Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Swansea/Arsenal

Peut-on encore se moquer d'Arsenal ?

Il y a les faits, répétés à maintes et maintes reprises : les Gunners n'ont rien gagné depuis cette Cup en 2005. Et une réalité plus récente : depuis le début de saison et une régularité retrouvée, les Gunners semblent sur le retour. Au point d'aborder cette 6e journée en tête de Premier League. D'où une question : peut-on encore se moquer d'Arsenal ?

Modififié
« C'est évident que les supporters de toutes les autres grosses équipes se sont bien marrés quand ils ont vu Arsenal ne rien gagner encore et encore ces dernières saisons. » Max Rushden, animateur principal de Soccer AM, le talk-show hebdomadaire de Sky Sports, le sait bien, ces dernières saisons, les Gunners étaient avant tout de bons clients. Mais ça, c'était avant : « Aujourd'hui, on ne peut plus se moquer d'une équipe qui gagne. Et même, au-delà des simples résultats, la venue d'Özil a fermé pas mal de bouches. » Et oui, c'est peu dire que le scénario fou du transfert d'Özil couplé à quelques bons résultats a renversé la perspective et donné une toute autre allure à la saison à venir du côté de l'Emirates. Très rapidement. Comme souvent dans le football. Comme très souvent avec Arsenal. Cette impression qu'à l'aide d'un rien, une inspiration de Ramsey par exemple, la réalité d'un jour peut être la plus heureuse. Celle d'une équipe enfin récompensée pour sa qualité de jeu et son travail sur le long terme, et qu'à cause d'un rien, une bourde de Koscielny ou de Mertesacker, la réalité d'un jour peut tourner au désastre, celle d'une équipe renvoyée à ses limites, ses doutes, ses vieux débats et ses démons.

4e tous les ans

Si on peut se moquer d'une équipe qui répète inlassablement les mêmes erreurs, « on ne peut finalement que respecter une équipe qui paraît souvent en difficulté et termine néanmoins 4e chaque année. L'an passé, les Spurs étaient meilleurs, plus spectaculaires, Bale jouait son meilleur football, ils ont réalisé la meilleure saison de leur histoire et ils ont fini 5es. Comme quoi... » , explique Ben Lyttleton, journaliste au Guardian, qui ajoute : « Finir 4e, ce n'est pas un trophée, mais aujourd'hui, c'est plus important qu'un trophée. C'est un discours un peu déprimant qui colle bien à la réalité du football moderne. Je ne dirai pas la même chose pour Wigan. À choisir, les supporters garderaient sans aucun doute la Cup avec la descente plutôt qu'un maintien en Premier League. Mais pour Arsenal, terminer dans les quatre premiers était le plus important ces dernières saisons. Ils l'ont fait et inspirent le respect. » Une façon de dire qu'ils ont parfaitement géré leurs périodes creuses (dues, entre autres, à la construction de l'Emirates) depuis plusieurs années. Pour ce faire, les Gunners se sont repliés sur leurs acquis : un fonds de jeu qui a la peau dure. « Ils ont une vraie philosophie et les Anglais respectent beaucoup le travail d'Arsène Wenger. Mine de rien, les autres membres du Big Five essaient de faire la même chose, à savoir construire sur le long terme, sans forcément y arriver : les Spurs ont un projet depuis un an et l'arrivée de Villas-Boas, Chelsea change de ligne directrice tous les ans, City redémarre un nouveau cycle » , précise Ben Lyttleton. Sans compter qu'Arsenal est la meilleure équipe de l'année 2013 sur le plan statistique.

Bendtner & Sanogo


Soit, mais alors qu'est-ce qu'il manque aux Gunners ? Özil étant un milieu de terrain, et le milieu de terrain étant le point fort de cet effectif, l'équipe présente toujours les mêmes caractéristiques : une défense irrégulière et une absence de buteur fiable que ce mercato estival n'a pas pu combler. Des manques qui rappellent la vraie faiblesse d'Arsenal : la cellule de recrutement. « Pendant longtemps Arsène Wenger et David Dean - qui connaissait parfaitement le football - finalisaient les deals eux-mêmes. David Dean est parti en 2007 et plus personne n'a aujourd'hui son expérience dans le board des Gunners. Alors ils continuent d'identifier les joueurs, mais n'arrivent plus à les avoir. Ce n'est pas la faute d'Arsène Wenger » , rappelle Ben Lyttleton. Des joueurs identifiés comme Higuaín qui s'éclate aujourd'hui avec Naples. « Et si Giroud se blesse, se demande le journaliste du Guardian, ils vont jouer avec qui en pointe ? » Bendtner ou Sanogo... Comme quoi, au fond, Arsenal sera toujours là pour nous faire rire.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68
À lire ensuite
Les Angevins bien au chaud