En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone/Almeria

« Personne ne rêve de devenir entraîneur »

Juan Manuel Lillo est un peu le Cesar Luis Menotti de la Liga. Le genre de type qui serait capable de vous parler foot pendant des heures sans se fatiguer. Amoureux de France 86 et nostalgique d'une époque où le football n'était encore qu'un jeu, le Basque l'avoue lui-même : "Je n'aime pas le métier d'entraineur, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour côtoyer les joueurs". L'un deux s'appelait Guardiola. Devenus amis et frères de sang au Dorados mexicain, les entraineurs d'Almeria et du Barça s'affrontent pour la première fois sur un banc de touche. Analyse de l'actualité du foot espagnol et même un peu plus, avec un passionné. Un vrai.

Modififié
Comment vous êtes-vous retrouvé sur le banc d'Almeria ?


J'avais des contacts avec d'autres clubs, mais Almeria était celui qui me voulait le plus. J'aurais pu venir avant, mais Hugo Sanchez était encore “dans la maison”. J'ai dit aux dirigeants que je n'étais pas un vautour et que je ne trouvais pas ça très respectueux vis-à vis de lui. Quand les dirigeants ont finalement limogé Sanchez, nous avons repris les conversations et les discours du président et du directeur sportif m'ont plu tout de suite. J'ai aimé le fait qu'ils ne me prennent pas pour un bouche-trou... C'est moi qu'ils voulaient, personne d'autre. Je me suis très vite senti à l'aise et me voilà !

Un tel changement en milieu de saison est-il plus difficile pour un entraîneur ou pour les joueurs ?


Je pense que c'est difficile pour les deux. Au début, le changement fait peur aux joueurs, tandis que l'entraîneur a une certaine appréhension, mais c'est tout à fait normal.

Justement, comment avez-vous géré cette appréhension face à vos nouveaux joueurs ?


Un entraîneur peut affronter un nouveau groupe de deux façons : continuer le travail de l'ancien entraîneur ou tout reconstruire depuis zéro. Mon intention première, ce n'était pas de construire une œuvre mais de faire partie de l'œuvre déjà en place. Je ne me voyais pas arriver et casser des automatismes et des affinités déjà en place, ça aurait été prétentieux de ma part. Le changement ne doit jamais être brusque et totalitaire. Moi ce que je voulais, c'était insuffler de la confiance aux joueurs afin qu'ils s'expriment le mieux possible et qu'ils m'acceptent comme on accepte de se confier à quelqu'un. Quand tu prends une équipe en pleine saison, tu n'as pas le temps de tout reconstruire. Par contre, tu peux amener les gars vers le chemin du progrès en douceur. Lentement mais sûrement. Et ce chemin-là commence par l'héritage laissé par mon prédécesseur.

Oui, mais chaque entraîneur a une philosophie qui lui est propre. Quelque part, vous ne sentez pas une frustration de ne pas pouvoir l'appliquer comme vous le voulez ?


Ma philosophie, c'est d'optimiser... pardon d'essayer d'optimiser le rendement de mes joueurs. Mes joueurs sont ce qu'ils sont. Ils ne peuvent pas être ce qu'ils ne sont pas. Le plus important dans le football, ce sont les joueurs. Les états d'âme d'un entraîneur, c'est secondaire.

Selon vous ça ne sert à rien un entraîneur alors ?


Je ne dis pas que je ne sers à rien. Je dis juste que je suis beaucoup moins important que les joueurs.

Vous servez à quoi alors ?


Je sers à faire passer un message. Un entraîneur, c'est un majordome au service des joueurs. Ceux qui pensent le contraire ont tout faux. Tu as déjà vu un entraîneur entrer sur le terrain pour marquer un but ? Moi non ! Je n'ai pas la prétention de faire mieux que mes joueurs sur un terrain. Il faut garder le footballeur sur un piédestal pour qu'il donne tout ce qu'il a. Je peux aider, lui donner des consignes, le motiver mais je ne peux pas jouer à sa place. Au final, ceux qui décident, ce sont eux. Pas les entraîneurs.

En France, les équipes modestes comme Almeria sont complètement écrasées par la médiatisation du Real ou du Barça. Comment définissez-vous Almeria ?


