En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Peut-on encore croire en Januzaj ?

Après des débuts précoces et prometteurs avec Manchester United, Adnan Januzaj peine à confirmer ces dernières années. Et a choisi de quitter son club formateur pour (re)montrer son talent à la Real Sociedad.

Modififié
Peu se souviennent de son tout premier but, non officiel, avec l’équipe première de Manchester United. Professionnel depuis peu, Adnan Januzaj participe à la tournée de pré-saison de juillet et se distingue contre Kitchee par un bon coup de casque qui termine au fond des filets.

Vidéo

Trois mois plus tard, le voilà qui récidive. Dans une rencontre officielle cette fois, et de manière encore plus esthétique. Titularisé pour la première fois en Premier League, le Belge sort MU, alors mené 1-0, d’une situation galère grâce à deux gifles du pied gauche. Lui et son équipe s’imposent 2-1. Januzaj est né.

Vidéo

Diamant à polir


La période date de 2013. Une éternité. À l’époque, Januzaj a 18 ans et vient d’être nommé joueur de l’année du club en espoir. Il faut dire que le petit bonhomme a brillé depuis son arrivée au centre de formation en 2013. «  Il a impressionné tout le monde dès son premier entraînement, se souvient Charni Ekangamene, lui aussi chez les jeunes de United durant cette période et qui considère Januzaj comme son frère. Il a directement montré toute l’étendue de son talent. Il était toujours, toujours au-dessus de nous, à un niveau beaucoup plus haut. C’était clairement le meilleur de l’équipe. Tu savais qu’il ne resterait pas très longtemps en réserve. C’est toujours comme ça, chez les jeunes : tu regardes, tu juges un peu... Là, tout le monde était unanime pour dire qu’il était largement plus fort. »


Plus que par ses buts ou ses passements de jambes, le natif de Bruxelles se distingue par une maturité footballistique étonnante. «  Ce qui frappait, c’était son intelligence de jeu. Il pensait dix fois plus rapidement que les autres joueurs, admire encore son ami. Il te mettait des passes en profondeur... Personne n’arrivait à l’imiter.  » Alors forcément, Sir Alex Ferguson, qui vient voir tous les matchs des jeunes à domicile, ne met pas longtemps à s’intéresser au gamin. Avant de prendre sa retraite, il glisse le nom de ce diamant à polir à David Moyes, son successeur. Lequel lui donnera 27 matchs de championnat, dont quinze titularisations (avec l’aide de Ryan Giggs, qui prendra sa place en cours de saison). Le temps de marquer quatre fois, d’adresser trois passes décisives et de s’ouvrir les portes de la sélection du Plat Pays.

Laisser le temps au temps


Oui, mais voilà : depuis ce cru 2013-2014, Januzaj n’a jamais réussi à retrouver ce visage si séduisant. Louis van Gaal lui fait d’abord beaucoup moins confiance (sept titularisations en 2014-2015) et ses prêts au Borussia Dortmund (159 minutes de jeu en Bundesliga) et à Sunderland (un pion) sont loin, très loin d’être convaincants. Dans un sondage proposé par le Sunderland Echo, 52% des mille supporters sondés lui adressent la note de 1/10 pour sa saison ratée (ils sont 14% à être plus conciliants et à monter la note à plus de 5). Alors, c’est quoi le problème ? Le jeune homme de 22 ans aurait-il connu la lumière trop vite, amplifiant les attentes et la pression à son encontre ? Sûrement. Aurait-il quelques problèmes d’ordre social avec ses entraîneurs ou ses partenaires ? «  Non, ce n’est pas le genre d’Adnan, ça, assure Ekangamene. Moi, je ne l’ai jamais vu se disputer avec un entraîneur. Ce n’est pas un gars à embrouilles. Il s’entend toujours très bien avec les coachs. Il reste très calme, très sympa, au service de tout le monde et toujours à l’écoute. »


Pour le milieu de terrain qui joue aujourd’hui au Beerschot Wilrijk (deuxième division belge), le souci serait autre : « Il n’a pas eu beaucoup de chance, il n’a pas pu travailler sur la durée avec un entraîneur. Sauf que quand il est en confiance et dans sa zone de confort, il casse tout ! Il ne faut pas oublier qu’il a 22 ans. Et quoi que peuvent dire les médias, il est heureux. Il ne doute absolument pas. S’il ne crève pas l’écran aujourd’hui, ça arrivera un peu plus tard, ne vous inquiétez pas. » À la Real Sociedad par exemple, où il a signé cinq ans et par lequel il a été acheté environ dix millions d’euros ?



Par Florian Cadu Propos recueillis par FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 jeudi 22 février Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs