Allemagne - Bundesliga - 12e journée

Par Pierre Girard

Petit accroc pour le Bayern

Évènement en Bundesliga : le Bayern n’a pas gagné. Un faux pas quasi bénin pour le leader munichois. Malgré les victoires de Francfort et du Borussia. Hambourg et Stuttgart regoûtent aux joies de la victoire. Il était temps.

Note
3 votes
3 votes pour une note moyenne de 4.5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Tony Kroos
Tony Kroos
Le Bayern n'est pas une machine

À Nuremberg, qui n’a gagné qu’une fois en deux mois, les hommes de Jupp Heynckes entendent dérouler en leaders, comme d’habitude. Alors Mario Mandžukić (4e) croit tuer le suspens au bout de cinq minutes sur une passe Toni Kroos. Même pas le temps de laper sa bière. Ce Bayern « A’ » est comme à l’entraînement. Les tout frais Shaqiri et Rafinha glissent dans les couloirs. En face, seul le jeune Sebastian Polter, fougueuse pointe du FCN, se débat. Et ne fait pas le poids. Les Munichois ne sont pas inspirés. Notre chauvinisme nous pousse à pointer l’absence de Franck Ribéry pour l’expliquer. Dans ce contexte, c’est de nulle part, enfin un peu des pieds de Tymoshchuk qui se troue, que le Bayern encaisse l’égalisation par Markus Feulner (46e). D’une frappe de l’extérieur, il rappelle à Bastian Schweinsteiger et ses ouailles que le feu, ça brûle. Manuel Neuer est vert comme son maillot. Même à onze contre dix, après l’expulsion de Gebhart, le FC Hollywood n’y arrive plus, 1-1 score final. Première contre-performance en championnat depuis la défaite contre Leverkusen, il y a trois semaines. Le matelas (huit points) d’avance sur Schalke 04, qui joue plus tard au Bayer justement, reste très confortable.

Francfort confirme

Passé au révélateur, et au rouleau compresseur de l’Allianz Arena la semaine dernière, le surprenant promu de Francfort doit retrouver son modjo contre Augsbourg. Un adversaire qui ne démérite jamais, joue toujours, mais se prend souvent des roustes, comme face à Dortmund la semaine passée. L’Eintracht se met vite bien sur un CSC de Mölders (7e). Maîtrisant de bout en bout son sujet, l'équipe d'Armin Veh prouve que sa défaite à Munich ne change rien. Lancé merveilleusement dans la prof’ par le Japonais Takashi Inui, remuant au possible, Aiger met Francfort à l’abri (32e). Un autre asiatique, Koo, Coréen lui, réduit la marque d’une belle volée pour entretenir l’espoir d’Augsbourg (46e). Serein comme un dauphin du Bayern, Francfort enfonce tranquillement le clou en deuxième grâce au doublé d’Alexander Meier (52e puis 75e). Môlders inscrit un but, pour son équipe cette fois (62), à bout portant. L’Eintracht, victorieux 4-2, reste sur le podium. Un promu au top.

Le top, c’est ce que le Borussia aspire à retrouver. Malgré leur statut de favoris à leur propre succession sur le trône d’Allemagne, Jürgen Klopp et ses troupes ont tergiversé et se retrouvent déjà loin du tout-puissant Bayern (11 points avant ce match). Greuther, lui, a gagné un match cette année. Un soir où tu prenais l’apéro en terrasse, le 31 août dernier. Alors, en trois minutes et deux occas’, Mario Götze transperce tout. Lewandoski finit le travail (3e). 3e « thor » en deux matchs pour lui. Mais Dortmund se fait prendre 70 secondes plus tard par Stieber (5e). SOS Lewandoski ? Le Polonais est on fire : il marque un doublé quand Jakub Błaszczykowski obtient un pénalty (14e). Ascenseur émotionnel pour Klopp. Chaque semaine c’est la même chose, le champion laisse des trous. Plein de trous. Le 3-1 intervient quand même quand Mario Götze, orphelin de Marco Reus laissé au repos, se faufile dans la défense pour s’amuser avec la défense et le gardien (41e). Un tueur-né. La Signal Iduna Park ne râlera pas aujourd’hui. Dortmund est toujours quatrième.

