1. //
  2. //
  3. // Barcelone/Almeria

« Personne ne rêve de devenir entraîneur »

Juan Manuel Lillo est un peu le Cesar Luis Menotti de la Liga. Le genre de type qui serait capable de vous parler foot pendant des heures sans se fatiguer. Amoureux de France 86 et nostalgique d'une époque où le football n'était encore qu'un jeu, le Basque l'avoue lui-même : "Je n'aime pas le métier d'entraineur, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour côtoyer les joueurs". L'un deux s'appelait Guardiola. Devenus amis et frères de sang au Dorados mexicain, les entraineurs d'Almeria et du Barça s'affrontent pour la première fois sur un banc de touche. Analyse de l'actualité du foot espagnol et même un peu plus, avec un passionné. Un vrai.

Modififié
Comment vous êtes-vous retrouvé sur le banc d'Almeria ?


J'avais des contacts avec d'autres clubs, mais Almeria était celui qui me voulait le plus. J'aurais pu venir avant, mais Hugo Sanchez était encore “dans la maison”. J'ai dit aux dirigeants que je n'étais pas un vautour et que je ne trouvais pas ça très respectueux vis-à vis de lui. Quand les dirigeants ont finalement limogé Sanchez, nous avons repris les conversations et les discours du président et du directeur sportif m'ont plu tout de suite. J'ai aimé le fait qu'ils ne me prennent pas pour un bouche-trou... C'est moi qu'ils voulaient, personne d'autre. Je me suis très vite senti à l'aise et me voilà !

Un tel changement en milieu de saison est-il plus difficile pour un entraîneur ou pour les joueurs ?


Je pense que c'est difficile pour les deux. Au début, le changement fait peur aux joueurs, tandis que l'entraîneur a une certaine appréhension, mais c'est tout à fait normal.

Justement, comment avez-vous géré cette appréhension face à vos nouveaux joueurs ?


Un entraîneur peut affronter un nouveau groupe de deux façons : continuer le travail de l'ancien entraîneur ou tout reconstruire depuis zéro. Mon intention première, ce n'était pas de construire une œuvre mais de faire partie de l'œuvre déjà en place. Je ne me voyais pas arriver et casser des automatismes et des affinités déjà en place, ça aurait été prétentieux de ma part. Le changement ne doit jamais être brusque et totalitaire. Moi ce que je voulais, c'était insuffler de la confiance aux joueurs afin qu'ils s'expriment le mieux possible et qu'ils m'acceptent comme on accepte de se confier à quelqu'un. Quand tu prends une équipe en pleine saison, tu n'as pas le temps de tout reconstruire. Par contre, tu peux amener les gars vers le chemin du progrès en douceur. Lentement mais sûrement. Et ce chemin-là commence par l'héritage laissé par mon prédécesseur.

Oui, mais chaque entraîneur a une philosophie qui lui est propre. Quelque part, vous ne sentez pas une frustration de ne pas pouvoir l'appliquer comme vous le voulez ?


Ma philosophie, c'est d'optimiser... pardon d'essayer d'optimiser le rendement de mes joueurs. Mes joueurs sont ce qu'ils sont. Ils ne peuvent pas être ce qu'ils ne sont pas. Le plus important dans le football, ce sont les joueurs. Les états d'âme d'un entraîneur, c'est secondaire.

Selon vous ça ne sert à rien un entraîneur alors ?


Je ne dis pas que je ne sers à rien. Je dis juste que je suis beaucoup moins important que les joueurs.

Vous servez à quoi alors ?


Je sers à faire passer un message. Un entraîneur, c'est un majordome au service des joueurs. Ceux qui pensent le contraire ont tout faux. Tu as déjà vu un entraîneur entrer sur le terrain pour marquer un but ? Moi non ! Je n'ai pas la prétention de faire mieux que mes joueurs sur un terrain. Il faut garder le footballeur sur un piédestal pour qu'il donne tout ce qu'il a. Je peux aider, lui donner des consignes, le motiver mais je ne peux pas jouer à sa place. Au final, ceux qui décident, ce sont eux. Pas les entraîneurs.

