En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Interview
  2. // Nouvelles Technologies

Petit : « Je passe 4h par jour sur mon iPad »

Du monde se presse dans l'Apple Store d'Opéra. L'IPhone 5 n'est attendu que vers le 5 octobre mais c'est un ancien international français qui suscite l'attention ce jour-là. De passage pour promouvoir des applis sur le sport mise au point par sa boite, Emmanuel Petit se tourne vers le futur.

Modififié
Comment en êtes-vous arrivé au monde des applications ?


Ça fait maintenant huit ans que j'ai arrêté ma carrière et depuis je suis devenu un homme d'affaires, un entrepreneur. Je suis déjà dans des structures commerciales sportives, dans le système adhérent de Sport2000, dans les droits audiovisuels, le marketing, le sponsoring et le consulting avec des sociétés qu'on a créées il y a dix ans. Depuis deux ans, je me suis initié dans le monde des applis mobiles et aujourd'hui, on créé des applis pour smartphones.

Quel est votre point de vue sur les nouvelles technologies ?


Je considère que la nouvelle technologie doit être mis au service des gens, on le voit à travers les réseaux sociaux - c'est pour ça qu'on a créé le premier réseau social sur le foot, “The Fan Club”. Donc, les technologies modernes, d'un point de vue communautaire, c'est un véritable retour à la démocratie ! D'ailleurs, on l'a bien vu avec la révolution du Maghreb. Car on ne peut pas contrôler l'information donnée, il y a des dérives aujourd'hui, impossible d'y échapper. Et pour moi, les applis mobiles sont extrêmement importantes dans la mesure où elles représentent une fenêtre sur la société, donnant une visibilité, une reconnaissance. Ca, c'est un besoin existentiel.

Vous parliez de démocratie. On sent que c'est un sujet qui vous tient à coeur.


Aujourd'hui, on est dans un monde régi par l'image, la communication... Le pouvoir politique est tellement proche du pouvoir médiatique, d'un pays à l'autre, que l'information est contrôlée. Quand ce ne sont pas les politiques qui la contrôlent, ce sont les annonceurs ! L'information traditionnelle qu'on nous balance n'est pas vraiment là pour informer les gens, que ce soit sur les dérives ou sur ce qu'il se passe en réalité. C'est pour ça qu'il est important que les nouvelles technologies puissent permettre aux gens cette ouverture d'esprit et cette émancipation par rapport aux traditionnels vecteurs de médiatisation (sic).


Le but de votre réseau social, « The Fan Club » , c'est de manger Facebook ?


Non, eux ce sont des précurseurs, ils ont tout compris et tout créer. Nous, c'est du copier-coller. Notre intérêt est d'avoir en temps réel une information. Par définition, tu bouges avec ton mobile, car tu ne vas pas transporter ta télévision, alors que tu peux chatter devant ton match. Ca permet aussi aux gens qui ne sont pas d'un certain sérail de créer leur propre réseau. C'est très important pour l'émancipation des peuples et des gens en général. Shakespeare a dit il y a des siècles : « To Be or Not To be » . Putain, le con, il ne savait pas à quel point ça pouvait encore être d'actualité aujourd'hui ! A travers les réseaux sociaux dans le sport, il y a un besoin existentiel énorme, un côté de valorisation permanente des gens... 99% des gens dans leur métier n'ont jamais de retour positif de la hiérarchie, par contre quand ça va mal, ils sont les premiers avertis ! Donc un voit une certaine reconnaissance, comme si on sortait de l'ombre, comme si on comptait. Et c'est très important.

« Je n'ai pas envie de payer pour m'informer »


Personnellement, vous vous considérez comme un geek ?


Je ne sais pas à combien carbure un geek, mais moi j'en suis à 4h par jour sur l'iPad, le téléphone collé à l'oreille en permanence pour mes quatre jobs différents, et une heure par jour pour répondre aux mails sur mon MacBook Pro. La tablette, je l'utilise pour mon travail et pour la décontraction. Quand tu vois la définition extraordinaire pour les jeux, c'est d'une facilité enfantine, même mes gosses de 7 ans s'en servent ! Et pour mon travail, c'est une ouverture sur l'extérieure, moi, j'ai besoin d'avoir une mosaïque, une toile d'araignée pour mon boulot.

A part les vôtres, quelles sont vos applis favorites ?