La valse des décevants

Très irrégulier jusque-là, Hanovre trouve son rythme et ça détonne. Quatre victoires consécutives (Championnat, Ligue Europa et Coupe de la Ligue confondus) dont trois à l'AWD-Arena. Fribourg peine à se créer des occasions depuis deux matchs. Très indigent que le bilan de ces deux formations. Sur un rythme soutenu, c’est Fribourg qui ouvre le score. Schmid, opportuniste, claque Hanovre (12e). Les locaux prouvent qu’ils ne sont pas complètement dans les vapes grâce à un péno d’Abdellaoue (33e). Jan Rosenthal (55e) remet une fois de plus Hanovre le nez dans ses énormes carences défensives. Le coach Christian Streich est dégoûté. 2-1 pour Firbourg qui bascule dans la première moitié du classement.

Tout les opposait avant le match. Mayence, sans faire trop de bruit, fait sa saison. Hambourg, en revanche, ne fout plus rien. Les hommes de Thorsten Frink font un surplace inquiétant. Pire, ils restaient sur deux défaites à domicile. De troisième, il n’y en eu point. Malgré la victoire 1-0, on ne sait plus quoi penser de ce HSV. Sentiment qui ne s’estompe pas d’un poil pendant la première période. Le salut, si laborieux, passe par Son (63e). Sinon, bah rien. Mais au moins ça fait trois points (17 au compteur). La bande à Rafael van der Vaart rejoint par là même Mayence en 7e place. Spectacle un peu plus réjouissant à Gladbach. L’autre Borussia attaque souvent très bien. Mais s’en prend souvent dans la tronche en retour. Stuttgart, c’est pareil. Mais en moins bien. Le match part donc à vau-l’eau d’entrée. À l’ouverture du score de Stranztl (6e), Harnik (8e) répond du tac au tac. Le VfB l’emporte 2-1 grâce à un CSC de Brouwers (75e) en seconde mi-temps. Les deux sont dans le gras ventral de cette Bundesliga.


Par Pierre Girard

Parier sur les matchs de Borussia Dortmund

 








Votre compte sur SOFOOT.com

3 réactions;
Poster un commentaire

  • Message posté par miroslav le 17/11/2012 à 19:16
      

    Article qui pique les yeux.
    Alors tout d'abord but = Tor (avec majuscule et sans "h"), on dit soit Greuther Fürth ou Fürth mais pas Greuther tout seul.
    Plus pardonnable la coquille sur "Firbourg" :)
    Et puis vous êtes So Foot quand même, enlevez cet horrible "Signal Idunal Park" de votre base de données et remplacez le par Westfalenstadion !

  • Message posté par Nicola MH le 17/11/2012 à 19:44
      

    @ d'accord avec miro, article clairement en deçà de la norme concernant la Bundesliga, mais bon, c'est déjà relativement rare de lire des articles là-dessus (bien que sur sofoot ça aille encore) donc je vais pas trop me plaindre

  • Message posté par ILOVEBAYERN le 18/11/2012 à 11:30
      

    Concernant le match du Bayern, une chose Tymoschuik n'est à mon avis pas prêt d'être titularisé, sa présence (où plutôt son faible volume de jeu), on pesé sur la lutte en milieu de terrain, et le Bayern était moins dominateur qu'à l'accoutumée, face à une équipe qui est arrivé couteau entre les dents. Puis il est responsable du but (cette manille qu'il a d'essayer de tacler quand il va perdre le ballon).

    Sinon match moyen offensivement pas très créatif, peut être en partie expliqué par le manque d'automatisme entre Rafinha et Müller et Alaba et Shaqiri, qui a été généreux mais très brouillon.

    Nul logique, l'absence de Ribery s'est fait sentir. Sinon pas une mauvaise chose d'avoir fait un peu tourner avant le match contre Valence.


3 réactions :
Poster un commentaire