C'est une entité qui a connu beaucoup de soubresauts. Le club a disparu plusieurs fois et aujourd'hui, il tente de se construire sa petite histoire. Almeria, à coté du Barça et du Real Madrid, c'est un club tout petit. Il manque une histoire, une tradition. C'est une limite très importante. Dans le football, quoi qu'on en dise, l'histoire compte beaucoup. J'ai voulu aider Almeria car c'est une équipe qui n'avait plus connu un statut de reléguable depuis sa montée il y a quelques années. Les joueurs ont du potentiel, je le sens. Je le sais. Et puis surtout, c'est un club qui est sain, dans tous les sens du terme. C'est d'ailleurs ce qui m'a le plus plu.

Vous avez entraîné l'un des clubs historiques de la Liga, la Real Sociedad. Qu'est-ce qui est le plus stimulant pour vous : créer l'identité d'un club comme Almeria ou pérenniser celle d'un club comme la Real ?


Les deux options sont extrêmement intéressantes... (il coupe) Tu sais je suis né à San Sebastian. J'ai été élevé avec la Real Sociedad. Mon identité d'homme, de joueur et d'entraîneur s'est construite à travers la Real Sociedad. Je veux dire par là qu'un club avec des racines et une identité aussi profondes et marquées, c'est quelque chose que tu ne peux pas retrouver partout. Avant de descendre en deuxième division, la Real avait passé 41 ans en Liga. Seuls le Real, le Barça et l'Atheltic Bilbao ont fait mieux. J'aime la Real d'amour, donc ce n'est pas comparable avec Almeria. Ici, l'histoire est encore à écrire, mais malheureusement, il faut du temps pour ça.

Pourquoi malheureusement ?


Parce que nous vivons dans une dictature du résultat. Dans les entreprises, ce sont les bénéfices qui comptent. Dans le football, si tu n'as pas de points, tu es mort. C'est la règle du jeu. Le football est devenu un sport d'urgence. C'est regrettable, mais je ne perds pas espoir : si je peux contribuer à ce que l'histoire d'Almeria s'étoffe, ce sera déjà une grande victoire.

Depuis votre arrivée, le club a pourtant remonté la pente (Almeria reste sur deux victoires consécutives en Liga, ndlr)...


C'est vrai qu'on a réalisé des bons matchs. Mais nous n'avons pas eu les points que nous méritions. Par rapport à ce que nous avons montré sur le terrain, la récompense a été moyenne.

Vous avez perdu une seule fois, contre Séville, le bilan est donc positif non ?


C'est clair. Même si on a gagné à 10 contre le Sporting, notre match référence, c'est celui de Séville. C'est bizarre de prendre une défaite comme point de repère dans une saison, mais s'il n'y avait pas eu une flaque d'eau favorable aux Sévillans, on aurait fait une bonne opération comptable.

Vous arrivez quand même à prendre du plaisir dans votre rôle d'entraîneur malgré la dictature du résultat ?


Tu sais j'ai arrêté de jouer au football à 16 ans. Je me suis rapidement rendu compte que je ne pourrais pas en faire mon métier. J'ai l'honnêteté d'avouer que je n'étais pas particulièrement doué. En tout cas pas autant que je l'aurais voulu. J'ai donc choisi d'être entraîneur pour côtoyer les joueurs et continuer à vivre ma passion pour le football. Ceux qui disent qu'ils rêvaient d'être entraîneur mentent ou alors il faut les mettre dans le frigo pour leur rafraîchir les idées. Personne ne rêve d'être entraîneur. Le rêve ultime de tous les gamins du monde, c'est devenir footballeur. Pas entraîneur.

Et alors, vous prenez du plaisir aujourd'hui ?


Des fois oui, mais pas tous les jours. Tu sais ce que je vais faire dans 20 minutes ?

Non.


Je vais aller jouer au futsal. J'ai passé toute la journée à diriger des entraînements, mais jouer au futsal avec des amis, ça va être mon premier gros plaisir de la journée. Le football, pour l'apprécier, il faut y jouer. Le reste, ça n'est que de la frustration et du désir non assouvi : vouloir entrer sur un terrain, tout en sachant qu'on ne pourra jamais être à la hauteur d'un professionnel. C'est pour ça que les joueurs font rêver. C'est aussi pour ça qu'on les envie.