J'adore les applications sur le sport, certaines applis méritent d'être citées... Mais je ne vais pas le faire ! (Rires) Ne t'inquiète pas, ils se reconnaitront. Je suis à fond sur les sites d'actu, en revanche, je n'ai pas envie de payer pour m'informer. Pour moi, l'info doit être gratuite, donc je vais essentiellement sur les applis gratuites. En dehors des GPS, j'adore les applis liées aux loisirs, notamment sur la gastronomie française. Quand je suis dans une ville, j'aime savoir où sont les bons restaurants, où je peux aller bien bouffer. Et il y a d'autres nouvelles applis qui m'intéressent beaucoup: celles pour savoir où sont les contrôleurs dans le métro.

Ah bon, ça vous branche vraiment ce sujet ?


Ouais, c'est le jeu du chat et la souris, c'est marrant. Bon, peut-être moins pour celui qui supporte les frais, mais les gens en ont marre de payer à tout va. Nous, nos applis sont gratuites.

[page]


Vous avez des modèles de réussite ?


De toute façon, tout le monde regarde ce que fait le voisin. Les Anglais, les Américains et les Asiatiques sont en avance. Moi ce qui m'intéresse, c'est le visuel et le contenu. C'est vrai qu'en France, on a un retard considérable. Les médias ont tous leur appli mais il y a encore pas mal de travail à faire, que ce soit dans le contenu, l'info, ou dans la réactivité en temps réel. Ce qui manque ? Bah je ne vais pas te le dire, tiens ! (Rires).

Les footeux ont tous des iPad, Mac, iPod...


(Il coupe) Parce qu'ils sont en accord avec la société dans laquelle on vit ! Toute à l'heure, une personne d'un certain âge m'a demandé une photo et elle n'arrivait pas à se servir de son appareil. Regarde le bond qu'on a fait en l'espace de deux générations ! Le Minitel est rangé aux rayons des antiquités, mais pour moi, c'est toute mon adolescence et c'était il y a seulement 25 ans. Les joueurs vivent en fonction de l'évolution de la technologie et demain, ça sera surement autre chose.

« Les téléviseurs vont prendre un sérieux coup sur la tête »

Ces avancées signifient-elles pour autant la fin des livres, selon vous ?


C'est là tout le paradoxe. C'est donc un retour à la démocratie car on permet aux gens d'avoir une tribune libre. Bon, il y a des dérives hein, il y a encore pas mal de choses à légiférer notamment sur le Net, mais en même temps, ça coupe les liens visuels et tactiles avec les gens. On prend moins le temps d'aller voir les gens et manger un bout avec eux alors qu'on peut passer deux heures sur un réseau social ou par webcam. Il y a encore un certain équilibre à trouver, pour ne pas perdre l'humanité à travers la technologie.

Comment ne pas être esclave de ces technologies ?


A un moment, il va y avoir un retour à la normale. Si on laisse les technologies tout diriger, on ne sera que la finalité du système dans lequel on vit. Quand des décisions politiques ou financières sont prises, l'homme est toujours le dernier échelon. C'est un peu un copier-coller avec la technologie. Il faut faire attention à ne pas devenir totalement dépendant sous peine de couper le lien affectif et tactile d'une rencontre. Les réseaux sociaux doivent permettre aux gens de se connecter. La prochaine étape, c'est qu'ils se rencontrent.

Comment voyez-vous le futur en technologie ?


Au niveau du sport, dans les droits télévisuels, les droits sur la téléphonie mobile représentent un marché considérable. Canal a voulu avec Orange mais je n'ai pas compris leur retrait sur les droits de la L1. C'est peut-être encore trop tôt mais rien n'empêche de poser sur ta table un téléphone qui projette ton match sur le mur de ta chambre. Aujourd'hui, il y a plein de projecteur, de LED... Le futur, je le vois au travers des technologies modernes comme l'iPad et l'iPhone. D'ailleurs, je pense que les téléviseurs vont prendre un sérieux coup à la tête et vont avoir beaucoup de travail. Je ne dis pas que c'est la fin des téléviseurs, il y aura toujours un foyer. Ils sont de plus en plus performants et attrayants mais les technologies mobiles... Regarde, j'ai plusieurs télés chez moi mais je ne regarde plus la télé ! Je la regarde à travers l'iPad, parce que c'est mobile. La télévision, il faut la mettre sur un meuble et après, tu reposes ton lit en fonction. Mais ça peut pousser les constructeurs à aller plus loin. C'est ce que j'ai dit à ma femme d'ailleurs, pourtant je ne suis pas Colombo ! Pourquoi on n'aurait pas un système comme pour les liseuses mais avec des iPad, avec un système mécanique modulable ? Comme ça, tu regardes la télé en étant peinard, sans te niquer le cou. Je ne suis pas là dedans, mais si je pouvais, je le ferais.

Propos recueillis par Thomas Bohbot

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Lyon ne doit pas croquer