, sauf en première division (en 1986-1987, ndlr), où j’ai été collé à l’aile.

On vous cite : « Je me faisais respecter : mon premier plaquage arrivait toujours deux secondes en retard, histoire de faire mal. »
C’est vrai. Ce qui était important lorsqu'on jouait, c’était le premier impact. Il fallait impressionner l’adversaire, mettre un gros tampon d’entrée pour ne pas qu’il revienne. Parfois, c’est vrai qu’il y avait un petit décalage d’une ou deux secondes, mais c’était ma marque de fabrique (rires). J’étais assez physique et je jouais beaucoup avec ça.

Entretien disponible aussi dans le nouveau numéro de Tampon ! en kiosques dès ce jeudi

Adolescent, vous hésitiez entre sport-études et la cuisine, vous avez finalement opté pour la restauration, « par facilité » . Pourquoi?
Mes parents étaient restaurateurs, je me suis fait une raison. Par rapport aux blessures, le rugby, ça pouvait être aussi un peu contraignant. La raison m’a fait pencher pour la cuisine. C’était la facilité, je baignais dedans depuis mon plus jeune âge. C’était le bon choix et ça ne m’a pas empêché – parce que j’en avais la volonté – de continuer une carrière sportive à côté avec la boxe (il a été champion amateur de Midi-Pyrénées chez les mi-lourds, ndlr). Si c’était à refaire, je prendrais la même décision.

À quoi ressemblait la vie d’un rugbyman amateur?
Le rugby était surtout pour moi un moment de partage avec les copains. Se donner, se dépasser, mouiller le maillot, se faire mal et puis cette notion de partage est toujours importante. À l’époque, c’est vrai qu’on prenait peut-être les choses un peu moins au sérieux parce que je le répète, aujourd’hui rugbyman est un métier. C’est très différent. Pour moi, c’était un complément, un moyen de me défouler et m’amuser. J’ai revu quelques compagnons de combat et on a beaucoup de plaisir à se remémorer cette période. Il y a beaucoup de très, très bons souvenirs. Le rugby était un moyen de trouver mon équilibre.

Vous gardez quelques souvenirs marquants de vos quinze ans passés sur un terrain?
Avec les Reichel, on était allés en finale de la Coupe de France et en demi-finales du championnat. On avait perdu contre Béziers et je m’étais pété l’acromion. À l’époque, on avait encore plus ou moins le droit d’effectuer des plaquages en hauteur. Un adversaire m’a fauché en pleine extension et je suis tombé sur l’épaule. Après, forcément, j’ai des souvenirs de ma saison en première division. Le plus beau, c’était contre Tarbes, à l’époque de Philippe Dintrans. J’adorais le voir jouer, il avait des percussions incroyables. Après un dégagement merdeux de mon arrière, je me retrouve seul face à lui et à ma ligne d’essai. Il arrive comme un boulet, et là, je me dis : « Si je ne le plaque pas, je ne joue pas le prochain match. » Je l’ai pris, soulevé et retourné. J’étais fier ! Je me suis baissé, l'ai pris aux chevilles. J'étais fier d’avoir arrêté mon idole. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de le revoir et je lui en ai parlé. Lui ne s’en souvenait pas, mais moi, je m’en rappelais très bien.

Ce côté leader que vous dégagez dans vos restaurants ou vos émissions, vous le devez rugby ?
Il y a beaucoup de similitudes avec mon métier de cuisinier. C’est un travail d’équipe. J’ai toujours ramené les valeurs du rugby : l’entraide, le partage, la cohésion, la communication... quand je jouais, quand j’étais gamin aussi, cette entraide était importante. Quand un copain était en difficulté, il fallait aller au soutien, communiquer. C’est vrai que je parlais beaucoup sur le terrain, enfin ce n’était pas pour ne rien dire, mais toujours dans le but de créer un lien avec le collègue.

Vous aimez vous lancer des défis. Rugby, boxe, télévision, musique, vous sortez sans cesse de votre zone de confort. Même votre carte de restaurant change sans cesse.
Elle change chaque semaine, parce que je suis un fou, c’est tout ! Vous avez raison, vous parlez de zone de confort et j’en parle souvent. Elle est dangereuse et ne devrait pas exister. Si on est dans la zone de confort, c’est qu’il y a un problème. Ça veut dire qu’on peut aller encore plus loin. C’est toujours par souci de dépassement de soi. C’est mon quotidien, aller plus loin, progresser. Ça peut être difficile, mais même mes collaborateurs aujourd’hui, je pense qu’ils apprécient ça. Ça évite la monotonie, la routine, le quotidien qui est souvent barbant, chiant. Là, il n’y en a pas. Il n’y a pas le temps d’en avoir. Finalement, ce que j’ai toujours fait à travers mon travail, c’est comme un entraînement de sportif. On s’entraîne pour être performant et quand vous avez l’habitude de changer, de vous renouveler régulièrement, ça devient un exercice qui devient facile et qui permet justement d’aller plus loin, mais pour ça, il faut toujours garder cette idée de performance et d’évolution. Tout ce que je touche, tout ce que je fais, j’essaie de bien le faire. C’est pour ça que je dis que je ne suis passionné de rien, mais que j’aime tout. Tout ce que je fais, je le fais à fond. Dans mon métier c’est vrai que beaucoup de mes confrères disent : « Il faut faire plaisir aux gens qui viennent » , moi je ne tiens pas ce discours : « Les gars, faites-vous plaisir d’abord, il sera communicatif, mais si au fond de vous-mêmes, vous n’avez pas cette notion de plaisir, ça ne peut pas marcher. » Ça fonctionne quel que soit le secteur d’activité. Je suis en plein dans la batterie en ce moment, je travaille beaucoup. Je passe une heure par jour à faire des exercices pour progresser. C’est dur, mais je me régale à le faire, et la satisfaction est d’autant plus grande que l’exercice est difficile.

