1. //
  2. // 8es
  3. // Manchester United-Liverpool

Petits arrangements entre ennemis

C'est l'un des plus gros scandales du sport anglais. Le 2 avril 1915, Manchester United sauvait sa tête dans l'élite en battant Liverpool (2-0) à la stupéfaction d'Old Trafford. Car derrière la victoire se cachait un arrangement entre adversaires, amis et néo-parieurs. Le théâtre de la honte.

Modififié
208 11
C'est l'histoire d'une rencontre. D'une rencontre sportive et humaine. Un jour de fête entre voisins distants de seulement 55 kilomètres. À cette époque, le foot n'est pas encore un centre de haine. Bill Shankly n'a même pas deux ans, le hooliganisme n'existe pas encore, et le rideau de fer entre Liverpool et Manchester n'a pas encore été tiré. C'était il y a un siècle. Un jour d'avril 1915, un Vendredi saint où Old Trafford ne sait pas encore qu'il s'apprête à assister à l'un des plus gros scandales de l'histoire du sport mondial.

Nous sommes le 2 avril 1915, Manchester United reçoit Liverpool. 18 000 personnes se massent dans ce qui deviendra plus tard, selon la formule de Sir Bobby Charlton, le « Théâtre des Rêves » . Dans vingt-deux jours, l'enceinte doit accueillir la finale de la FA Cup qui verra Sheffield United balayer Chelsea (3-0). Mais aujourd'hui, United doit sauver sa tête face au Liverpool de Tom Watson dans un championnat où les joueurs de Manchester luttent avec Chelsea, Tottenham et Bolton pour ne pas descendre. Les règles sont claires : le dernier du championnat sera relégué.

Anderson, buteur contrarié


Tout le monde le sait, et tous les joueurs l'ont rapidement compris. La guerre a commencé, et la saison en cours pourrait bien être la dernière de leur vie. Le dernier but, le dernier sourire, le dernier exploit. Certains ont même déjà signé leur engagement avec l'armée britannique. Lors de l'été 1914, Manchester United a recruté le défenseur central Patrick O'Connell. Sur un coup de tête et une folie pour l'époque estimée à 10 000 livres. La tête brûlée irlandaise est une star à Manchester et deviendra même rapidement le premier capitaine étranger de l'histoire du club. Reste que quelques années plus tôt, O'Connell a été clair avec ses parents : « Je vous écris pour vous dire que je ne suis pas un traître. Les Anglais ont acheté le footballeur, pas mes convictions. (…) Je n'aime pas leurs manières, mais j'adore leur argent ! » Suite d'une enfance passée à Dublin, bercée dans les bras de parents nationalistes. De son côté, Liverpool a recruté quelques mois auparavant Jackie Sheldon à Manchester United. Le joueur de foot est un phénomène, mais aussi un homme avec des idées. Et des ficelles.


Car quelques jours avant la rencontre, Sheldon organise une réunion privée dans un pub de Manchester. Autour de la table, Thomas Fairfoul, Tom Miller, Bob Pursell, Sandy Turnbull, Arthur Whalley, Enoch West, Lawrence Cook, Fred Howard et donc Jackie Sheldon. Les trois premiers et Sheldon jouent pour Liverpool. Turnbull, Whalley et West sont des gars de United. Cook joue, lui, pour Chester et Howard pour City. Le tableau est posé, le deal fixé : United remportera la rencontre 2-0. Histoire de sauver le club de Manchester de la relégation et s'en mettre plein les poches. Car la victoire de Manchester United ce jour-là est cotée à 8 contre 1 chez les bookmakers. Le scénario est parfait, et le rendu assez incroyable. Car, pendant toute la rencontre, Old Trafford va gueuler sa colère face au spectacle proposé, une violente altercation va exploser dans le vestiaire à la mi-temps, et George Anderson, double buteur ce jour-là, va exposer son incompréhension et témoignera plus tard contre ses partenaires. Pire, l'attaquant de Liverpool Fred Pagnam sera pointé du doigt par certains coéquipiers après une frappe sur la barre en fin de match menaçant de détruire le scénario prévu. O'Connell, lui, balancera un penalty contre le poteau de corner, avouant en sortant du terrain que le match était truqué. Le camouflet est total.

« Ce fils de pute a gâché ma vie »


Car dès le lendemain, la Football League va ouvrir une enquête expliquant que la rencontre insulte « l'honnêteté et l'équité du jeu » . Patrick O'Connell balance huit joueurs qui seront ensuite suspendus à vie avant de partir dans les tranchées. Enoch West tentera même de se suicider deux fois avant d'être innocenté en 1945, avec cette formule au moment de l'annonce : « Ce fils de pute a gâché ma vie. Il savait que j’étais innocent, mais il lui fallait un coupable idéal pour se couvrir. » La réputation en Angleterre d'O'Connell n'est plus à faire, mais le scandale a déjà explosé, braquant les premières lumières sur le système des paris sportifs. Les sanctions seront prononcées à la fin du mois de décembre 1915. Le championnat d'Angleterre, lui, est suspendu pendant la durée de la guerre et ne reprendra que quatre ans plus tard. Sandy Turnbull sera tué durant cette période lors de la bataille d'Arras en 1917. L'histoire fera date et écrira l'une des pages les plus sombres de l'histoire du sport lors d'un scandale qui est encore comparé aujourd'hui à l'affaire des Black Sox, où huit membres des White Sox de Chicago furent bannis à vie des Ligues majeures de baseball après avoir été reconnus coupables d'avoir fait perdre leur équipe intentionnellement. La réglementation autour des sociétés de paris fut également resserrée malgré un nouveau scandale au début des années 60. Puis Liverpool est devenu grand, United un peu plus encore, et les amis d'hier sont devenus des ennemis intimes.

Par Maxime Brigand
Modifié

Note : 1
Sur la première photo on dirait bien une expérience du Dr Frankestein qui a encore mal tourné...
Damn it Franky !
Message posté par Die Roten
Sur la première photo on dirait bien une expérience du Dr Frankestein qui a encore mal tourné...
Damn it Franky !


Saloperie de n...
*frankenstein
Pas encore de hooliganisme? A voir, tout dépend de ce qu'on entend par là..
blue_army Niveau : CFA2
je me demande meme jusqu'a aujourd'hui si des matchs ne sont pas truqués pour le bonheurs des sites de paris sportifs
Intéressant de lire que c'était pas forcément mieux avant
Moi c'est pour ce genre d'articles que je vais sur sofoot. C'était tres intéressant et j'aurai appris qqch ajd.
Crème de prépuce Niveau : District
Quand on voit certains matchs de la dernière Coupe du monde... évidemment qu'il y a encore une flopée de matchs arrangés c'est certain, sans partir dans une quelconque théorie du complot hein. (et sans preuves, je l'avoue)
Je savais pas que Michel Denisot avait joué à Liverpool
L'Angleterre étant le berceau du football, il est normal que les premières dérives y aient eu lieu.

Difficile de lutter contre ces pratiques! Cent ans plus tard, on y est toujours pas parvenu.
Hölderlin Niveau : DHR
Note : 1
Les articles "Historique" les meilleurs de So Foot !

Merci
wallotexas Niveau : CFA
Nihil novus sub sole... Rien de nouveau sous le soleil... Mais, de nos jours, les Européens sont plus souriants

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
208 11