En Espagne vous êtes l'un des rares à théoriser le phénomène football, alors que dans des pays comme l'Italie, par exemple, c'est quelque chose d'assez naturel. Comment l'expliquez-vous ?


La situation économique de l'Espagne est tellement alarmante qu'on ne s'arrête plus pour réfléchir. Les gens cherchent du concret. Dans les temps difficiles, la priorité c'est la survie. Dans le football, c'est un peu pareil. Les résultats ont pris le pas sur la philosophie de jeu ou la façon de concevoir ce sport. Tu sais, l'homme-footballeur que j'ai connu à mes débuts n'existe plus. Aujourd'hui, tout le monde raconte des banalités. La langue de bois, c'est le prolongement d'une paresse intellectuelle. Les joueurs d'aujourd'hui sont comme oppressés par ce qui se passe en dehors du football. Les problèmes de la société, ça les dépasse complètement. On leur a appris à taper dans un ballon, mais personne ne les a jamais poussés à mener une réflexion propre. C'est triste. Moi on me dit souvent que je suis un philosophe et un poète du football. Je ne prétends pas l'être. Je suis comme je suis. Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est la connotation négative qui accompagne ces termes. C'est comme si quelqu'un qui réfléchissait un peu était dangereux pour les autres. La langue de bois, c'est l'arme de ceux qui ne veulent pas envahir des nouveaux champs de réflexion. En Espagne, les gens ont presque peur de réfléchir. Paradoxalement, les fous, ce ne sont pas ceux qui ont une réflexion, mais plutôt ceux qui ne pensent à rien non ?

Comment expliquez-vous cette faillite ?


Toute la journée je vois des personnes qui me disent « Je suis la mère de...  » , « Je suis le frère de... » , « Je suis le cousin de...  » . Et de l'autre côté, je vois des joueurs qui sont esclaves des regards extérieurs. Ils vivent pour leurs familles, pour le public, pour leur agent, et dans le meilleur des cas, pour leurs clubs respectifs, mais ils ne vivent pas pour eux. C'est comme si l'humain qui était en eux n'existait plus. Les gens qui leur tournent autour ne voient plus que la condition de footballeur qui leur permet d'exister dans la société. Entre cette image et leur statut de footballeur, il y a une sorte de vide qui n'est pas comblé. Le football leur a donné un statut et de l'argent mais a oublié de les former en tant qu'hommes. Aujourd'hui, je suis terrifié, car la plupart du temps, les mecs que j'ai en face de moi ne sont même pas heureux. Et ça c'est terrible.

C'est tragique même...


Pour eux, être remplaçants, c'est ne pas exister. Ils vivent par le jeu. C'est le seul moyen qu'ils ont pour se respecter eux-mêmes. Ce que j'aimerais, c'est qu'ils se détachent un peu de ce carcan qui les étouffe, mais sans formation, c'est très dur.


Deuxième partie de cet entretien, dès demain sur www.sofoot.com...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger !
Hier à 15:23 Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 Hier à 11:58 Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 3
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 10:42 La roulette insolente de JK Augustin 33 Hier à 09:01 À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport) jeudi 28 septembre 258€ à gagner avec Arsenal, Lazio & Torino 2 jeudi 28 septembre 177 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! 1 jeudi 28 septembre Le club de Calais n'est plus 14 jeudi 28 septembre Leonardo atterrit à l'Antalyaspor 19 jeudi 28 septembre L'UEFA, le grand gagnant de l'Euro 2016 selon la Cour des comptes 4 jeudi 28 septembre River : Gallardo allume les suspicieux 12 jeudi 28 septembre Tu sais que t'es nul à FIFA quand... (via Brut Sport) mercredi 27 septembre 369€ à gagner avec Milan AC & Zénith mercredi 27 septembre Cassano prêt à sortir de sa retraite ? 7 mercredi 27 septembre Salut nazi pour un coach de D5 allemande 57 mercredi 27 septembre PSG Bayern : 10€ sans dépôt et 260€ à gagner !!! mercredi 27 septembre DERNIER JOUR DE L'OFFRE SPECIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!!