En France, les équipes modestes comme Almeria sont complètement écrasées par la médiatisation du Real ou du Barça. Comment définissez-vous Almeria ?


C'est une entité qui a connu beaucoup de soubresauts. Le club a disparu plusieurs fois et aujourd'hui, il tente de se construire sa petite histoire. Almeria, à coté du Barça et du Real Madrid, c'est un club tout petit. Il manque une histoire, une tradition. C'est une limite très importante. Dans le football, quoi qu'on en dise, l'histoire compte beaucoup. J'ai voulu aider Almeria car c'est une équipe qui n'avait plus connu un statut de reléguable depuis sa montée il y a quelques années. Les joueurs ont du potentiel, je le sens. Je le sais. Et puis surtout, c'est un club qui est sain, dans tous les sens du terme. C'est d'ailleurs ce qui m'a le plus plu.

Vous avez entraîné l'un des clubs historiques de la Liga, la Real Sociedad. Qu'est-ce qui est le plus stimulant pour vous : créer l'identité d'un club comme Almeria ou pérenniser celle d'un club comme la Real ?


Les deux options sont extrêmement intéressantes... (il coupe) Tu sais je suis né à San Sebastian. J'ai été élevé avec la Real Sociedad. Mon identité d'homme, de joueur et d'entraîneur s'est construite à travers la Real Sociedad. Je veux dire par là qu'un club avec des racines et une identité aussi profondes et marquées, c'est quelque chose que tu ne peux pas retrouver partout. Avant de descendre en deuxième division, la Real avait passé 41 ans en Liga. Seuls le Real, le Barça et l'Atheltic Bilbao ont fait mieux. J'aime la Real d'amour, donc ce n'est pas comparable avec Almeria. Ici, l'histoire est encore à écrire, mais malheureusement, il faut du temps pour ça.

Pourquoi malheureusement ?


Parce que nous vivons dans une dictature du résultat. Dans les entreprises, ce sont les bénéfices qui comptent. Dans le football, si tu n'as pas de points, tu es mort. C'est la règle du jeu. Le football est devenu un sport d'urgence. C'est regrettable, mais je ne perds pas espoir : si je peux contribuer à ce que l'histoire d'Almeria s'étoffe, ce sera déjà une grande victoire.

Depuis votre arrivée, le club a pourtant remonté la pente (Almeria reste sur deux victoires consécutives en Liga, ndlr)...


C'est vrai qu'on a réalisé des bons matchs. Mais nous n'avons pas eu les points que nous méritions. Par rapport à ce que nous avons montré sur le terrain, la récompense a été moyenne.

Vous avez perdu une seule fois, contre Séville, le bilan est donc positif non ?


C'est clair. Même si on a gagné à 10 contre le Sporting, notre match référence, c'est celui de Séville. C'est bizarre de prendre une défaite comme point de repère dans une saison, mais s'il n'y avait pas eu une flaque d'eau favorable aux Sévillans, on aurait fait une bonne opération comptable.

Vous arrivez quand même à prendre du plaisir dans votre rôle d'entraîneur malgré la dictature du résultat ?


Tu sais j'ai arrêté de jouer au football à 16 ans. Je me suis rapidement rendu compte que je ne pourrais pas en faire mon métier. J'ai l'honnêteté d'avouer que je n'étais pas particulièrement doué. En tout cas pas autant que je l'aurais voulu. J'ai donc choisi d'être entraîneur pour côtoyer les joueurs et continuer à vivre ma passion pour le football. Ceux qui disent qu'ils rêvaient d'être entraîneur mentent ou alors il faut les mettre dans le frigo pour leur rafraîchir les idées. Personne ne rêve d'être entraîneur. Le rêve ultime de tous les gamins du monde, c'est devenir footballeur. Pas entraîneur.

Et alors, vous prenez du plaisir aujourd'hui ?


Des fois oui, mais pas tous les jours. Tu sais ce que je vais faire dans 20 minutes ?

