En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // JO 2012
  2. // Présentation
  3. // Groupe B
  4. //

Petits suisses ou Flamby ?

Les petits Suisses avaient tout pour devenir grands pour cette olympiade londonienne. Mais des imbroglios entre clubs et fédérations ont considérablement affaibli la jeune sélection. De petits Suisses, les voici devenus Flanby.

Modififié
« Une seule fédération au monde n'a pas été capable de retenir ses meilleurs éléments pour les JO de Londres. Et c'est la Suisse. » Sepp Blatter ne coupe pas le peu de cheveux qu'il lui reste en quatre pour juger a priori la sélection de son pays natal, emmené par Pierluigi Tami. « Elle avait une formidable opportunité et aurait pu présenter une équipe vraiment compétitive pour les demi-finales. » Voici peut-être bien la seule phrase sensée de l'argentier du foot mondial depuis qu'il parle ballon rond.

Car oui, la Suisse pouvait nourrir de légitimes ambitions sur ce tournoi olympique londonien. Peu de spécialistes se seraient étouffés en entendant que les Helvètes se présentaient à Londres comme un des outsiders les plus sérieux du plateau. Derrière l'Espagne évidemment, la Grande-Bretagne, à domicile, et l'inévitable Brésil de Neymar. La Suisse, si elle n'est plus apparue dans la compétition olympique depuis les Jeux d'Amsterdam de 1928, comptait sur ses quelques récentes références chez les jeunes pour que les Français ne s'arrêtent plus à son simple accent d'une lenteur toujours aussi folle. Alors qu'on vantait tant que possible la nouvelle formation allemande, les Masia, voire les centres à la française, beaucoup oubliaient que sur l'échiquier européen, la sélection qui monte venait bel et bien du pays neutre. En 2009, rappelons que les moins de 17 ans avaient soulevé, en toute simplicité, la Coupe du monde. Deux ans plus tard, les Suisses s'étaient presque échoués sur la même place du podium, battus seulement par les Espagnols en finale de l'Euro Espoirs 2011.

Shaqiri, Xhaka, Berhami, confisqués


Mais alors pourquoi Sepp est-il colère ? Pourquoi la Fédération suisse a-t-elle pris son scud ? Tout simplement parce que, malgré les bonnes prédispositions de sa jeune garde, la fédé n'a pas réussi à emmener dans ses bagages ses cracks. Shaqiri, qui s'était amusé en Champions League avec Bâle, a préféré snober l'épreuve aux cinq anneaux pour être présent dès le début de la préparation estivale avec son nouveau club, le Bayern Munich (12,5 millions d'euros). Même son de cloche pour un autre « ancien » du club bâlois, Granit Xhaka. L'autre prodige suisse vient de signer en Allemagne à Mönchengladbach (8,5 millions d'euros). Rester au FC Bâle n'était de toute façon pas la condition de leur participation à l'épreuve londonienne. Valentin Stocker ou encore le gardien Yann Sommer n'ont pas été libérés par leur club. Valon Berhami, sélectionné, mais non libéré par la Fiorentina, a quant à lui signé pour le Napoli, qui n'est pas plus flexible que la Viola. Le secrétaire général de la Fédération suisse, sur les ondes du pays, se montrait fataliste : « L'accord du joueur ne suffit pas. Il faut l'accord du joueur, du directeur sportif, de l'entraîneur, même du président, peut-être même de l'agent, du frangin, du papa, etc. » Pierluigi Tami se veut plus philosophe et n'a, à vrai dire, pas le choix : « Bien sûr, tu aimerais prendre toujours les meilleurs joueurs. Mais qu'est-ce que ça veut dire "les meilleurs joueurs" : si un joueur, il ne peut pas venir libre dans sa tête et avec trop de soucis et ben, j'estime que ce n'est pas le meilleur joueur pour jouer le tournoi. »


Le tournoi olympique n'étant pas un tournoi protégé par la FIFA ou l'UEFA, les clubs ont en effet le loisir de libérer ou non leurs joueurs. Et en Suisse, la période de juillet correspond à la reprise du championnat domestique ainsi qu'aux premières joutes européennes. Pour un pays qui met le paquet sur sa jeunesse afin d'exister sur le plan européen, la période olympique est une véritable saignée pour ses clubs, qui, par ailleurs, ne s'estiment pas avoir été logés à la même enseigne, notamment par rapport aux éléments helvètes évoluant à l'étranger (Rodríguez de Wolfsburg ou Klose de Nüremberg arrivés plus tardivement au sein de la sélection). Dommage pour cette sélection à fort potentiel, renforcée par le portier de la Nati, Diego Benaglio, pour cette aventure anglaise. Lancement des hostilités la veille de la cérémonie d'ouverture, le 26 juillet, contre le Gabon. Suivront ensuite la Corée et les Sombreros.

Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 18
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7