Vous avez l’impression qu’on vous caricature souvent ?
Je ne crois pas finalement. Quand je parle avec les gens, il y a toujours cette notion d’empathie. Les gens voient bien que je suis bienveillant. Certains me caricatureront toujours comme un chef gueulard, mais la grande majorité parle de bienveillance et c’est très bien. Je suis dur, mais j’essaie d’être juste. Je suis dur avec moi-même, donc je peux me permettre de l’être avec les autres. C’est toujours pour le bien des gens, toujours justifié. Mon expérience peut servir aux autres. Ce que certains vivent à travers Cauchemar en cuisine, j’ai dû y faire face et je l’ai surmonté. J’essaie d’apporter des solutions aux gens pour qu’ils s’en sortent. C’est mon objectif.

Bernard Laporte a joué juste après vous à Bègles-Bordeaux. Que pensez-vous de son arrivée à la tête de la FFR ?
C’est une bonne chose. Bernard Laporte a prouvé qu’il sait réussir, que ce soit à Toulon et au Stade français. Son parcours d’entraîneur est très intéressant. S’il arrive à appliquer ses méthodes d’entraîneur à la présidence de la FFR, ça ne peut être que bien.

Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Marty_Nick Niveau : DHR
Mettre un tampon d'entrée, se présenter quoi : https://www.youtube.com/watch?v=pIunWJn8EZM
L'UBB a toujours collectionné les poètes après lui on a eu droit à la tortue béglaise avec notamment Simon, Moscato et Laporte !
Désormais, ils font dans la vraie poésie avec Serin.
Emile Louis la tournante Niveau : CFA2
putain je lavais entendu au moscato show, des barres de rires !!!
1 réponse à ce commentaire.
Enfin, Laporte comme dirigeant, c'est pas bien fameux. Au Stade Français c'était pas ça, a Bayonne il a presque coulé le club a lui tout seul. D'ailleurs on attend encore Byron Kelleher sur les bords de la Nive...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 6
Mouais, Etchebest, mof...

Je déconne, j'aime beaucoup ce bonhomme-là, même s'il commence à être un peu trop surexposé médiatiquement. Ce type a des ressources phénoménales, un Rabelaisien rustique, un ogre sensible.

Je suis comme une midinette devant ses émissions, surtout Top Chef qui s'est bien recentré sur la cuisine après quelques saisons assez décevantes. Cauchemar en cuisine, je peste en permanence devant ce programme beaucoup trop scripté, mais je n'en rate aucun. J'ai même chialé plusieurs fois devant. "J'ai déjà pleuré devant des mélodrames de quat'sous" disait Flaubert.

Bref, désolé de me répandre encore, mais la cuisine est quelque chose qui me touche particulièrement. C'est l'une des façons les plus pures, les plus sincères de déclarer son amour aux autres. En les nourrissant tout en les faisant voyager.

Un homme que j'admire plus que tout pour sa manière d'appréhender et de transmettre la cuisine, c'est Pierre Gagnaire. Lui je pourrais l'écouter pendant des heures.
Lehibou15 Niveau : CFA2
Je t'ai mis +1 mais j'aurais mis plus +1000 si j'avais pu tant je partage ton avis de bout en bout ! En vrac : j'aime beaucoup le bonhomme et ses émissions (je te rejoins sur le regain de qualité de Top Chef), la cuisine est un art formidable pour communiquer ses sentiments et Pierre Gagnaire est génial ! ^^ Dans un style différent j'aime bien Philippe Conticini aussi.
Lehibou15 Niveau : CFA2
Par ailleurs, j'avais été transporté par le Ratatouille de Pixar qui retransmettait bien ces sensations je trouve.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 3
Ah oui, Conticini est formidable !