Non.


Je vais aller jouer au futsal. J'ai passé toute la journée à diriger des entraînements, mais jouer au futsal avec des amis, ça va être mon premier gros plaisir de la journée. Le football, pour l'apprécier, il faut y jouer. Le reste, ça n'est que de la frustration et du désir non assouvi : vouloir entrer sur un terrain, tout en sachant qu'on ne pourra jamais être à la hauteur d'un professionnel. C'est pour ça que les joueurs font rêver. C'est aussi pour ça qu'on les envie.

En Espagne vous êtes l'un des rares à théoriser le phénomène football, alors que dans des pays comme l'Italie, par exemple, c'est quelque chose d'assez naturel. Comment l'expliquez-vous ?


La situation économique de l'Espagne est tellement alarmante qu'on ne s'arrête plus pour réfléchir. Les gens cherchent du concret. Dans les temps difficiles, la priorité c'est la survie. Dans le football, c'est un peu pareil. Les résultats ont pris le pas sur la philosophie de jeu ou la façon de concevoir ce sport. Tu sais, l'homme-footballeur que j'ai connu à mes débuts n'existe plus. Aujourd'hui, tout le monde raconte des banalités. La langue de bois, c'est le prolongement d'une paresse intellectuelle. Les joueurs d'aujourd'hui sont comme oppressés par ce qui se passe en dehors du football. Les problèmes de la société, ça les dépasse complètement. On leur a appris à taper dans un ballon, mais personne ne les a jamais poussés à mener une réflexion propre. C'est triste. Moi on me dit souvent que je suis un philosophe et un poète du football. Je ne prétends pas l'être. Je suis comme je suis. Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est la connotation négative qui accompagne ces termes. C'est comme si quelqu'un qui réfléchissait un peu était dangereux pour les autres. La langue de bois, c'est l'arme de ceux qui ne veulent pas envahir des nouveaux champs de réflexion. En Espagne, les gens ont presque peur de réfléchir. Paradoxalement, les fous, ce ne sont pas ceux qui ont une réflexion, mais plutôt ceux qui ne pensent à rien non ?

Comment expliquez-vous cette faillite ?


Toute la journée je vois des personnes qui me disent « Je suis la mère de...  » , « Je suis le frère de... » , « Je suis le cousin de...  » . Et de l'autre côté, je vois des joueurs qui sont esclaves des regards extérieurs. Ils vivent pour leurs familles, pour le public, pour leur agent, et dans le meilleur des cas, pour leurs clubs respectifs, mais ils ne vivent pas pour eux. C'est comme si l'humain qui était en eux n'existait plus. Les gens qui leur tournent autour ne voient plus que la condition de footballeur qui leur permet d'exister dans la société. Entre cette image et leur statut de footballeur, il y a une sorte de vide qui n'est pas comblé. Le football leur a donné un statut et de l'argent mais a oublié de les former en tant qu'hommes. Aujourd'hui, je suis terrifié, car la plupart du temps, les mecs que j'ai en face de moi ne sont même pas heureux. Et ça c'est terrible.

C'est tragique même...


Pour eux, être remplaçants, c'est ne pas exister. Ils vivent par le jeu. C'est le seul moyen qu'ils ont pour se respecter eux-mêmes. Ce que j'aimerais, c'est qu'ils se détachent un peu de ce carcan qui les étouffe, mais sans formation, c'est très dur.


Deuxième partie de cet entretien, dès demain sur www.sofoot.com...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Aucun commentaire sur cet article.
Hier à 15:21 Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! Hier à 22:00 Callejón calme les Niçois 2
Hier à 14:21 Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 101 Hier à 13:55 Le rap des ultras de Genk 7 Hier à 13:51 Il entre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:08 Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 17 Hier à 11:25 Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT) lundi 21 août Le 200e but en Premier League de Rooney 16
lundi 21 août Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 lundi 21 août Le CSC gênant de Wycombe 12 lundi 21 août Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 39 lundi 21 août Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 13 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16