J'ai beaucoup aimé Ratatouille, et d'une façon générale j'aime bien les films qui abordent la cuisine. Dans Les Affranchis, il y a une scène où les vieux pontes de la mafia se retrouvent en prison et préparent les pastas. Le détail qui tue, c'est qu'ils coupent leur ail avec une lame de rasoir, des lamelles hyper fines, quasi transparentes, pour qu'elles fondent et imprègnent la sauce tomate.

Bah ça m'avait presque donné goût à la taule ces conneries.
Jeune quille Niveau : CFA
Note : 1
Je me rappelle de cette scène. Le fantasme américain de la cuisine à l'italienne ?

Est-ce que c'est pas d'aileurs un clin d’œil à la préparation des boulettes lors de la veillée d'arme de Mike Corleone dans le Parrain ?

https://www.youtube.com/watch?v=jh13Xd2loto

Qui d'ailleurs résume bien ce qu'on pense de ce connard de Santino : "Cut the crap" ? Quelle baltringue.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Ah les meatballs de Clemenza !

Par contre je te trouve dur avec Santino. Baltringue serait plus approprié pour Fredo, non ? Santi, c'est un chien fou, un capo qui s'est cru parrain.

Sinon je vous recommande un film japonais formidablement déviant sur la bouffe : "Tampopo" d'Itami (avec Ken Watanabe). Un film qui a été vendu comme le premier "western nouille" (pour vanner le western spaghetti).
Un film drôlissime et génialement tordu.
Jeune quille Niveau : CFA
Je suis dur avec Santino parce que je me suis rendu compte lors de la retransmission récente sur Arte que c'était la seule mort du film qui me soulageait, alors que les autres sont dramatiques. Mais baltringue c'est trop dur, c'est son évident complexe d'infériorité qui me fait dire ça. Kapo c'est pas mal.

Je recommande la bande annonce non sous-titrée du film d'Alegria :
http://www.allocine.fr/video/player_gen … =2857.html

Le problème avec les films asiatiques, c'est que je sais jamais si les mecs sont culturellement super chelous ou si c'est du second degré. Résultat difficile de dire si je mate un nanard ou un chef-d'oeuvre..
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Bah, c'est comme avec la comédie cantonaise, il faut savoir faire le grand écart culturel. Concernant Tampopo, s'il fallait lui trouver des correspondances européennes, je dirais qu'on est plus proche de Fellini ou Ferreri que de Dani Boon.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Tamponpon !
8 réponses à ce commentaire.
Les valeurs du rugby, l'exigence de la cuisine et le combat su le ring correspondent bien au personnage. Quand on viens du Sud-Ouest et que l'on est MOF ont a une belle et grande identité. A ce Philippe J'ai envie de le respecter. Bonne continuation. A l'occase pour un magret...
Claude_Corti Niveau : DHR
Il est génial ce magazine TAMPON, espérons que ça continue !
TheDoctor Niveau : CFA2
Tiens un article qui parle de rugby, de bordelais, et d'un type qui m'a bousillé pas mal de soirée avec ces émissions à la *** en lieu et place à un bon match... Next
Ce bonhomme est quand même admirable dans sa capacité à aller au bout des choses et réussir dans ce qu'il fait.

En revanche, il paraît qu'il n'est pas très sympa en vrai, en cuisine tout du moins. Une connaissance d'un cousin (qui a vu l'ours) avait bossé avec lui et aurait pu renouveler son contrat, mais ne l'a pas fait à cause de ça.

Cela dit, il paraît que c'est assez commun dans les cuisines des grands resto ça.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 1
C'est hyper martial une cuisine de grand resto. Tu bosses constamment sous pression. Certains le vivent très mal, ça bousille leur rapport à la cuisine.

Moi qui suis trèèèès lent (je peux passer 30 minutes juste pour éplucher quelques légumes, parce que j'y prend un plaisir fou, ôter la peau, creuser la chair, récupérer mes fanes et épluchures pour faire un petit bouillon...), dès que j'invite plus de 4 personnes chez moi, je prends beaucoup moins de plaisir à cuisiner (à moins de faire un bon gros plat mijoté des familles, mais si je veux sortir quelque chose de fin, une assiette précise et correctement dressé, c'est la panique - ne serait-ce que pour maintenir tous les éléments au chaud).

En tout cas la cuisine est pour moi un art majeur, bien que l'oeuvre soit destinée à être ingurgitée puis - n'ayons pas peur de le dire - chiée.
Les alchimies formidables qu'on peut convoquer par les saveurs, les textures ; la profondeur des voyages aromatiques, l'émotion d'une belle collision entre des produits étrangers qui parviennent à s'accorder...

Grande puissance alchimique de la cuisine.
tu dois être chelou comme pote sérieux !
2 réponses à ce commentaire.
J'adore le personnage ! Mais il est où le rapport avec le foot dans cet article ?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
C'est plus un article de Tampon ! que de So Foot.

Mais c'est pas bien grave, non ? Pour une fois qu'on peut causer culinarium !
1 réponse à ce commentaire.
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 4
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)